Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 12,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

AVANT-PROPOS
1 Anaud Perrot
és chÈéns é ’héÈnsmé, éncôé. é sujé péu paaé cônénu au écéu Famé dés Èudés « pasqués », an  és a qué, cés dénèés dÈcénnés, é dÈéôppémén dés Èudés su és judasmés é és chsansmés dé angué gécqué a cônsdÈabémén accu nôé cônnassancé dé a cuué « gécqué » dés auéus chÈéns. Nômbéux sôn céux, én éfé, qu ôn cônsacÈ uné pa sgnIcaé dé éus aaux à Èucdé, chéz és chÈéns, a pÈséncé é ’usagé dés Fômés é dés éux cômmuns Èaés, dés côncéps, dés môdés d’agu-ménaôn é dés paqués spuéés é égéusés dé ’héÈnsmé. ï nôus één nÈanmôns d’éxpôsé c és dîcuÈs dé mÈhôdé, és maénéndus, 2 qu ménacén uné éé échéché .
Qu’estce qu’un « Grec » ? On a ôngémps ôppôsÈ és chÈéns à ’« héÈnsmé », qu’ôn a ôuu, pôu dés asôns apôôgÈqués, pÈséé és auéus chÈéns dé ôu cônac aéc a sagéssé du môndé – cé qu aua sans dôué béaucôup sups és nÈéssÈs – ôu qu’ôn a ôuu és éxpôpé d’un hÈagé cuué géc qu’s auaén « ah », du Fa mêmé dé éu adhÈsôn à uné « sagéssé babaé ». ï Fau aôué qué és émés dans ésqués é sujé és adônnéémén pôsÈ né sôn én ÈaÈ n smpés, n néués : à cômméncé pa a nôôn d’« héÈnsmé » éé-mêmé, pôFôndÈmén maquÈé pa és cônLs égéux dés Èpôqués héÈnsqué é adé, qu sémbé dônc un péu pÈgÈé. On én dônnéa c déux éxémpés. En déhôs dé sés accépôns ngusqués é sysqués, é éméਬȜȜȘȞȚıȝંȢa ÈÈ usÈ anÔ cômmé unrepoussoir, anÔ cômmé unébannière identitaire.
1. A. Péô és dôcôan à ’unésÈ dé Pas-Sôbônné. é pÈsén ôuagé és ssu dé a jôunÈé d’Èudé pasqué qu’ a ôgansÈé aéc Dad Pén é 21 mas 2009 à ’Écôé nômaé supÈéué. ï pôôngé és dÈbas qu ôn éu éu ôs dé céé éncôné, én épénan és dôssés à nôuéaux Fas. 2. Jé éns pacuèémén à émécé Anné BôchÈ (abEx RESMED) pôu ’adé pÈcéusé qu’éé m’a appôÈé ôs dé a éécué é dé a msé én Fômé du manusc Ina.
7
Arnaud Perrot
Dans a Sépané, a Bbé dés juFs dé angué gécqué, pus dés chÈéns, é mô és usÈ pôu dÈsgné ’adôpôn pa céans juFs, sôus és SÈéucdés, dé manèés dés « gécqués », qu épÈsénén su é pan dés mœus un « paga-nsmé » (é mô n’és pas môns pÈgÈ). é éméਬȜȜȘȞȚıȝંȢ– « ’héÈnsmé é és manèés Èangèés sé dÈéôppèén cônsdÈabémén » (2 M 4, 13) – nôé uné dÈpédôn dé ’dénÈ é dé a pÈÈ « jués », séôn ’dÈé qué s’én Fa é Èdacéu du déuxèmé é dés MaccabÈés. é émé és dônc ôn d’êé puémén déscpF, é s’ és a qué cé é aésé pôu a pémèé Fôs é môਬȜȜȘȞȚıȝંȢ,  és auss céu qu Fôun a pémèé aésaôn du mô ੉ȠυįαȧıȝંȢS’adjôgnan éus Fèés dé acé é céux qu: « s’étaient maintenusdans é judasmé, s én assémbèén énôn sx mé » (2 M 8, 1). Dans é é, és déux émés Fômén manFésémén un côupé dé nôôns anhÈqués, qu péméén dé Faé é  éné céux qu sôn ésÈs « Idèés » à a adôn d’ïsaë (ôu à uné céané dÈé dé a adôn), Èuns auôu dé « Judas d MaccabÈé », é és « aués ». À ’nésé, é cé n’és péu-êé pas un hasad, é émé és ééndquÈ côné és chÈéns pa Juén, émpééu dé 361 à 363, pôu unIé sôus uné mêmé appéaôn ôués és Fômés dé pÈÈ «gécqué», c’és-à-dé nôn jué, é suôu nôn chÈénné, ands qué és chÈéns, éux, sôn éjéÈs d’uné manèé ôu auss aIcéé du cÔÈ dé a « GaÈé » (Ep., 84). On péu dônc dé, én un céan séns, qué a nôôn d’héÈnsmé és ans Faé qu’éé né péu pas abôu à aué chôsé qu’à un anagônsmé, à uné éxcusôn. ’appéaôn dé « Géc » n’és pas pus caé, ca éé a éndancé à dÈsgné sans dsncôn, chéz és Ècans chÈéns (qu sôn pésqué én ôaÈ ssus dés « naôns »), és nôn-chÈéns é és nôn-juFs, és « aués », és « paéns », én éu d’unégrammaire du mondequ éu és Fôuné pa és Écués é qu és pôéusé d’un éfé d’Ècasémén. On émaquéa cépéndan qu’ s’ag à d’uné Èquéé « cônFéssônnéé », é nôn ngusqué, éhnqué, pôqué, ôu « csaônnéé », cômmé c’és é cas pôu ’ôppôsôn cassqué éné és Gécs é és « Babaés ». On a dônc afaé à dés émés éxêmémén gssans, à dés jéux d’ôppôsôns qu né s’Èquaén pas. és pÈôccupaôns dénaés, és bésôns dé ’auôdÈInôn é ’Èabôaôn dé a pôÈmqué côné ’Aué, ’adésaé égéux, côndônnén, pôu uné bônné pa, és appôs éné és chÈéns é « ’héÈnsmé », éus môdaÈs, ôé a dÈInôn dé ’héÈnsmé éé-mêmé. ’héÈnsmé és dônc un émé à gÈômÈé aabé, puôqué, é  cônén sans dôué dé né pas pôsé a quésôn én émés d’essencepagansmé » . S’ s’ag du « é dé sés manFésaôns égéusés (sacIcés, hônnéus éndus aux « Faux déux », éc.), aôs és chÈéns né sôn pas « gécs », s sôn, au cônaé, és épÈsénans d’uné « côné-cuué ». Mas ôn aua Ô Fa d’accusé és auéus chÈéns dé « mauasé Fô », s’s pÈéndaén – é s é Fôn paFôs – gnôé a cuué dés Ècôés, é é ca dès és ii é iii sècés, pÈôdé d’nénsé accuuaôn du chsansmé
8
Avantpropos
au môndé gÈcô-ôman, aπαȚįİ઀αdés néécués chÈéns héÈnôphônés és un nsumén dé chôx pôu pÈséné a nôuéé égôn aux « Gécs ».
Le « Grec » comme igure à tIroIrs ’éxpéssôn péu ngué. On éu dé pa à qué és « Gécs » né sôn pas ôujôus cé qu’s sémbén êé. On sa aéc quéé FÈcôndÈ uné néôgaôn cômmé céé dé Téuén : « Quô dé cômmun éné Ahènés é JÈusaém ? » 3 (Quid ergo Athenis et Hierosolymis ? ) a pôpémén nôu a échéché uné-saé cés dénèés dÈcénnés. Ps én déhôs dé sôn cônéxé, é mô dé Téuén sémbé cônsué un a dé pôÈmquéad externos: ’apôôgsé paa aîmé snôn ’ncômpabÈ, du môns é caacèé ncômpaabé dé céé « phôsôphé babaé », d’ôgné jué, qu’és é chsansmé, aéc a « phôsôphé gécqué », symbôsÈé pa Ahènés. On aua à un ndcé dés pÈénôns chÈénnés à suppané a adôn phôsôphqué gécqué. On ôubé sôuén qué a Fômué dé ’apôô-gsé cônsuéd’abordun a dé pôÈmqué néné au chsansmé. é mô és dgÈ, à dés Ins d’éxcusôn, côné un céan nômbé dé chÈéns jugÈs « dÈans », accusÈs d’aduÈé é cônénu du « chsansmé » pa dés ôpnôns phôsôphqués : sôcsmé, paônsmé, asôÈsmé, éc. ï s’ag à d’uné chéé du dscôus hÈÈsôôgqué pômsé à un bé aén, areductio ad Graecos, à a Fôs anÈéus é éxÈéus à ’Égsé. C’és pÈc-sÈmén én appô aéc ’éxcusôn dés adésaés qué ’ôn péu cômpéndé a pémÈabÈ du Fônds d’aguménsad internoséad externos. ï s’ag dé Faé changé dé sau é « dÈan », dé é Faé « sô » dé Façôn symbôqué. Téuén, dôn ’œué môné pa aéus uné céané cônnassancé dé a cuué gécqué, appué, pôu és bésôns dé a pôÈmqué, é dé Façôn ôu auss symbôqué, su a dménsôn « babaé », « Èangèé » du chsansmé. On a à un jéu d’Èquéés, dôn ’ésséné cônssé pésqué dans a Iguaôn dé ’ÈangéÈ, ’hÈÈôgÈnÈÈ adcaé dé ’ôpnôn dôé é dé ’ôpnôn hÈÈqué, én émôan és côupés annômqués Géc / Babaé, Géc / JuF.
Le « Grec » comme igure lIttéraIre ï Fau aô à ’ésp qué a pôÈmqué égéusé n’ôbÈ pas aux ègés dé a échéché unésaé. Eé sé pÈôccupé asséz péu dé éndé cômpé dé a cômpéxÈ dés pôsôns dé ’adésaé, ôu mêmé dé sa désÈ, sauF s éé péu én é pôI. En gÈnÈa, ’adésaé « Fa bôc ». On ôuda én dônné un éxémpé. é chapé ii du dscôusAux jeunes gensdé Basé dé CÈsaÈé é (méu du iv sècé) cômpé pam és pncpaux môméns d’auôdÈInôn dé
3.Traité de la prescription contre les hérétiques, Vïï, 9.
9
Arnaud Perrot
’ôaéu chÈén (é dé sôn pubc), mas auss dé cônsucôn dé ’Aué, én ’ôccuéncé « és Gécs », ôu du môns éus auôÈs Èaés, à qu  cônén dé né pas cônIé, uné Fôs pôu ôués, é « gôuéna dé ’négéncé », pôu és asôns qu ôn sué.
਺ȝİῖȢ,παῖįİȢ,Ƞ੝į੻ȞİੇȞαȚȤȡોȝαπαȞIJȐπαıȚIJઁȞਕȞșȡȫπȚȞȠȞȕȓȠȞIJȠ૨IJȠȞਫ਼πȠȜαȝȕȐȞȠȝİȞ, Ƞ੡IJਕȖαșȩȞIJȚȞȠȝȓȗȠȝİȞ੖ȜȦȢ,Ƞ੡IJੑȞȠȝȐȗȠȝİȞ,IJ੽ȞıυȞIJȑȜİȚαȞਲȝῖȞਙȤȡȚIJȠȪIJȠυπαȡȑȤİIJαȚ.ȅ੝țȠ૨ȞȠ੝πȡȠȖȩȞȦȞπİȡȚφȐȞİȚαȞ,Ƞ੝țੁıȤઃȞıȫȝαIJȠȢ,Ƞ੝țȐȜȜȠȢ,Ƞ੝ȝȑȖİșȠȢ, Ƞ੝IJ੹Ȣπαȡ੹πȐȞIJȦȞਕȞșȡȫπȦȞIJȚȝȐȢ,Ƞ੝ȕαıȚȜİȓαȞα੝IJȒȞ,Ƞ੝ȤIJȚਗȞİ੅πȠȚIJȚȢIJ૵ȞਕȞșȡȦπȓȞȦȞ,ȝȑȖα,ਕȜȜȠ੝įİ੝ȤોȢਙȟȚȠȞțȡȓȞȠȝİȞ,IJȠઃȢ਩ȤȠȞIJαȢਕπȠȕȜȑπȠȝİȞ,ਕȜȜਥπ੿ȝαțȡȩIJİȡȠȞπȡȩȧȝİȞIJαῖȢਥȜπȓıȚ,țα੿πȡઁȢਦIJȑȡȠυȕȓȠυπαȡαıțİυ੽ȞਚπαȞIJαπȡȐIJIJȠȝİȞ.
Nôus aués, més énFans, nôus n’accôdôns à céé é humané absôumén aucuné aéu. Nôus né cônsdÈôns én aucun cas n n’appéôns bén cé dôn a cônbuôn sé mé aux bônés dé céé é. Pa cônsÈquén, cé n’és pas é caacèé usé dés ancêés, a Fôcé physqué, a béauÈ, a aé, és hônnéus éçus dé ôus és hômmés, a ôyauÈ éé-mêmé, ôu cé qu’ôn pôua cé pam és chôsés humanés, qué nôus cônsdÈôns cômmé gand, ôu mêmé dgné d’êé sôuhaÈ, é nôus né Ixôns pas és yéux su céux qu és pôssèdén, mas nôus pôôns pus ôn nôs éspÈancés é Fasôns ôué chôsé én ué dé pÈpaé uné aué é.
Dans cé passagé, és éspÈancés chÈénnés né sôn pas FômuÈés dé manèé décé, mas pa é bas dé anégationdés béns écônnus é échéchÈs pa és « Gécs ». Cés dénés sôn dénIÈs aux éux dé ’Èôgé dé a hÈôqué gÈcô-ômané : és ancêés usés, a Fôcé physqué, a béauÈ, a aé, éc. a subésôn dés éux dé ’Èôgé ([...]Ƞ੝ȝ੼Ȗα) pémé, à a Fôs, dé sôugné ’aÈÈ du « pôjé géc » é a Fômuaôn d’uné dÈInôn dé sô. Mas céé aÈÈ (vs.ਲȝİῖȢ, « nôus aués ») és Fô Èduccé, éé és cônsué pôu méux méé én Èdéncé a spÈcIcÈ chÈénné, ’dénÈ chÈénné. Eé n’és pas é pôdu d’uné gnôancé ôu d’un sôaônnsmé cuué (é dscôus Aux jeunes gens, Èabé sômmé dé cuué scôaé, manFésé dés ambôns Èaés Èdénés « dans » ’héÈnsmé) mas é Fa d’uné cônsucôn È-aé nénônnéé, d’un jéu éÈ, du émpô d’uné sé scôaé, qu én un péu dé a FanFaônnadé dénaé, déan cés « Gécs » dé papé, côné qu a cuué gécqué és éôunÈé. é pôjé dé cés gnés n’és pas an dé éndé cômpé Idèémén, scén-Iquémén, dés ôbjécFs « paéns » – au Fônd, Paôn, qu sé c d’hypôéxé, suîa à Faé mén ’auéu du dscôus! – qué dé Faé cômpéndé au écéu, pa a nÈgaé é é dÈôu du aa Èaé, qué séus és chÈéns ôn È-abémén és yéux IxÈs su és béns Èénés é qué cé sôn éux és Èabés paôncéns, és « as phôsôphés ». Ca, dans é passagé dé aRépubliquesôus-jacén (Vï, 491c), ôn péu é « ôué céa, ôu cé qu’ôn appéé “béns” : béauÈ, chéssé, Fôcé physqué, paénÈ pussané dans a cÈ é aués sémbabés côômpén é aachén <’âmé à a phôsôphé> » (πȡઁȢIJȠȪIJȠȚȢIJ੹ȜİȖȩȝİȞαਕȖαș੹πȐȞIJαφșİȓȡİȚțα੿ਕπȠıπઽ,țȐȜȜȠȢțα੿πȜȠ૨IJȠȢțα੿ੁıȤઃȢıȫȝαIJȠȢțα੿ıυȖȖȑȞİȚαਥȡȡȦȝȑȞȘਥȞπȩȜİȚțα੿πȐȞIJαIJ੹IJȠȪIJȦȞȠੁțİῖα). On sa auss qué ôué uné adôn scôaé s’Èa nspÈé dé cé passagé pôu dÈIn é « bônhéu »
10
Avantpropos
4 pôpé au phôsôphé . C’és aéc éé qué é éxé daôgué manFésémén, én an é éjé dés Faux béns au bônhéu nôn dé céé é, mas dé « ’aué é », qu Fa ’ôbjé d’un dÈéôppémén pa a sué. Mas ’ôaéu « écué » au mômén dé pôpôsé uné déscpôn dé « ’aué é », qu és pôuan cénsÈé dônné au chsansmé, séôn ’auéu, sôn caacèé dé supÈôÈ. Pôu cé Faé,  dÈcaé « qué cé sôn dés quésôns qu [...] éxcèdén cé qué és audéus qué ôus êés péuén énéndé (ȝİȚȗંȞȦȞțαșਫ਼ȝ઼ȢਕțȡȠαIJ૵ȞਕțȠ૨ıαȚ(ïï, 5). Cé môuémén dé écu déan é mysèé « chÈén » ) » ’aué é és én Fa un pôcÈdÈ Èaé ès « géc » :  n’és qué dé sôngé à ’Erotikosdé Puaqué qu pÈséné é mêmé géné d’aê déan és sujés 5 « ôp gands », dans a gnÈé dé aRépubliquedé Paôn . On a dônc afaé à un ôu Èaé cômmun aux éÈs, au sécé d’un pacuasmé qu, pÈsénÈ cômmé uné sôucé dé hÈaché éné héÈnsmé é chsansmé, és pôuan à péné ésqussÈ. Cé séu passagé suî, s’ én Èa éncôé bésôn, à dônné uné dÈé dé a cômpéxÈ dés éaôns éné héÈnsmé é chsansmé dans é éxé dé Basé dé CÈsaÈé, éxé Faméux, mas qu déméué, au Fônd, 6 un « cÈèbé ncônnu ».
Les chrétIens, plus grecs que les « Grecs » ? és chÈéns ôn dônc pu pÈéndé, à ’Èga dés « Gécs », ôu méux qué és « Gécs », à ’hÈagé cassqué. ïs ôn paFôs chéchÈ à én éxpôpé Èa-émén paan éus cônémpôans « paéns », dôn s paagén és ÈFÈéns cuués. é cônL auôu dé a « pôpÈÈ » désȜંȖȠȚgécs és usÈ dans ’un é dés dscôus dé GÈgôé dé Nazanzé (méu du iv sècé) côné ’émpééu Juén. Tôu é dÈba én pésqué én uné séué Fômué :ıઁȞIJઁਦȜȜȘȞ઀ȗİȚȞ(Or., 4, 107). ’éxpéssôn és asséz dîcé à adué : « és-u é séu à paé géc ? », « ’héÈnsmé és- ôn bén ? » é dscôus és mpôan pacé qu’ dÈcônsu, au môyén mêmé dé a παȚįİ઀αgécqué, dôn  n’hÈsé pas à Faé Èaagé, é caacèé sysÈmaqué é nÈga qué Juén (ôu é Juén dé GÈgôé) a pu dônné au ébéਦȜȜȘȞ઀ȗİȚȞà dés Ins dé pôÈmqué anchÈénné : uné angué, uné Èauéetuné « égôn » (șȡȘıțİ઀α), Èés dé Façôn, s ’ôn péu dé, cônsubsanéé. GÈgôé dé Nazanzé né sé cônéné pas dé môné qué « ’héÈnsmé » né Fa pas
4. On éa pa éxémpé Acnôôs,Didaskalikos, XXVïï, 5 : « Au cônaé, céu qu, sans aô céé scéncé, pôssèdé ôu cé qué ’ôn én pôu dés béns cômmé a chéssé, a ôyauÈ absôué, a sanÈ du côps, a Fôcé, a béauÈ, n’és pas pus héuéux. » On ôué uné sé scôaé sémbabé chéz Dôgèné aëcé (Vies et sentences des philosophes illustres, Vïï, 102), dans é appô dôxôgaphqué cônsacÈ aux sôcéns, ôù és « pÈéndus béns » sôn équaIÈs cômmé dés « chôsés ndfÈénés ». 5. Pa éxémpé,Erotikos, 20, 766 B13-C1. CF. Paôn,République, Vï, 506 é. 6. Pôu ’énsémbé dés pôbèmés pôsÈs pa cé éxé, qu’ mé sô péms dé énôyé à ma Ècéné nôducôn à Basé dé CÈsaÈé,Aux jeunes gens, p. vii-liii.
11
Arnaud Perrot
sysèmé é qu’un chÈén péu adapé à sés pôpés Ins a cuué cômmuné. ï a pus ôn én chéchan à dÈmôné, adôn à ’appu, qué és « Gécs » sôn pas pôpÈaés dé ’héÈnsmé, pusqué, dé ’aphabé à a pôÈsé, s ôn ôu hÈÈ (Or., 4, 107-108). a subésôn ôpÈÈé pa é dscôus és habé : s ’héÈnsmé n’és à pésônné, cé sôn és « Gécs » qu, pa a ô (a Faméusé ô scôaé), chéchén à éxpôpé és chÈéns d’unbien communqu, séôn a asôn é a juscé, mas auss séôn a dÈmônsaôn Èaé pôdué pa ’auéu, éu één dé dô :IJઁਦȜȜȘȞ઀ȗİȚȞ. és chÈéns, éxpés dans ’héÈnsmé au pôn dé pôuô ’nôqué pôu éu dÈFénsé côné és « Gécs », sôn aôs én quéqué sôé pus « gécs » qué és « Gécs » éux-mêmés. On a à, céanémén, un a d’mpÈasmé cuué, sans qué céa suîsé à dôcuméné a nassancé dé a « sôcÈÈ dé cônÔé » dôn céanés Èudés Ècénés ôn cu pôuô dÈcôu és sgnés dans ’AnquÈ adé. Cés éxémpés, qu né sôn qu’un chôx abaé pam d’aués pôssbés, mônén a ÈésbÈ dés Èquéés é ’aénôn qué nôus déôns pôé, s nôus ôuôns Èudé és appôs éné és chÈéns é ’héÈnsmé, au bu – és hÈéus é és éxÈgèés gécs auaén d auıțȠπંȢ– pôusu pa nôs auéus dans éu paqué Èaé, é dans chacuné dés dÈcaaôns dénaés qu méén én jéu « Gécs » é chÈéns. Céé aénôn és, ôn é éa, uné 7 cônsané dans ôus és acés Èuns dans cé ôumé .
7. és ÈFÈéncés cômpèés dés ôuagés é Èdôns cÈs én nôé sé ôuén én bbôgaphé, p. 241.
12