Article de Voltaire sur Voltaire

De
Publié par

VoltaireArticle de Voltaire sur VoltaireŒuvres complètes de Voltaire, tome 1ARTICLE DE VOLTAIRE[1]SUR VOLTAIRE __________Voltaire (François-Marie Arouet de), né en 1694, le 20 novembre, de François Arouet, trésorier de la chambre des comptes, et deCatherine Daumart ; historiographe de France en 1745, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi en 1747, et surnuméraire en1749, membre de l’Académie française, de la Crusca, de la Société royale de Londres, de Bologne, de Pétersbourg. Il a composépour le théâtre les pièces suivantes : Œdipe, tragédie, 18 novembre 1718 ; Artémire, tragédie, 15 février 1720 ; Mariamne, tragédie,6 mars 1724, retouchée et redonnée sous le titre de Hérode et Mariamne, tragédie, 10 avril 1725 ; l’Indiscret, comédie en un acte eten vers, 18 août 1725 ; Brutus, tragédie, 11 décembre 1730 ; Ériphyle, tragédie, 7 mars 1732 ; Zaïre, tragédie, 13 août 1732 ;Adélaïde, tragédie, 18 janvier 1734 ; Alzire, tragédie, 27 janvier 1736 ; l’Enfant prodigue ou l’École de la jeunesse, comédie en cinqactes et en vers de dix syllabes, le 10 octobre 1736 ; Zulime, tragédie, 8 juin 1740 ; Mahomet, tragédie, 9 août 1742 ; Mérope,tragédie, 20 février 1743 ; la Mort de César, tragédie, 29 août 1743 ; la Princesse de Navarre, comédie en trois actes, en verslibres, avec un prologue et des divertissements (musique de M. Rameau), composée à l’occasion du mariage de monseigneur ledauphin avec Marie-Thérèse, infante d’Espagne, et représentée à Versailles les ...
Publié le : jeudi 19 mai 2011
Lecture(s) : 113
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Voltaire Article de Voltaire sur Voltaire Œuvres complètes de Voltaire, tome 1
ARTICLE DE VOLTAIRE
[1] SUR VOLTAIRE__________
Voltaire (François-MarieArouet de), né en 1694, le 20 novembre, de François Arouet, trésorier de la chambre des comptes, et de Catherine Daumart ; historiographe de France en 1745, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi en 1747, et surnuméraire en 1749, membre de l’Académie française, de la Crusca, de la Société royale de Londres, de Bologne, de Pétersbourg. Il a composé pour le théâtre les pièces suivantes :Œdipe, tragédie, 18 novembre 1718 ;Artémire, tragédie, 15 février 1720 ;Mariamne, tragédie, 6 mars 1724, retouchée et redonnée sous le titre deHérode et Mariamne, tragédie, 10 avril 1725 ;l’Indiscret, comédie en un acte et en vers, 18 août 1725 ;Brutus, tragédie, 11 décembre 1730 ;Ériphyle, tragédie, 7 mars 1732 ;Zaïre, tragédie, 13 août 1732 ; Adélaïde, tragédie, 18 janvier 1734 ;Alzire, tragédie, 27 janvier 1736 ;l’Enfant prodigue ou l’École de la jeunesse, comédie en cinq actes et en vers de dix syllabes, le 10 octobre 1736 ;Zulime, tragédie, 8 juin 1740 ;Mahomet, tragédie, 9 août 1742 ;Mérope, tragédie, 20 février 1743 ;la Mort de César, tragédie, 29 août 1743 ;la Princesse de Navarre, comédie en trois actes, en vers libres, avec un prologue et des divertissements (musique de M. Rameau), composée à l’occasion du mariage de monseigneur le dauphin avec Marie-Thérèse, infante d’Espagne, et représentée à Versailles les mardi 23 et samedi 27 février 1745 ;Sémiramis, tragédie, 29 août 1748 ;Nanine, comédie en trois actes et en vers, 16 juin 1749 ;Oreste, tragédie, 12 janvier 1750 ;Rome sauvée, tragédie, 24 février 1752 ;le Duc de Foix, tragédie, 17 août 1752 ; — au théâtre de l’Académie royale de musique :le Temple de la Gloire, ballet héroïque en trois actes, avec un prologue, représenté à Versailles le 27 novembre 1745, et à Paris le 10 décembre. La préface d’une des éditions dela Henriadenous apprend que ce poëme fut d’abord imprimé par les soins de l’abbé Desfontaines, qui y mêla quelques vers de sa façon : on cite surtout ceux-ci : Et, malgré les Perraults et malgré les Houdarts, On verra le bon goût fleurir de toutes parts. L’auteur fit ensuite imprimerla Henriadesous son véritable nom en 1727, à Londres. Il y en eut plusieurs éditions ; M. l’abbé Lenglet-Dufresnoy recueillit toutes les variantes et les notes, et les fit imprimer en 1736. On s’est conformé à cette édition dans toutes les suivantes, jusqu’à celle qui a été faite à Leipsick en 1752. On y trouve beaucoup de changements et d’additions dansla Henriade, ainsi que dans les pièces de théâtre et les œuvres diverses. Les opéras intitulés SamsonetPandoresont dans ce recueil, et dans ceux qu’on a faits à Paris et à Rouen sous le titre de Londres.Samsonavait été mis en musique par M. Rameau. Des considérations particulières empêchèrent qu’on ne le représentât. M. Royer a misPandoreen musique ; mais comme l’auteur ne s’était pas asservi à la méthode ordinaire de l’opéra, le musicien a engagé un autre auteur à changer les scènes et à faire les ariettes ; de sorte que cet opéra mis en musique n’est pas celui de M. de Voltaire. Il a donné beaucoup d’ouvrages en prose, comme l’Histoire de Charles XII roi de Suède, leSiècle de Louis XIV, dont il y a plusieurs éditions. On a mis sous son nom beaucoup d’ouvrages qui ne sont point de lui ; d’autres dont le fond lui appartient, mais qu’on a entièrement défigurés : tels sont deux volumes d’uneHistoire universelle depuis Charlemagne jusqu’à Charles VII, roi de France. On prépare actuellement une édition magnifique de tous ses véritables ouvrages. __________
1. ↑Extrait duDictionnaire des Théâtresdes frères Parfaict. C’est dans une lettre à Voltaire lui-même, du 16 juillet 1773, que Parfaict dit lui être redevable de l’article ci-dessus, qu’il avait fait imprimermot pour mot, tel qu’il l’avait reçu de la part de Voltaire. La lettre de Parfaict est imprimée pages 19-24 de la
Lettre au public sur la mort de MM. de Crébillon, Gresset, Parfaict(par le chevalier du Coudray), 1777, in-8°.
Cet article semble avoir été rédigé en 1755, avant les représentations del’Orphelin de la Chine, pendant l’impression de l’édition desŒuvresde Voltaire publiée, en 1756, par les frères Cramer, en dix-sept volumes in-8°.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.