Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Jules César

de Arvensa

Cymbeline

de Arvensa

Titus Andronicus

de Arvensa

ARVENSA ÉDITIONS Plate-forme de référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet www. arvensa. com
Tous droits réservés Arvensa Editions
ISBN Epub : 9782368410042 ISBN Pdf : 9782368410295
Page 2
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L’ÉDITEUR
Notre objectif est de vous fournir la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :
servicequalite@arvensa. com
Pour toute autre demande, contactez :
editions@arvensa. com
Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Si vous souhaitez en être informé et bénéficier d'une version toujours actualisée de cette édition, nous vous invitons à vous inscrire sur le site :
www. arvensa. com
Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l’exprimant à travers leurs commentaires.
Nous vous souhaitons une bonne lecture.
Arvensa Editions © Tous droits réservés Arvensa® Editions
Page 3
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES TITRES
Page 4
Copyright Arvensa Editions
ARVENSA EDITIONS NOTE DE L’ÉDITEUR
CORIOLAN
BIOGRAPHIE CITATIONS
Page 5
Copyright Arvensa Editions
William Shakespeare : Oeuvres complètes TRAGÉDIES Retour à la liste des Tragédies Retour à la liste des titres
CORIOLAN
1607 Traduction par François Guizot, 1864
Page 6
Copyright Arvensa Editions
Page 7
Copyright Arvensa Editions
Notice Personnages Acte Premier Scène I Scène II Scène III Scène IV Scène V Scène VI Scène VII Scène VIII Scène IX Scène X Acte deuxième Scène I Scène II Scène III Acte troisième Scène I Scène II Scène III Acte quatrième Scène I Scène II Scène III Scène IV Scène V Scène VI Scène VII Acte cinquième Scène I
Shakespeare : Oeuvres complètes Tragédies CORIOLAN Retour à la liste des Tragédies Retour à la liste des titres
Table des matières
Page 8
Copyright Arvensa Editions
Scène II Scène III Scène IV Scène V
Page 9
Copyright Arvensa Editions
William Shakespeare : Oeuvres complètes Tragédies CORIOLAN Retour à la table des matières Retour à la liste des Tragédies Retour à la liste des titres
Notice Coriolan, comme l’observe La Harpe, est un des plus beaux rôles qu’il soit possible de mettre sur la scène. C’est un de ces caractères éminemment poétiques qui plaisent à notre imagination qu’ils élèvent, un de ces personnages dans le genre de l’Achille d’Homère qui font le sort d’un État, et semblent mener avec eux la fortune et la gloire ; une de ces âmes nobles et ardentes qui ne peuvent pardonner à l’injustice, parce qu’elles ne la conçoivent pas, et qui se plaisent à punir les ingrats et les méchants, comme on aime à écraser les bêtes rampantes et venimeuses. Mais ce qui plaît surtout dans ce caractère si fier et si indomptable, c’est cet amour filial auquel se rapportent toutes les vertus de Coriolan, et qui fait seul plier son orgueil offensé. « Et comme aux autres la fin qui leur faisoit aimer la vertu estoit la gloire ; aussi à luy, la fin qui lui faisoit aimer la gloire estoit la joye qu’il voyoit que sa mère en recevoit ; car il estimoit n’y avoir rien qui le rendît plus heureux, ne plus honoré, que de faire que sa mère l’ouist priser et louer de tout le monde, et le veist retourner tousjours couronné, et qu’elle l’embrassast à son retour, ayant les larmes aux yeux espraintes de joye. »—(PLUTARQUE, trad. d’Amyol.) Il n’est pas étonnant que Coriolan ait été souvent reproduit sur le théâtre par les poètes de toutes les nations. Leone Allaci fait mention de deux tragédies italiennes de ce nom. Il y a encore un opéra de Coriolan, que Graun a mis en musique. En Angleterre, on compte le Coriolan de Jean Dennis, aujourd’hui presque oublié ; celui de Thomas Sheridan, imprimé à Londres en 1755 ; et surtout celui de Thomson, l’auteur des Saisons, dont le talent descriptif est le véritable titre au rang distingué qu’il occupe dans la littérature anglaise. Nous connaissons en France neuf tragédies sur Coriolan. La première est
Page 10
Copyright Arvensa Editions
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin