Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : EPUB - PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

ARVENSA ÉDITIONS Plate-forme de référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet www. arvensa. com
Tous droits réservés Arvensa Editions
ISBN Epub : 9782368410042 ISBN Pdf : 9782368410295
Page 2
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L’ÉDITEUR
Notre objectif est de vous fournir la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :
servicequalite@arvensa. com
Pour toute autre demande, contactez :
editions@arvensa. com
Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Si vous souhaitez en être informé et bénéficier d'une version toujours actualisée de cette édition, nous vous invitons à vous inscrire sur le site :
www. arvensa. com
Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l’exprimant à travers leurs commentaires.
Nous vous souhaitons une bonne lecture.
Arvensa Editions © Tous droits réservés Arvensa® Editions
Page 3
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES TITRES
Page 4
Copyright Arvensa Editions
ARVENSA EDITIONS NOTE DE L’ÉDITEUR
LE ROI RICHARD III
BIOGRAPHIE CITATIONS
Page 5
Copyright Arvensa Editions
William Shakespeare : Oeuvres complètes PIÈCES HISTORIQUES Retour à la liste des pièces historiques Retour à la liste des titres
LE ROI RICHARD III
1592 Traduction par François Guizot, 1864
Page 6
Copyright Arvensa Editions
Page 7
Copyright Arvensa Editions
Présentation Personnages
Scène I Scène II Scène III Scène IV Scène V Scène VI Scène VII Scène VIII Scène IX Scène X Scène XI Scène XII Scène XIII Scène XIV Scène XV Scène XVI Scène XVII Scène XVIII Scène XIX Scène XX Scène XXI Scène XXII Scène XXIII
William Shakespeare : Oeuvres complètes PIÈCES HISTORIQUES LE ROI RICHARD III Retour à la liste des pièces historiques Retour à la liste des titres
Table des matières
Page 8
Copyright Arvensa Editions
William Shakespeare : Oeuvres complètes PIÈCES HISTORIQUES LE ROI RICHARD III Retour à la table des matières Retour à la liste des pièces historiques Retour à la liste des titres
Présentation Le Roi Richard III est le drame de Shakespeare qui’a été le plus souvent imprimé de son vivant. La première édition connue est de 1597 ; d’autres éditions suivirent en 1598, 1602, 1605, 1617. Ce succès ne s’arrêta même pas lorsqu’eut paru l’in-folio de 1623, et des éditions particulières de cette pièce suivirent encore l’édition générale, en 1624, 1629 et 1634, Des différences assez notables de texte, dues peut-être à cette multiplicité d’éditions, se remarquent entre les premiers in-quartos et l’in-folio de 1623. D’autre part l’in-folio contient des passages entiers qui n’existent pas dans les in-quartos, soit que Shakespeare ait ajouté ces passages après les premières éditions, soit que les premiers in-quartos aient imprimé la pièce non telle qu’elle fut écrite, mais telle qu’elle fut représentée. Dans ce dernier cas, ces passages auraient été retranchés, soit pour donner plus de rapidité à la représentation, soit pour tout autre motif tiré des nécessités du théâtre. Le discours par lequel Richard, à la fin de son admirable dialogue avec Élisabeth, porte le dernier coup aux répugnances de la mère outragée, en lui vantant le bonheur dont elle jouira quand sa fille sera reine, manque entre autres dans les éditions in-quarto. Nous avons, sau dans quelques passages sans grande importance, suivi de préférence le texte de 1623.
 Malone pensait que la pièce avait été écrite et représentée vers 1593, et son opinion a été longtemps admise. Aujourd’hui, au contraire, on pense que la date de la représentation de cette pièce fut voisine de celle de sa publication, et on tient pour l’année 1597. Pour nous, comme, nous ne voyons aucune raison convaincante qui plaide pour l’année 1597, et comme nous voyons au contraire plusieurs bonnes raisons qui plaident en faveur dé l’opinion de Malone, nous continuons à la partager. Après
Page 9
Copyright Arvensa Editions
examen attentif, .il nous semble impossible que cette pièce, tout admirable qu’elle soit dans plusieurs de ses parties, ait été écrite à une époque très éloignée de celle où Shakespeare écrivit lesHenri VI. En effet, la pièce est construite exactement d’après le même système. Dans cette pièce Shakespeare n’a encore transformé qu’à demi ce genre dramatique original que le théâtre de son temps livra à son génie, et Richard III apparaît comme une œuvre intermédiaire entre le drame, historique tel qu’il l’a accepté dans lesHenri VI, et le même genre de drame tel qu’il l’a transformé dans lesHenri IVc’est une œuvre de. transition et qui porte ; tous les caractères de la transition. La pièce reste donc comme lesHenri VI une chronique dialoguée, malgré l’incroyable profondeur psychologique dont Shakespeare a fait preuve dans la peinture de l’âme de Richard, et, malgré la grandeur de certaines scènes, grandeur qui n’a été égalée dans aucun théâtre moderne, pas même par Shakespeare lui-même. Sans doute tous les événements s’enchaînent bien logiquement, de manière à respecter la grande loi de l’unité, dramatique, et cependant le poète — semblable en cela aux chroniqueurs, — semble s’être plus inquiété de la succession des faits, que de leurgénération. Une certaine sécheresse de style distingue aussi ce drame, exactement la même sécheresse qui est le caractère propre du style desHenri VI, notamment de celui des première et troisième parties, lequel fait un contraste si marqué avec le style fleuri, exubérant, compliqué, des pièces qui parurent dans les années 1594,1595,1596,le Songe d’une nuit d’été,le Roi Jean ;Roméo et uliette,le Roi Richard II. Enfin,Richard IIIse présente presque comme une continuation de la troisième partie deHenri VI. En effet, lorsque nous lisons dans ce dernier drame les admirables monologues de Glocester, ne nous semble-t-il pas que ces monologues sont comme une introduction et une préface à la tragédie du règne de Richard ? Et le monologue par lequel ce même Glocester ouvre le présent drame, ne répète-t-il pas exactement les monologues de la pièce précédente ? Richard ne s’y peint-il pas exactement dans le même langage et sous le même aspect ? Shakespeare était donc plus que préoccupé du caractère de Richard en écrivant le troisièmeHenri VI ; il préludait dans cette pièce à cette peinture mémorable dont l’intention était déjà arrêtée dans son esprit, non pas à l’état de projet vague et lointain, mais à l’état de projet prochain et dont la réalisation était déjà commencée. Je ne mets donc nullement en doute que l’opinion de Malone ne fût mieux fondée que celle qui a prévalu depuis.
Page 10
Copyright Arvensa Editions