L'art romantique

De
Publié par

Nouvelle édition de L'art romantique de Charles Baudelaire augmentée d'annexes (Biographie). L'ouvrage a été spécifiquement mis en forme pour votre liseuse.
— Naviguez par simple clic de chapitre à chapitre ou de livre à livre.
— Accédez instantanément à la table des matières hyperliée globale.
— Une table des matières est placée également au début de chaque titre.

A PROPOS DE L'ÉDITEUR : Les éditions Arvensa sont les leaders de la littérature classique numérique. Leur objectif est de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Tous les titres sont produits avec le plus grand soin. Le service qualité des éditions Arvensa s’engage à vous répondre dans les 48h. Retrouvez tous les titres sur le site internet des éditions Arvensa.
Publié le : mardi 18 février 2014
Lecture(s) : 11
EAN13 : 9782368411438
Nombre de pages : 411
Prix de location à la page : 0,0007€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ARVENSA EDITIONS Plate-forme de référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet www. arvensa. com
© Tous droits réservés Arvensa® Editions
ISBN Epub : 9782368410172 ISBN Pdf : 9782368410417
Page 2
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L’EDITEUR Notre objectif est de vous fournir la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :
servicequalite@arvensa. com
Pour toute autre demande, contactez :
editions@arvensa. com
Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Pour bénéficier d’une version toujours actualisée de cette édition, nous vous invitons à télécharger la prochaine mise à jour lorsqu’elle vous sera proposée. Si vous souhaitez en être informé(e) et bénéficier plus rapidement des mises à jour, nous vous invitons à vous inscire à notre lettre d'actualité sur le site
www. arvensa. com
Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l’exprimant à travers leurs commentaires.
Nous vous souhaitons une bonne lecture. Arvensa Editions
Page 3
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES TITRES
Page 4
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L’EDITEUR
L’ART ROMANTIQUE
I – L’œuvre et la vie d’Eugène Delacroix II – Peintures murales d’Eugène Delacroix à Saint-Sulpice III – Le peintre de la vie moderne IV – Peintres et aquafortistes V – Vente de la collection de M. E. Piot VI – L’art philosophique VII – Morale du joujou VIII – Théophile Gautier IX – Pierre Dupont X – Richard Wagner et Tannhäuser à Paris XI – Philibert Rouvière XII – Conseils aux jeunes littérateurs XIII – Les drames et les romans honnêtes XIV – L’école païenne XV – Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains XVI – Critiques littéraires
ANNEXES
CHARLES BAUDELAIRE, SA VIE ET SON ŒUVRE CHARLES BAUDELAIRE INTIME (le poète vierge) BAUDELAIRE PAR L’IMAGE BIOGRAPHIE PANORAMIQUE 124 CITATIONS DE CHARLES BAUDELAIRE
Page 5
Copyright Arvensa Editions
L’ART ROMANTIQUE
1885 Charles Baudelaire CRITIQUES
Retour à la liste des titres
Pour toutes remarques ou suggestions: servicequalite@arvensa.com
Ou rendez-vous sur: www.arvensa.com
Page 6
Copyright Arvensa Editions
Table des matières I – L’œuvre et la vie d’Eugène Delacroix Au rédacteur de l’Opinion Nationale I II III IV V VI VII VIII II – Peintures murales d’Eugène Delacroix à Saint-Sulpice III – Le peintre de la vie moderne I – Le beau, la mode et le bonheur II – Le croquis de mœurs III – L’artiste, homme du monde, homme des foules et enfant IV – La modernité V – L’art mnémonique VI – Les annales de la guerre VII – Pompes et solennités VIII – Le militaire IX – Le dandy X – La femme XI – Éloge du maquillage XII – Les femmes et les filles XIII – Les voitures IV – Peintres et aquafortistes V – Vente de la collection de M. E. Piot VI – L’art philosophique VII – Morale du joujou VIII – Théophile Gautier I II III IV V
Page 7
Copyright Arvensa Editions
VI IX – Pierre Dupont X – Richard Wagner et Tannhäuser à Paris I II III IV Encore quelques mots XI – Philibert Rouvière XII – Conseils aux jeunes littérateurs I – Du bonheur et du guignon dans les débuts II – Des salaires III – Des sympathies et des antipathies IV – De l’éreintage V – Des méthodes de composition VI – Du travail journalier et de l’inspiration VII – De la poésie VIII – Des créanciers IX – Des maîtresses XIII – Les drames et les romans honnêtes XIV – L’école païenne XV – Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains I – Victor Hugo II – Auguste Barbier III – Marceline Desbordes-Valmore IV – Théophile Gautier V – Pétrus Borel VI – Hégésippe Moreau VII – Théodore De Banville VIII – Pierre Dupont IX – Leconte De Lisle X – Gustave Le Vavasseur XVI – Critiques littéraires I – Les Misérables par Victor Hugo II – Madame Bovary par Gustave Flaubert III – La double vie par Charles Asselineau IV – Les martyrs ridicules par Léon Cladel
Page 8
Copyright Arvensa Editions
I – L’œuvre et la vie d’Eugène Delacroix
Au rédacteur de l’Opinion Nationale Monsieur, Je voudrais, une fois encore, une fois suprême, rendre hommage au génie d’Eugène Delacroix, et je vous prie de vouloir bien accueillir dans votre journal ces quelques pages où j’essaierai d’enfermer, aussi brièvement que possible, l’histoire de son talent, la raison de sa supériorité, qui n’est pas encore, selon moi, suffisamment reconnue, et enfin quelques anecdotes et quelques observations sur sa vie et son caractère. J’ai eu le bonheur d’être lié très-jeune (dès 1845, autant que je peux me souvenir) avec l’illustre défunt, et dans cette liaison, d’où le respect de ma part et l’indulgence de la sienne n’excluaient pas la confiance et la familiarité réciproques, j’ai pu à loisir puiser les notions les plus exactes, non-seulement sur sa méthode, mais aussi sur les qualités les plus intimes de sa grande âme. Vous n’attendez pas, monsieur, que je fasse ici une analyse détaillée des œuvres de Delacroix. Outre que chacun de nous l’a faite, selon ses forces et au fur et à mesure que le grand peintre montrait au public les travaux successifs de sa pensée, le compte en est si long, qu’en accordant seulement quelques lignes à chacun de ses principaux ouvrages, une pareille analyse remplirait presque un volume. Qu’il nous suffise d’en exposer ici un vif résumé. Ses peintures monumentales s’étalent dans leSalon du Roià la Chambre des députés, à la bibliothèque de la Chambre des députés, à la bibliothèque du palais du Luxembourg, à la galerie d’Apollon au Louvre, et au Salon de la Paix à l’Hôtel de ville. Ces décorations comprennent une masse énorme de sujets allégoriques, religieux et historiques, appartenant tous au domaine le plus noble de l’intelligence. Quant à ses tableaux dits de chevalet, ses esquisses, ses grisailles, ses aquarelles, etc., le compte monte à un chiffre approximatif de deux cent trente-six.
Page 9
Copyright Arvensa Editions
Les grands sujets exposés à diversSalonsau nombre de soixante- sont dix-sept. Je tire ces notes du catalogue que M. Théophile Silvestre a placé à la suite de son excellente notice sur Eugène Delacroix, dans son livre intitulé :Histoire des peintres vivants. J’ai essayé plus d’une fois, moi-même, de dresser cet énorme catalogue ; mais ma patience a été brisée par cette incroyable fécondité, et, de guerre lasse, j’y ai renoncé. Si M. Théophile Silvestre s’est trompé, il n’a pu se tromper qu’en moins. Je crois, monsieur, que l’important ici est simplement de chercher la qualité caractéristique du génie de Delacroix et d’essayer de la définir ; de chercher en quoi il diffère de ses plus illustres devanciers, tout en les égalant ; de montrer enfin, autant que la parole écrite le permet, l’art magique grâce auquel il a pu traduire laparoledes images plastiques par plus vives et plus appropriées que celles d’aucun créateur de même profession, — en un mot, de quellespécialité la Providence avait chargé Eugène Delacroix dans le développement historique de la Peinture.
Page 10
Copyright Arvensa Editions
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.