Lettre à l’Impératrice

De
Publié par

Lettre à l’ImpératriceCharles Baudelaireà l’occasion du procès des Fleurs du Mal6 novembre 1857Madame,Il faut toute la prodigieuse présomption ...

Publié le : mercredi 18 mai 2011
Lecture(s) : 111
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Lettre à l’Impératrice
Charles Baudelaire
à l’occasion du procès desFleurs du Mal 6 novembre 1857
Madame, Il faut toute la prodigieuse présomption d’un poëte pour oser occuper l’attention de Votre Majesté d’un cas aussi petit que le mien. J’ai eu le malheur d’être condamné pour un recueil de poésies intitulé :Les Fleurs du Mal, l’horrible franchise de mon titre ne m’ayant pas suffisamment protégé. J’avais cru faire une belle et grande œuvre, surtout une œuvre claire ; elle a été jugée assez obscure pour que je sois condamné à refaire le livre et à retrancher quelques morceaux (six sur cent). Je dois dire que j’ai été traité par la Justice avec une courtoisie admirable, et que les termes mêmes du jugement impliquent la reconnaissance de mes hautes et pures intentions. Mais l’amende, grossie des frais inintelligibles pour moi, dépasse les facultés de la pauvreté proverbiale des poëtes, et, encouragé par tant de preuves d’estime que j’ai reçues d’amis si haut placés, et en même temps persuadé que le cœur de l’Impératrice est ouvert à la pitié pour toutes les tribulations, les spirituelles comme les matérielles, j’ai conçu le projet, après une indécision et une timidité de dix jours, de solliciter la toute gracieuse bonté de Votre majesté et de la prier d’intervenir pour moi auprès de M. le Ministre de la Justice. Daignez, Madame, agréer l’hommage des sentiments de profond respect avec lesquels j’ai l’honneur d’être De Votre Majesté, le très dévoué et très obéissant serviteur et sujet, Charles Baudelaire, 19, quai Voltaire.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.