Criton ou du Devoir

De
Publié par

Nouvelle édition de Criton ou du Devoir de Platon augmentée d'annexes (Biographie). L'ouvrage a été spécifiquement mis en forme pour votre liseuse.
— Naviguez par simple clic de chapitre à chapitre ou de livre à livre.
— Accédez instantanément à la table des matières hyperliée globale.
— Une table des matières est placée également au début de chaque titre.

A PROPOS DE L'ÉDITEUR : Les éditions Arvensa sont les leaders de la littérature classique numérique. Leur objectif est de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Tous les titres sont produits avec le plus grand soin. Le service qualité des éditions Arvensa s’engage à vous répondre dans les 48h. Retrouvez tous les titres sur le site internet des éditions Arvensa.
Publié le : mardi 18 février 2014
Lecture(s) : 18
EAN13 : 9782368414538
Nombre de pages : 92
Prix de location à la page : 0,0007€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ARVENSA ÉDITIONS Plate-forme de référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet www.arvensa.com
® Tous droits réservés Arvensa Editions 8 bis rue d'Assas, Paris 6ème
ISBN EPUB : 9782368410158 ISBN PDF : 9782368410394
Page 2
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L’ÉDITEUR
Platon a élaboré sa propre pensée en reprenant le travail de certains de ses prédécesseurs, en particulier Socrate. Son œuvre, presque exclusivement composée de dialogues, est d’une remarquable richesse de style et de contenu. C’est avec plaisir que nous vous proposons dans la présente édition l’intégralité de ses œuvres traduites par Victor Cousin. NB : Les références chiffrées de Victor Cousin figurent dans le corps du texte telles qu’on les trouve dans l’édition originale.
L'objectif des éditions Arvensa est de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :
servicequalite@arvensa.com
Pour toutes autres demandes, contactez :
editions@arvensa.com
Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Pour être informé(e) de nos actualités et des mises à jour de cette édition, nous vous invitons à vous inscrire sur notre site :
www.arvensa.com
Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l’exprimant à travers leurs commentaires.
Page 3
Copyright Arvensa Editions
Nous vous souhaitons une bonne lecture.
Arvensa Editions
Page 4
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES TITRES
Page 5
Copyright Arvensa Editions
ARVENSA ÉDITIONS
NOTE DE L’ÉDITEUR
CRITON
Annexes
PLATON SELON DIOGÈNE LAËRCE LA VIE ET L’OEUVRE DE PLATON(Emile Chambry) BIOGRAPHIE DE PLATON SOCRATE
Page 6
Copyright Arvensa Editions
CRITON ou [60] Du Devoir
Retour à la liste des titres Pour toutes remarques ou suggestions : editions@arvensa.com Ou rendez-vous sur : www.arvensa.com
Page 7
Copyright Arvensa Editions
Criton est un dialogue à la tonalité éthique. Cette œuvre est une conversation entre Socrate et son disciple Criton, ayant pour sujet le devoir. Criton essaie de convaincre Socrate de s'échapper de la prison où il attend la mort suite à sa condamnation, rapportée dans l’Apologie de Socrate. Socrate refuse, imaginant ce que lui diraient les lois, sans qui il ne serait rien, s'il les violait en s'échappant. Il conclut que l'évasion constituerait une ingratitude envers les lois qui ont fait se rencontrer ses parents, qui l'ont éduqué, bref qui l'ont façonné tel qu'il est. Ce texte est très révélateur de l'importance de l'existence de lois et de la "cité de droit" pour les Athéniens de l'époque classique.
De tous les arguments, Socrate ne retient que celui portant sur le fait de savoir s'il est injuste envers lui-même par sa fuite, Il ne faut pas rendre injustice par injustice qui est de rendre le mal par le mal.) les autres arguments ayant trait à l'opinion étant détruits. Maintenant que Criton a accepté les restrictions (cela se manifeste par le raccourcissement de ses répliques, fait habituel dans les dialogues de Platon) proposées par Socrate, ce dernier va s'atteler à démontrer que fuir pour éviter de laisser commettre une injustice est en soi une injustice.
Socrate a recours à la prosopopée. Il met en scène les lois, qu'il fait parler : il fait des lois une entité vivante, et la démonstration s'en trouve dramatisée, ce qui lui donne sans doute plus de pertinence. Ces effets de la prosopopée prennent toute leur importance dans le discours qu'elles tiennent. En effet, Socrate compare d'abord les lois à des parents, auxquels les enfants doivent se soumettre comme esclaves, selon la loi athénienne (en particulier au père). Les lois sont ensuite les représentantes de la cité, à laquelle elles donnent vie : c'est grâce aux lois sur le mariage que les Athéniens se marient, et donnent naissance. Enfin, ce sont elles aussi qui garantissent le bien-être commun. Refuser de leur obéir serait donc un acte criminel envers sa propre patrie, et, de là, pour ainsi dire contre soi-même. Résumons : les lois sont l'âme de la cité, ne pas les respecter, c'est mettre sa patrie en danger, et contester une autorité d'autant plus indiscutable qu'elle est familiale. C'est pour cela que Socrate ne peut que s'y soumettre. Remarquons seulement que cette soumission n'est pas une soumission Page 8
Copyright Arvensa Editions
aveugle. Si la patrie agit mal, les citoyens doivent la conseiller, la persuader d'agir mieux. L'exemple de Socrate est à ce titre intéressant : il contesta le régime autoritaire des Trente, et les décisions prises contre les généraux lors de la bataille des Arginuses.
Socrate commence par rappeler les principes sur lequel ils sont d'accord : la ustice n'est jamais ni belle, ni juste, ni bonne. La Justice est l'application des lois votées par les membres de la société. Cette idée de la justice est entre deux extrêmes : le juste et l'injuste. L'objection qu'on peut y faire est qu'il est rare qu'une action soit purement l'une ou l'autre, voilà le point de vue d'Aristote, un disciple de Platon, or Platon discute de l'injustice comme principe de manière absolu (ainsi selon lui la justice et l'injustice ne peuvent être rapprochées).
Ainsi, s'il y a une exclusion absolue, l'injustice doit être évitée car elle n'est amais justifiée. Pour Platon, le cas n'est rien et le principe est tout (on revient à Socrate qui ne se soucie pas de la situation), de même que chez Kant qui trouve son influence chez Platon
Parce que le Criton voit Socrate obéir aux Lois de la Cité, divines, et quand bien même celles-ci sont mal appliquées par les hommes, le dialogue de Platon a inspiré un mouvement politique, d'obédience républicaine, qui promeut une nouvelle lecture de l'ordre juridique, dans le respect de l'ordre juridique positif, et qui a pris pour nom « Mouvement Criton ».
PERSONNAGES DU DIALOGUE [61] SOCRATE, CRITON
SOCRATE. Pourquoi déjà venu, Criton ? N’est-il pas encore bien matin ?
CRITON. Il est vrai.
Page 9
Copyright Arvensa Editions
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.