7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou
Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : EPUB - PDF

sans DRM

Publications similaires

Tancrède

de Arvensa

Ériphyle

de Arvensa

ARVENSA ÉDITIONS Plate-forme de référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos actualités sur notre site Internet www. arvensa. com
©Tous droits réservés Arvensa® Éditions 8 bis rue d'Assas, Paris 6ème
ISBN EPUB : 9782368410035 ISBN PDF : 9782368410288
Page 2
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L’ÉDITEUR
L’objectif des Éditions Arvensa est de vous faire connaître les œuvres des plus grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable, tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :
servicequalite@arvensa.com
Pour toutes autres demandes, contactez :
editions@arvensa.com
Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Si vous souhaitez être informé de nos actualités et des mises à jour de cette édition, nous vous invitons à vous inscrire sur le site :
www.arvensa.com
Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l’exprimant à travers leurs commentaires.
Nous vous souhaitons une bonne lecture.
Arvensa Éditions
Page 3
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES OEUVRES
Page 4
Copyright Arvensa Editions
Arvensa éditions Note de l'éditeur
Le Baron d'Otrante
Annexes
Biographie Citations et proverbes de Voltaire
Page 5
Copyright Arvensa Editions
LE BARON D'OTRANTE (1767)
Voltaire Théâtre
Retour à la liste des oeuvres
Pour toutes remarques ou suggestions: servicequalite@arvensa.com
Ou rendez-vous sur : www.arvensa.com
opera buffa en trois actes
Page 6
Copyright Arvensa Editions
AVERTISSEMENT PERSONNAGES ACTE I. Scène I. Scène II. Scène III. Scène IV. Scène V. Scène VI. ACTE DEUXIEME Scène I. Scène II. Scène III. Scène IV. ACTE TROISIEME Scène I. Scène II. Scène III. Scène IV. ACTE II. SCÈNE I. SCÈNE II. SCÈNE III. SCÈNE IV. SCÈNE V. ACTE III.
Table des matières
Page 7
Copyright Arvensa Editions
SCÈNE I. SCÈNE II. SCÈNE III. SCÈNE IV. ACTE IV. SCÈNE I. SCÈNE II. SCÈNE III. ACTE V. SCÈNE I. SCÈNE II. SCÈNE III.
Page 8
Copyright Arvensa Editions
Avertissement Cette petite pièce fut faite pour M. Grétry, qui, à son retour d’Italie, avait passé six mois à Genève, d’où il se rendait fréquemment à Ferney. M. de Votaire et Mme Denis, sur quelques essais de musique qu’il leur fit entendre, conçurent une si grande espérance de ses talents, qu’ils le pressèrent vivement d’aller les exercer à Paris ; et, pour l’y déterminer d’autant mieux, M. de Voltaire s’offrit de travailler dans un genre nouveau, dont il n’osait cependant espérer, disait-il, d’atteindre la sublimité. Il donna en effet le Baron d’Otrante à M. Grétrv, qui vint le présenter aux comédiens italiens comme l’ouvrage d’un jeune homme de province. Les comédiens refusèrent la pièce, en avouant cependant que l’auteur n’était pas sans talent et qu’il promettait beaucoup. Ils engagèrent même M. Grétry à mander au jeune homme que s’il voulait venir à Paris, on pourrait lui indiquer quelques changements nécessaires pour faire admettre et représenter sa pièce, et qu’avec de la docilité et un peu d’étude de leur théâtre il pourrait lui devenir utile par ses travaux, et se rendre digne d’y être attaché. Leur défiance venait principalement de la nouveauté de ce genre d’opéra comique, où l’un des principaux rôles était en italien et tous les autres en français ; mais si l’on a vu longtemps sur le même théâtre, dans des comédies, un principal personnage parler français, et tous les autres lui répondre en Italien, pourquoi l’inverse n’aurait-il pas réussi dans un opéra comique rempli d’ailleurs de gaieté et de philosophie? Quoi qu’il en soit, le jeune auteur reconnut son insuffisance, et ne jugea pas à propos de se déplacer. Il aima mieux renoncer à une gloire qu’il désespérait d’obtenir. Cet événement empêcha M. Grétry de mettre la pièce en musique, et l’auteur de la Henriade et de Mahomet de faire des opéras-comiques. Il s’en tint à ses premiers essais, le Baron d’Otrante et les Deux Tonneaux. Il est assez remarquable que M. de Voltaire donna le premier un opéra à M. Grétry, comme il avait, le premier, vers 1730, donné une tragédie lyrique à Rameau, avant que ces deux grands musiciens se fussent encore exercés dans les genres où ils ont excellé. Le grand poète découvrit leur génie et pressentit leur succès. Si les encouragements qu’il leur donna ont pu les déterminer à embrasser la carrière dramatique, on lui serait en partie redevable des chefs-d’oeuvre dont ils ont enrichi la scène, et des Page 9
Copyright Arvensa Editions
progrès qu’ils ont fait faire à l’art musical. Quel homme grave, à ce prix, ne pardonnerait à M. de Voltaire d’avoir fait des opéras comiques?
Page 10
Copyright Arvensa Editions