Les Chrétiens et l'hellénisme - Identités sreligieuses et culture grecque dans l'Antiquité tardive

De
Publié par

Les modernes ont souvent opposé les chrétiens à l’hellénisme. Les auteurs antiques eux-mêmes – qu’ils soient « Grecs » ou chrétiens – semblent avoir thématisé leur antagonisme. Que vaut cette ligne de fracture ? Qu’est-ce qu’être Grec à la fin de l’Antiquité ?

Pour quelles raisons un chrétien hellénophone, passé par les écoles de l’Empire et nourri de paideia, ne saurait-il être un Grec, au même titre que les autres ? Qui donne, qui revendique et qui refuse ce titre – et pourquoi ? Les termes dans lesquels le sujet est posé ne sont ni simples, ni neutres. La notion d’hellénisme, qui peut paraître moins confessionnelle que celle de « paganisme », est en réalité marquée par les conflits religieux des époques hellénistique et tardive. Ce sont, on le montrera, les besoins de l’autodéfinition et l’élaboration de la polémique contre l’Autre qui conditionnent les rapports entre les chrétiens et « l’hellénisme ».

Cet ouvrage porte une attention particulière au but poursuivi par les auteurs anciens dans chacune de leurs déclarations identitaires, entre langue commune et particularisme religieux.


Textes édités par Arnaud Perrot


Publié le : dimanche 1 janvier 2012
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728825059
Nombre de pages : 278
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
AVANT-PROPOS
1 Anaud Perrot
és chÈéns é ’héÈnsmé, éncôé. é sujé péu paaé cônénu au écéu Famé dés Èudés « pasqués », an  és a qué, cés dénèés dÈcénnés, é dÈéôppémén dés Èudés su és judasmés é és chsansmés dé angué gécqué a cônsdÈabémén accu nôé cônnassancé dé a cuué « gécqué » dés auéus chÈéns. Nômbéux sôn céux, én éfé, qu ôn cônsacÈ uné pa sgnIcaé dé éus aaux à Èucdé, chéz és chÈéns, a pÈséncé é ’usagé dés Fômés é dés éux cômmuns Èaés, dés côncéps, dés môdés d’agu-ménaôn é dés paqués spuéés é égéusés dé ’héÈnsmé. ï nôus één nÈanmôns d’éxpôsé c és dîcuÈs dé mÈhôdé, és maénéndus, 2 qu ménacén uné éé échéché .
Qu’estce qu’un « Grec » ? On a ôngémps ôppôsÈ és chÈéns à ’« héÈnsmé », qu’ôn a ôuu, pôu dés asôns apôôgÈqués, pÈséé és auéus chÈéns dé ôu cônac aéc a sagéssé du môndé – cé qu aua sans dôué béaucôup sups és nÈéssÈs – ôu qu’ôn a ôuu és éxpôpé d’un hÈagé cuué géc qu’s auaén « ah », du Fa mêmé dé éu adhÈsôn à uné « sagéssé babaé ». ï Fau aôué qué és émés dans ésqués é sujé és adônnéémén pôsÈ né sôn én ÈaÈ n smpés, n néués : à cômméncé pa a nôôn d’« héÈnsmé » éé-mêmé, pôFôndÈmén maquÈé pa és cônLs égéux dés Èpôqués héÈnsqué é adé, qu sémbé dônc un péu pÈgÈé. On én dônnéa c déux éxémpés. En déhôs dé sés accépôns ngusqués é sysqués, é éméਬȜȜȘȞȚıȝંȢa ÈÈ usÈ anÔ cômmé unrepoussoir, anÔ cômmé unébannière identitaire.
1. A. Péô és dôcôan à ’unésÈ dé Pas-Sôbônné. é pÈsén ôuagé és ssu dé a jôunÈé d’Èudé pasqué qu’ a ôgansÈé aéc Dad Pén é 21 mas 2009 à ’Écôé nômaé supÈéué. ï pôôngé és dÈbas qu ôn éu éu ôs dé céé éncôné, én épénan és dôssés à nôuéaux Fas. 2. Jé éns pacuèémén à émécé Anné BôchÈ (abEx RESMED) pôu ’adé pÈcéusé qu’éé m’a appôÈé ôs dé a éécué é dé a msé én Fômé du manusc Ina.
7
Arnaud Perrot
Dans a Sépané, a Bbé dés juFs dé angué gécqué, pus dés chÈéns, é mô és usÈ pôu dÈsgné ’adôpôn pa céans juFs, sôus és SÈéucdés, dé manèés dés « gécqués », qu épÈsénén su é pan dés mœus un « paga-nsmé » (é mô n’és pas môns pÈgÈ). é éméਬȜȜȘȞȚıȝંȢ– « ’héÈnsmé é és manèés Èangèés sé dÈéôppèén cônsdÈabémén » (2 M 4, 13) – nôé uné dÈpédôn dé ’dénÈ é dé a pÈÈ « jués », séôn ’dÈé qué s’én Fa é Èdacéu du déuxèmé é dés MaccabÈés. é émé és dônc ôn d’êé puémén déscpF, é s’ és a qué cé é aésé pôu a pémèé Fôs é môਬȜȜȘȞȚıȝંȢ,  és auss céu qu Fôun a pémèé aésaôn du mô ੉ȠυįαȧıȝંȢS’adjôgnan éus Fèés dé acé é céux qu: « s’étaient maintenusdans é judasmé, s én assémbèén énôn sx mé » (2 M 8, 1). Dans é é, és déux émés Fômén manFésémén un côupé dé nôôns anhÈqués, qu péméén dé Faé é  éné céux qu sôn ésÈs « Idèés » à a adôn d’ïsaë (ôu à uné céané dÈé dé a adôn), Èuns auôu dé « Judas d MaccabÈé », é és « aués ». À ’nésé, é cé n’és péu-êé pas un hasad, é émé és ééndquÈ côné és chÈéns pa Juén, émpééu dé 361 à 363, pôu unIé sôus uné mêmé appéaôn ôués és Fômés dé pÈÈ «gécqué», c’és-à-dé nôn jué, é suôu nôn chÈénné, ands qué és chÈéns, éux, sôn éjéÈs d’uné manèé ôu auss aIcéé du cÔÈ dé a « GaÈé » (Ep., 84). On péu dônc dé, én un céan séns, qué a nôôn d’héÈnsmé és ans Faé qu’éé né péu pas abôu à aué chôsé qu’à un anagônsmé, à uné éxcusôn. ’appéaôn dé « Géc » n’és pas pus caé, ca éé a éndancé à dÈsgné sans dsncôn, chéz és Ècans chÈéns (qu sôn pésqué én ôaÈ ssus dés « naôns »), és nôn-chÈéns é és nôn-juFs, és « aués », és « paéns », én éu d’unégrammaire du mondequ éu és Fôuné pa és Écués é qu és pôéusé d’un éfé d’Ècasémén. On émaquéa cépéndan qu’ s’ag à d’uné Èquéé « cônFéssônnéé », é nôn ngusqué, éhnqué, pôqué, ôu « csaônnéé », cômmé c’és é cas pôu ’ôppôsôn cassqué éné és Gécs é és « Babaés ». On a dônc afaé à dés émés éxêmémén gssans, à dés jéux d’ôppôsôns qu né s’Èquaén pas. és pÈôccupaôns dénaés, és bésôns dé ’auôdÈInôn é ’Èabôaôn dé a pôÈmqué côné ’Aué, ’adésaé égéux, côndônnén, pôu uné bônné pa, és appôs éné és chÈéns é « ’héÈnsmé », éus môdaÈs, ôé a dÈInôn dé ’héÈnsmé éé-mêmé. ’héÈnsmé és dônc un émé à gÈômÈé aabé, puôqué, é  cônén sans dôué dé né pas pôsé a quésôn én émés d’essencepagansmé » . S’ s’ag du « é dé sés manFésaôns égéusés (sacIcés, hônnéus éndus aux « Faux déux », éc.), aôs és chÈéns né sôn pas « gécs », s sôn, au cônaé, és épÈsénans d’uné « côné-cuué ». Mas ôn aua Ô Fa d’accusé és auéus chÈéns dé « mauasé Fô », s’s pÈéndaén – é s é Fôn paFôs – gnôé a cuué dés Ècôés, é é ca dès és ii é iii sècés, pÈôdé d’nénsé accuuaôn du chsansmé
8
Avantpropos
au môndé gÈcô-ôman, aπαȚįİ઀αdés néécués chÈéns héÈnôphônés és un nsumén dé chôx pôu pÈséné a nôuéé égôn aux « Gécs ».
Le « Grec » comme igure à tIroIrs ’éxpéssôn péu ngué. On éu dé pa à qué és « Gécs » né sôn pas ôujôus cé qu’s sémbén êé. On sa aéc quéé FÈcôndÈ uné néôgaôn cômmé céé dé Téuén : « Quô dé cômmun éné Ahènés é JÈusaém ? » 3 (Quid ergo Athenis et Hierosolymis ? ) a pôpémén nôu a échéché uné-saé cés dénèés dÈcénnés. Ps én déhôs dé sôn cônéxé, é mô dé Téuén sémbé cônsué un a dé pôÈmquéad externos: ’apôôgsé paa aîmé snôn ’ncômpabÈ, du môns é caacèé ncômpaabé dé céé « phôsôphé babaé », d’ôgné jué, qu’és é chsansmé, aéc a « phôsôphé gécqué », symbôsÈé pa Ahènés. On aua à un ndcé dés pÈénôns chÈénnés à suppané a adôn phôsôphqué gécqué. On ôubé sôuén qué a Fômué dé ’apôô-gsé cônsuéd’abordun a dé pôÈmqué néné au chsansmé. é mô és dgÈ, à dés Ins d’éxcusôn, côné un céan nômbé dé chÈéns jugÈs « dÈans », accusÈs d’aduÈé é cônénu du « chsansmé » pa dés ôpnôns phôsôphqués : sôcsmé, paônsmé, asôÈsmé, éc. ï s’ag à d’uné chéé du dscôus hÈÈsôôgqué pômsé à un bé aén, areductio ad Graecos, à a Fôs anÈéus é éxÈéus à ’Égsé. C’és pÈc-sÈmén én appô aéc ’éxcusôn dés adésaés qué ’ôn péu cômpéndé a pémÈabÈ du Fônds d’aguménsad internoséad externos. ï s’ag dé Faé changé dé sau é « dÈan », dé é Faé « sô » dé Façôn symbôqué. Téuén, dôn ’œué môné pa aéus uné céané cônnassancé dé a cuué gécqué, appué, pôu és bésôns dé a pôÈmqué, é dé Façôn ôu auss symbôqué, su a dménsôn « babaé », « Èangèé » du chsansmé. On a à un jéu d’Èquéés, dôn ’ésséné cônssé pésqué dans a Iguaôn dé ’ÈangéÈ, ’hÈÈôgÈnÈÈ adcaé dé ’ôpnôn dôé é dé ’ôpnôn hÈÈqué, én émôan és côupés annômqués Géc / Babaé, Géc / JuF.
Le « Grec » comme igure lIttéraIre ï Fau aô à ’ésp qué a pôÈmqué égéusé n’ôbÈ pas aux ègés dé a échéché unésaé. Eé sé pÈôccupé asséz péu dé éndé cômpé dé a cômpéxÈ dés pôsôns dé ’adésaé, ôu mêmé dé sa désÈ, sauF s éé péu én é pôI. En gÈnÈa, ’adésaé « Fa bôc ». On ôuda én dônné un éxémpé. é chapé ii du dscôusAux jeunes gensdé Basé dé CÈsaÈé é (méu du iv sècé) cômpé pam és pncpaux môméns d’auôdÈInôn dé
3.Traité de la prescription contre les hérétiques, Vïï, 9.
9
Arnaud Perrot
’ôaéu chÈén (é dé sôn pubc), mas auss dé cônsucôn dé ’Aué, én ’ôccuéncé « és Gécs », ôu du môns éus auôÈs Èaés, à qu  cônén dé né pas cônIé, uné Fôs pôu ôués, é « gôuéna dé ’négéncé », pôu és asôns qu ôn sué.
਺ȝİῖȢ,παῖįİȢ,Ƞ੝į੻ȞİੇȞαȚȤȡોȝαπαȞIJȐπαıȚIJઁȞਕȞșȡȫπȚȞȠȞȕȓȠȞIJȠ૨IJȠȞਫ਼πȠȜαȝȕȐȞȠȝİȞ, Ƞ੡IJਕȖαșȩȞIJȚȞȠȝȓȗȠȝİȞ੖ȜȦȢ,Ƞ੡IJੑȞȠȝȐȗȠȝİȞ,IJ੽ȞıυȞIJȑȜİȚαȞਲȝῖȞਙȤȡȚIJȠȪIJȠυπαȡȑȤİIJαȚ.ȅ੝țȠ૨ȞȠ੝πȡȠȖȩȞȦȞπİȡȚφȐȞİȚαȞ,Ƞ੝țੁıȤઃȞıȫȝαIJȠȢ,Ƞ੝țȐȜȜȠȢ,Ƞ੝ȝȑȖİșȠȢ, Ƞ੝IJ੹Ȣπαȡ੹πȐȞIJȦȞਕȞșȡȫπȦȞIJȚȝȐȢ,Ƞ੝ȕαıȚȜİȓαȞα੝IJȒȞ,Ƞ੝ȤIJȚਗȞİ੅πȠȚIJȚȢIJ૵ȞਕȞșȡȦπȓȞȦȞ,ȝȑȖα,ਕȜȜȠ੝įİ੝ȤોȢਙȟȚȠȞțȡȓȞȠȝİȞ,IJȠઃȢ਩ȤȠȞIJαȢਕπȠȕȜȑπȠȝİȞ,ਕȜȜਥπ੿ȝαțȡȩIJİȡȠȞπȡȩȧȝİȞIJαῖȢਥȜπȓıȚ,țα੿πȡઁȢਦIJȑȡȠυȕȓȠυπαȡαıțİυ੽ȞਚπαȞIJαπȡȐIJIJȠȝİȞ.
Nôus aués, més énFans, nôus n’accôdôns à céé é humané absôumén aucuné aéu. Nôus né cônsdÈôns én aucun cas n n’appéôns bén cé dôn a cônbuôn sé mé aux bônés dé céé é. Pa cônsÈquén, cé n’és pas é caacèé usé dés ancêés, a Fôcé physqué, a béauÈ, a aé, és hônnéus éçus dé ôus és hômmés, a ôyauÈ éé-mêmé, ôu cé qu’ôn pôua cé pam és chôsés humanés, qué nôus cônsdÈôns cômmé gand, ôu mêmé dgné d’êé sôuhaÈ, é nôus né Ixôns pas és yéux su céux qu és pôssèdén, mas nôus pôôns pus ôn nôs éspÈancés é Fasôns ôué chôsé én ué dé pÈpaé uné aué é.
Dans cé passagé, és éspÈancés chÈénnés né sôn pas FômuÈés dé manèé décé, mas pa é bas dé anégationdés béns écônnus é échéchÈs pa és « Gécs ». Cés dénés sôn dénIÈs aux éux dé ’Èôgé dé a hÈôqué gÈcô-ômané : és ancêés usés, a Fôcé physqué, a béauÈ, a aé, éc. a subésôn dés éux dé ’Èôgé ([...]Ƞ੝ȝ੼Ȗα) pémé, à a Fôs, dé sôugné ’aÈÈ du « pôjé géc » é a Fômuaôn d’uné dÈInôn dé sô. Mas céé aÈÈ (vs.ਲȝİῖȢ, « nôus aués ») és Fô Èduccé, éé és cônsué pôu méux méé én Èdéncé a spÈcIcÈ chÈénné, ’dénÈ chÈénné. Eé n’és pas é pôdu d’uné gnôancé ôu d’un sôaônnsmé cuué (é dscôus Aux jeunes gens, Èabé sômmé dé cuué scôaé, manFésé dés ambôns Èaés Èdénés « dans » ’héÈnsmé) mas é Fa d’uné cônsucôn È-aé nénônnéé, d’un jéu éÈ, du émpô d’uné sé scôaé, qu én un péu dé a FanFaônnadé dénaé, déan cés « Gécs » dé papé, côné qu a cuué gécqué és éôunÈé. é pôjé dé cés gnés n’és pas an dé éndé cômpé Idèémén, scén-Iquémén, dés ôbjécFs « paéns » – au Fônd, Paôn, qu sé c d’hypôéxé, suîa à Faé mén ’auéu du dscôus! – qué dé Faé cômpéndé au écéu, pa a nÈgaé é é dÈôu du aa Èaé, qué séus és chÈéns ôn È-abémén és yéux IxÈs su és béns Èénés é qué cé sôn éux és Èabés paôncéns, és « as phôsôphés ». Ca, dans é passagé dé aRépubliquesôus-jacén (Vï, 491c), ôn péu é « ôué céa, ôu cé qu’ôn appéé “béns” : béauÈ, chéssé, Fôcé physqué, paénÈ pussané dans a cÈ é aués sémbabés côômpén é aachén <’âmé à a phôsôphé> » (πȡઁȢIJȠȪIJȠȚȢIJ੹ȜİȖȩȝİȞαਕȖαș੹πȐȞIJαφșİȓȡİȚțα੿ਕπȠıπઽ,țȐȜȜȠȢțα੿πȜȠ૨IJȠȢțα੿ੁıȤઃȢıȫȝαIJȠȢțα੿ıυȖȖȑȞİȚαਥȡȡȦȝȑȞȘਥȞπȩȜİȚțα੿πȐȞIJαIJ੹IJȠȪIJȦȞȠੁțİῖα). On sa auss qué ôué uné adôn scôaé s’Èa nspÈé dé cé passagé pôu dÈIn é « bônhéu »
10
Avantpropos
4 pôpé au phôsôphé . C’és aéc éé qué é éxé daôgué manFésémén, én an é éjé dés Faux béns au bônhéu nôn dé céé é, mas dé « ’aué é », qu Fa ’ôbjé d’un dÈéôppémén pa a sué. Mas ’ôaéu « écué » au mômén dé pôpôsé uné déscpôn dé « ’aué é », qu és pôuan cénsÈé dônné au chsansmé, séôn ’auéu, sôn caacèé dé supÈôÈ. Pôu cé Faé,  dÈcaé « qué cé sôn dés quésôns qu [...] éxcèdén cé qué és audéus qué ôus êés péuén énéndé (ȝİȚȗંȞȦȞțαșਫ਼ȝ઼ȢਕțȡȠαIJ૵ȞਕțȠ૨ıαȚ(ïï, 5). Cé môuémén dé écu déan é mysèé « chÈén » ) » ’aué é és én Fa un pôcÈdÈ Èaé ès « géc » :  n’és qué dé sôngé à ’Erotikosdé Puaqué qu pÈséné é mêmé géné d’aê déan és sujés 5 « ôp gands », dans a gnÈé dé aRépubliquedé Paôn . On a dônc afaé à un ôu Èaé cômmun aux éÈs, au sécé d’un pacuasmé qu, pÈsénÈ cômmé uné sôucé dé hÈaché éné héÈnsmé é chsansmé, és pôuan à péné ésqussÈ. Cé séu passagé suî, s’ én Èa éncôé bésôn, à dônné uné dÈé dé a cômpéxÈ dés éaôns éné héÈnsmé é chsansmé dans é éxé dé Basé dé CÈsaÈé, éxé Faméux, mas qu déméué, au Fônd, 6 un « cÈèbé ncônnu ».
Les chrétIens, plus grecs que les « Grecs » ? és chÈéns ôn dônc pu pÈéndé, à ’Èga dés « Gécs », ôu méux qué és « Gécs », à ’hÈagé cassqué. ïs ôn paFôs chéchÈ à én éxpôpé Èa-émén paan éus cônémpôans « paéns », dôn s paagén és ÈFÈéns cuués. é cônL auôu dé a « pôpÈÈ » désȜંȖȠȚgécs és usÈ dans ’un é dés dscôus dé GÈgôé dé Nazanzé (méu du iv sècé) côné ’émpééu Juén. Tôu é dÈba én pésqué én uné séué Fômué :ıઁȞIJઁਦȜȜȘȞ઀ȗİȚȞ(Or., 4, 107). ’éxpéssôn és asséz dîcé à adué : « és-u é séu à paé géc ? », « ’héÈnsmé és- ôn bén ? » é dscôus és mpôan pacé qu’ dÈcônsu, au môyén mêmé dé a παȚįİ઀αgécqué, dôn  n’hÈsé pas à Faé Èaagé, é caacèé sysÈmaqué é nÈga qué Juén (ôu é Juén dé GÈgôé) a pu dônné au ébéਦȜȜȘȞ઀ȗİȚȞà dés Ins dé pôÈmqué anchÈénné : uné angué, uné Èauéetuné « égôn » (șȡȘıțİ઀α), Èés dé Façôn, s ’ôn péu dé, cônsubsanéé. GÈgôé dé Nazanzé né sé cônéné pas dé môné qué « ’héÈnsmé » né Fa pas
4. On éa pa éxémpé Acnôôs,Didaskalikos, XXVïï, 5 : « Au cônaé, céu qu, sans aô céé scéncé, pôssèdé ôu cé qué ’ôn én pôu dés béns cômmé a chéssé, a ôyauÈ absôué, a sanÈ du côps, a Fôcé, a béauÈ, n’és pas pus héuéux. » On ôué uné sé scôaé sémbabé chéz Dôgèné aëcé (Vies et sentences des philosophes illustres, Vïï, 102), dans é appô dôxôgaphqué cônsacÈ aux sôcéns, ôù és « pÈéndus béns » sôn équaIÈs cômmé dés « chôsés ndfÈénés ». 5. Pa éxémpé,Erotikos, 20, 766 B13-C1. CF. Paôn,République, Vï, 506 é. 6. Pôu ’énsémbé dés pôbèmés pôsÈs pa cé éxé, qu’ mé sô péms dé énôyé à ma Ècéné nôducôn à Basé dé CÈsaÈé,Aux jeunes gens, p. vii-liii.
11
Arnaud Perrot
sysèmé é qu’un chÈén péu adapé à sés pôpés Ins a cuué cômmuné. ï a pus ôn én chéchan à dÈmôné, adôn à ’appu, qué és « Gécs » sôn pas pôpÈaés dé ’héÈnsmé, pusqué, dé ’aphabé à a pôÈsé, s ôn ôu hÈÈ (Or., 4, 107-108). a subésôn ôpÈÈé pa é dscôus és habé : s ’héÈnsmé n’és à pésônné, cé sôn és « Gécs » qu, pa a ô (a Faméusé ô scôaé), chéchén à éxpôpé és chÈéns d’unbien communqu, séôn a asôn é a juscé, mas auss séôn a dÈmônsaôn Èaé pôdué pa ’auéu, éu één dé dô :IJઁਦȜȜȘȞ઀ȗİȚȞ. és chÈéns, éxpés dans ’héÈnsmé au pôn dé pôuô ’nôqué pôu éu dÈFénsé côné és « Gécs », sôn aôs én quéqué sôé pus « gécs » qué és « Gécs » éux-mêmés. On a à, céanémén, un a d’mpÈasmé cuué, sans qué céa suîsé à dôcuméné a nassancé dé a « sôcÈÈ dé cônÔé » dôn céanés Èudés Ècénés ôn cu pôuô dÈcôu és sgnés dans ’AnquÈ adé. Cés éxémpés, qu né sôn qu’un chôx abaé pam d’aués pôssbés, mônén a ÈésbÈ dés Èquéés é ’aénôn qué nôus déôns pôé, s nôus ôuôns Èudé és appôs éné és chÈéns é ’héÈnsmé, au bu – és hÈéus é és éxÈgèés gécs auaén d auıțȠπંȢ– pôusu pa nôs auéus dans éu paqué Èaé, é dans chacuné dés dÈcaaôns dénaés qu méén én jéu « Gécs » é chÈéns. Céé aénôn és, ôn é éa, uné 7 cônsané dans ôus és acés Èuns dans cé ôumé .
7. és ÈFÈéncés cômpèés dés ôuagés é Èdôns cÈs én nôé sé ôuén én bbôgaphé, p. 241.
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.