Cent manières d'être ridicule

De
Publié par

« Il y a cent manières d’être ridicule – l’une après l’autre ou toutes à la fois ! »
Barbey d’Aurevilly
« Barbey, vous aviez tout prévu, la société du comique, les torchons people, le règne du buzz, les journaux gratuits, l’agonie de la presse écrite et celle de la vie privée. »
Jean-Marc Parisis
Publié le : mercredi 18 mars 2015
Lecture(s) : 7
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782081361089
Nombre de pages : 221
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Les articles qui suivent, ici rassemblés sous le titreCent Manières d’être ridiculed’après la formule de Barbey d’Aurevilly p. 38, sont extraits du recueilLes Ridicules du temps(1883).L’ordre adopté par l’auteur a été conservé, ainsi que ses notes.
© Flammarion, Paris, 2015 ISBN : 9782081359703
[ť\_s ǣǡǢǦ
par JEANMARC PARISIS
e l’ai croisé cette nuit, près de son apparte JOctave Uzanne dans sonBarbey d’Aure ment, rue Rousselet. Je l’ai vu comme villy, « la moustache cosmétiquée de noir, à la bravache, balafrant son visage de pirate espa gnol, fait pour vivre plutôt sur le pont d’une brigantine d’attaque que dans un salon litté raire ». Comme Armand de Pontmartin dans Les Jeudis de Madame Charbonneau, « por tant un feutre pointu et à bords évasés [] ; drapant théâtralement sur son épaule gauche une limousine à grosses raies grises, et laissant deviner sous cette draperie une tunique pincée sur la taille et bouffante sur la hanche ». La lueur des lampadaires trahissait un air martial et songeur, accusé par la nuit. L’écrivain parais sait sans âge. La conversation s’est engagée,
9
BARBEY 2015
digressive, hélicoïdale, sans ordre, comme les siècles. Le sien, le mien. J’ai sorti un paquet de cigarettes.  Vous fumez ?  Surtout pas ! Le tabac a stupéfié les facul tés de George Sand, de Théophile Gautier, de Gustave Flaubert, pour ne citer que trois énervés du cigare. Je me souviens avoir écrit un article làdessus.  « La Littérature du tabac ». Repris dans Les Ridicules du temps. Entre nous, j’ai trouvé cette théorie assez fumeuse.  J’ai voulu m’amuser. Si vous avez lu mes Memoranda, vous savez mes tendances mélan coliques. Je me distrais en ferraillant. J’ai l’âme aventureuse, chouanne, sorcière, comme mon Cotentin. Privé de grands intérêts et de violentes passions par mon époque, je m’ennuie. Je ne suis pas le seul. L’ennui est le malconstitutionnel e duXIXsiècle. L’ennui est d’autant plus ennuyeux que nous sommes tous égaux devant lui. Vous m’écoutez ou vous vous ennuyez ?  Je vous écoute. Vous parlez parfois comme vous écrivez.  Cela vous évitera dans mes réponses. Le
de placer des guillemets lecteur démêlera ce qui
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

RENARD (Jules) 1864-1910

de Encyclopaedia-Universalis

Rendez-vous chez Scylla

de editions-flammarion

Les Mystères de la Gauche

de editions-flammarion

Un amour impossible

de editions-flammarion

La renverse

de editions-flammarion

suivant