7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou
Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB

sans DRM

Publications similaires

ARVENSA ÉDITIONS Plate-forme de référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet : www.arvensa.com
©Tous droits réservés Arvensa® Éditions
ISBN Epub : 9782368410233 ISBN PDF : 9782368410479
Page 2
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L’ÉDITEUR
L’objectif des Éditions Arvensa est de vous fournir la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement.. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :
servicequalite@arvensa. com
Pour toute autre demande, contactez :
editions@arvensa. com
Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Pour être informé(e) et bénéficier rapidement et gratuitement d’une version toujours actualisée de cette édition, nous vous invitons à vous inscrire sur notre site :
www.arvensa.com
Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l’exprimant à travers leurs commentaires. Nous vous souhaitons une bonne lecture. Arvensa Éditions
Page 3
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES TITRES
Page 4
Copyright Arvensa Editions
ARVENSA EDITIONS NOTE DE L’ÉDITEUR
LE SONGE D’AUGUSTE
ANNEXES BIOGRAPHIE D'ALFRED DE MUSSET : SA VIE ET SES OEUVRES.
Page 5
Copyright Arvensa Editions
Alfred de Musset : Oeuvres complètes OEUVRES POSTHUMES Retour à la liste des oeuvres posthumes Retour à la liste des titres
LE SONGE D’AUGUSTE
[106] Le palais de l'empereur. — Au fond, un jardin derrière une colonnade.
Page 6
Copyright Arvensa Editions
Scène première Scène II Scène III Scène IV Scène V
Alfred de Musset : Oeuvres complètes OEUVRES POSTHUMES LE SONGE D’AUGUSTE Retour à la liste des oeuvres posthumes Retour à la liste des titres
Table des matières
Page 7
Copyright Arvensa Editions
Alfred de Musset : Oeuvres complètes OEUVRES POSTHUMES LE SONGE D’AUGUSTE Retour à la liste des oeuvres posthumes Retour à la liste des titres
Scène première CHOEUR DE GUERRIERS, CHOEUR DE JEUNES FILLES.
CHOEUR DES JEUNES FILLES. Guerriers, d'où venez-vous ? Pendant ces jours de fête, Quel heureux sort vous ramène en ces lieux ? Quelle main triomphante a sur vos nobles têtes Posé ces lauriers glorieux ?
CHOEUR DES GUERRIERS. Nous venons de Pharsale et de la Germanie. Jusqu'aux bornes du monde, et par-delà les mers, Suivant César et son génie, Nous avons, en vainqueurs, traversé l'univers.
UN JEUNE SOLDAT. Amis ! et nous aussi nous avons fait la guerre. Vaillants héros ?, dont les pas triomphants Sans lasser la victoire ont parcouru la terre, Salut ! nous sommes vos enfants.
CHOEUR GÉNÉRAL. Qu'en ce palais notre voix retentisse !
LES GUERRIERS. Chantez enfants.
LES JEUNES FILLES. Chantez, vainqueurs.
Page 8
Copyright Arvensa Editions
CHOEUR. Et que l'air partout se remplisse De chants, de lumière et de fleurs,
LES GUERRIERS. Voici César.
LES JEUNES FILLES. Voici l'impératrice.
LES GUERRIERS. Amis, retirons-nous,
LES JEUNES FILLES. Éloignons nous, mes soeurs,
CHOEUR,se retirant. Salut, César !
Page 9
Copyright Arvensa Editions
Alfred de Musset : Oeuvres complètes OEUVRES POSTHUMES LE SONGE D’AUGUSTE Retour à la liste des oeuvres posthumes Retour à la liste des titres
Scène II AUGUSTE, LIVIE, OCTAVIE.
AUGUSTE,répondant au choeur qui sort. Salut. — Oui, ma chère Livie, César a fait ce soir appeler Octavie. Sur un souci que j'ai, je veux vous consulter.
LIVIE. Quel souci, cher seigneur, peut vous inquiéter ?
AUGUSTE. Aucun assurément, quand je vous vois sourire. Dès que votre coeur bat dans l'air que je respire, Je braverais les dieux, de mon honneur jaloux !
LIVIE. S'il ne faut que mon coeur, seigneur, que craignez-vous ?
OCTAVIE. Est-ce quelque ennemi qui relève la tête, Quelque nouveau Brutus dont le glaive s'apprête ?
AUGUSTE. Non ! aux nouveaux Brutus je n'ajoute plus foi. Et Rome en est, je pense, aussi lasse que moi.
OCTAVIE. Est-ce quelque vaincu, quelque roi tributaire Qui vous désobéit, aux confins de la terre. Quelque Scythe qui tarde à payer ses impôts ? Page 10
Copyright Arvensa Editions