Agonies. angoisses

De
Publié par

Nouvelle édition de Agonies. angoisses de Gustave Flaubert augmentée d'annexes (Biographie). L'ouvrage a été spécifiquement mis en forme pour votre liseuse.
— Naviguez par simple clic de chapitre à chapitre ou de livre à livre.
— Accédez instantanément à la table des matières hyperliée globale.
— Une table des matières est placée également au début de chaque titre.

A PROPOS DE L'ÉDITEUR : Les éditions Arvensa sont les leaders de la littérature classique numérique. Leur objectif est de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Tous les titres sont produits avec le plus grand soin. Le service qualité des éditions Arvensa s’engage à vous répondre dans les 48h. Retrouvez tous les titres sur le site internet des éditions Arvensa.
Publié le : mardi 18 février 2014
Lecture(s) : 4
EAN13 : 9782368412503
Nombre de pages : 288
Prix de location à la page : 0,0007€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ARVENSA EDITIONS Plate-forme de référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet www.arvensa.com
Tous droits réservés Arvensa Editions
ISBN Epub : 9782368410196 ISBN Pdf : 9782368410431
Page 2
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L'ÉDITEUR L'objectif des éditions Arvensa est de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :
servicequalite@arvensa.com
Pour toute autre demande, contactez :
editions@arvensa.com Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Pour être informé des dernières mises à jour de cette édition et en bénéficier gratuitement et rapidement, nous vous invitons à vous inscrire sur notre site : www.arvensa.com
Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l'exprimant à travers leurs commentaires. Nous vous souhaitons une bonne lecture.
Arvensa Editions
Page 3
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES ŒUVRES
Page 4
Copyright Arvensa Editions
ARVENSA ÉDITIONS NOTE DE L’ÉDITEUR
AGONIES. ANGOISSES
ANNEXES GUSTAVE FLAUBERT PAR ALBERT THIBAUDET
Page 5
Copyright Arvensa Editions
AGONIES. ANGOISSES
PENSÉES SCEPTIQUES
Gustave Flaubert (Avril 1838) ŒUVRES DE JEUNESSE
Retour à la liste des oeuvres
Pour toutes remarques ou suggestions : editions@arvensa.com Ou rendez-vous sur : www.arvensa.com
Page 6
Copyright Arvensa Editions
Agonies
Pensées sceptiques dédiées à mon cher ami Alfred Le Poittevin Gve Flaubert
Page 7
Copyright Arvensa Editions
À MON AMI ALFRED LE POITTEVIN CES PAUVRES FEUILLES SONT DÉDIÉES PAR L'AUTEUR.
BIZARRES COMME SES PENSÉES, INCORRECTES COMME L'ÂME, ELLES SONT L'EXPRESSION DE SON COEUR ET DE SON CERVEAU.
Tu les a vues éclore, mon cher Alfred, les voilà réunies sur un tas de papier. Que le vent disperse les feuilles, que la mémoire les oublie, ce méchant cadeau te rappellera nos vieilles causeries de l'an passé. Sans doute ton coeur se dilatera en te ressouvenant de ce suave parfum de jeunesse qui embaumait tant de pensées désespérantes, et si tu ne peux lire les caractères qu'aura tracés ma main tu verras couramment dans le coeur qui les a versés. Maintenant je te les envoie comme un soupir, comme un signe de la main à un ami qu'on espère revoir. Peut-être riras-tu plus tard, quand tu seras un homme marié, rangé et moral, en rejetant les yeux sur les pensées d'un pauvre enfant de seize ans qui t'aimait par-dessus toute chose et qui déjà avait l'âme tourmentée de tant de sottises. 20 avril 1838 Gve Flaubert.
Page 8
Copyright Arvensa Editions
Titre singulier, n'est-ce pas ? et à voir ainsi cet arrangement de lettres insignifiant et banal, jamais on ne se serait douté qu'il pût renfermer une pensée sérieuse. Agonies ! eh bien, c'est quelque roman bien hideux et bien noir, je présume ; vous vous trompez, c'est plus, c'est tout un immense résumé d'une vie morale bien hideuse et bien noire. C'est quelque chose de vague, d'irrésolu, qui tient du cauchemar, du rire de dédain, des pleurs et d'une longue rêverie de poète. Poète ? puis-je donner ce nom à celui qui blasphème froidement avec un sarcasme cruel et ironique et qui, parlant de l'âme, se met à rire ? Non, c'est moins que de la poésie, c'est de la prose ; moins que de la prose, des cris ; mais il y en a de faux, d'aigus, de perçants, de sourds, toujours de vrais, rarement d'heureux. C'est une oeuvre bizarre et indéfinissable comme ces masques grotesques qui vous font peur. Il y aura bientôt un an que l'auteur en a écrit la première page, et depuis, ce pénible travail fut bien des fois rejeté, bien des fois repris. Il a écrit ces feuilles dans ses jours de doute, dans ses moments d'ennui, quelquefois dans des nuits fiévreuses, d'autres fois au milieu d'un bal, sous les lauriers d'un jardin ou sur les rochers de la mer. Chaque fois qu'une mort s'opérait dans son âme, chaque fois qu'il tombait de quelque chose de haut, chaque fois qu'une illusion se défaisait et s'abattait comme un château de cartes, chaque fois enfin que quelque chose de pénible et d'agité se passait sous sa vie extérieure calme et tranquille, alors, dis-je, il jetait quelques cris et versait quelques larmes. Il a écrit sans prétention de style, sans désirs de gloire, comme on pleure sans apprêt, comme on souffre sans art. Jamais il n'a fait ceci avec l'intention de le publier plus tard ; il a mis trop de vérité et trop de bonne foi dans sa croyance à rien, pour la dire aux hommes. Il l'a fait pour le montrer à un, à deux tout au plus, qui lui serreront la main après l'avoir entendu et qui ne lui diront pas : c'est bien, mais qui diront : c'est vrai. Enfin, si par hasard quelque main malheureuse venait à découvrir ces lignes, qu'elle se garde d'y toucher ! car elles brûlent et dessèchent la main qui les touche, usent les yeux qui les lisent, assassinent l'âme qui les comprend.
Page 9
Copyright Arvensa Editions
Non ! si quelqu'un vient à découvrir ceci, qu'il se garde de le lire ; ou bien, si son malheur l'y pousse, qu'il ne dise pas après : c'est l'oeuvre d'un insensé, d'un fou, mais qu'il dise : il a souffert quoique son front fût calme, quoique le sourire fût sur ses lèvres et le bonheur dans ses yeux. Qu'il lui sache gré – c'est un de ses proches de lui avoir caché tout cela – de ne point s'être tué de désespoir avant d'écrire, et enfin d'avoir réuni dans quelques pages tout un abîme immense de scepticisme et de désespoir.
Page 10
Copyright Arvensa Editions
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.