La Corneille Bonaparte

De
Publié par

Quand vous aurez lu ce livre, vous ne regarderez plus jamais les corneilles du même œil !

Cet oiseau est l’un des plus intelligents de la gent ailée, et son QI évalué par les ornithologues est stupéfiant. Certains chercheurs n’hésitent pas à le nommer le « Einstein à plumes de la création » ! Ces étonnantes facultés ont été vérifiées par l’auteur qui a élevé une corneille durant quelques mois. Et a dû servir de mère corneille improvisée : comment apprendre à voler à Bonaparte, comment lui interdire d’attaquer le facteur, comment lui faire comprendre qu’on ne crève pas les parapluies quand il y a une vieille dame dessous… Finalement, il a fallu se résoudre à rendre Bonaparte à la nature. Ce qui a failli lui coûter la vie, les corneilles « sauvages » considérant cette intruse éduquée dans un autre monde comme un danger pour leur clan. Heureusement, Bonaparte, par la force des circonstances, avait encore fait progresser cette intelligence supérieure dont est dotée son espèce. Et a su triompher de toutes les épreuves Mais laissons… la plume à la corneille Bonaparte. Qui mieux que personne nous croasse le récit de sa vie. Seule mise en garde de l’auteur-traducteur : il a fait de son mieux, mais, comme le prétend Bonaparte, le langage des corneilles étant plus riche que le vocabulaire brouillon des humains, il faut lire entre les lignes pour saisir toute la philosophie de ce message.

Un petit roman atypique à ne pas manquer !

EXTRAIT

Je monte, je monte, je ne redescendrai plus. J’ai eu une belle vie. Je monte pour rejoindre dans les nuages un papillon doré et noir. L’air chaud d’un courant ascendant me soulève. Plus haut, toujours plus haut. Je quitte la terre. Après quarante-deux couvées, j’aurais pu, comme les autres corneilles, m’endormir sous un buisson. Mais je ne suis pas une corneille ordinaire… J’ai appris à voler comme un aigle, je suis une exception. Une championne hors normes. Quand on est sur le point de mourir, on peut enfin oser l’orgueil. Ce n’est pas de la suffisance, mais un constat. Pourquoi ne pas être fier de soi quand on fait le bilan de son existence ?

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

- « Dans ces pages, l'oiseau s'exprime sans retenue. C'est plein de bon sens, de philosophie, de finesse, de tendresse et de sourires. » - Le Journal de Veyrier

- «[C]e petit ouvrage, que n'aurait pas désavoué un Jean de la Fontaine, se dévore aussi bien par les jeunes que par les adultes. Il ressemble à son auteur au regard franc, clair et naturel. » - La vie protestante

« " Je ne suis pas une corneille ordinaire. "A moins d’aimer les coups de bec, inutile de contredire ce drôle d’oiseau-là, unique narrateur de La corneille Bonaparte, à qui Christian Vellas, le plus genevois des nimois, auteur de plusieurs ouvrages sur la cité de Calvin […], prête sa plume dans ce joli petit conte original et philosophique. » Vigousse

À PROPOS DE L'AUTEUR

Tombé dans la lecture dès l'enfance, Christian Vellas commence à rédiger ses premiers textes à l'âge de dix ans. Après avoir passé tout sa carrière en tant que journaliste à La Tribune de Genève, il a publié son premier roman, Ce jour-là, Monsieur le juge, en 2010. La Corneille Bonaparte constitue son deuxième roman.

Publié le : vendredi 29 mai 2015
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782832106860
Nombre de pages : 96
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat