Mesure pour mesure

De
Publié par

Nouvelle édition de Mesure pour mesure de William Shakespeare augmentée d'annexes (Biographie). L'ouvrage a été spécifiquement mis en forme pour votre liseuse.
— Naviguez par simple clic de chapitre à chapitre ou de livre à livre.
— Accédez instantanément à la table des matières hyperliée globale.
— Une table des matières est placée également au début de chaque titre.

A PROPOS DE L'ÉDITEUR : Les éditions Arvensa sont les leaders de la littérature classique numérique. Leur objectif est de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Tous les titres sont produits avec le plus grand soin. Le service qualité des éditions Arvensa s’engage à vous répondre dans les 48h. Retrouvez tous les titres sur le site internet des éditions Arvensa.
Publié le : mardi 18 février 2014
Lecture(s) : 10
EAN13 : 9782368415290
Nombre de pages : 164
Prix de location à la page : 0,0007€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ARVENSA ÉDITIONS Plate-forme de référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet www. arvensa. com
Tous droits réservés Arvensa Editions
ISBN Epub : 9782368410042 ISBN Pdf : 9782368410295
Page 2
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L’ÉDITEUR
Notre objectif est de vous fournir la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :
servicequalite@arvensa. com
Pour toute autre demande, contactez :
editions@arvensa. com
Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Si vous souhaitez en être informé et bénéficier d'une version toujours actualisée de cette édition, nous vous invitons à vous inscrire sur le site :
www. arvensa. com
Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l’exprimant à travers leurs commentaires.
Nous vous souhaitons une bonne lecture.
Arvensa Editions © Tous droits réservés Arvensa® Editions
Page 3
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES TITRES
Page 4
Copyright Arvensa Editions
ARVENSA EDITIONS NOTE DE L’ÉDITEUR
MESURE POUR MESURE
BIOGRAPHIE CITATIONS
Page 5
Copyright Arvensa Editions
William Shakespeare : Oeuvres complètes COMÉDIES Retour à la liste des Comédies Retour à la liste des titres
MESURE POUR MESURE
1604 Traduction par François-Victor Hugo, 1872
Page 6
Copyright Arvensa Editions
Page 7
[478]
Copyright Arvensa Editions
Présentation Personnages Scène I Scène II Scène III Scène IV Scène V Scène VI Scène VII Scène VIII Scène IX Scène X Scène XI Scène XII Scène XIII Scène XIV Scène XV Scène XVI Scène XVII
William Shakespeare : Oeuvres complètes COMÉDIES MESURE POUR MESURE Retour à la liste des Comédies Retour à la liste des titres
Table des matières
Page 8
Copyright Arvensa Editions
William Shakespeare : Oeuvres complètes COMÉDIES MESURE POUR MESURE Retour à la table des matières Retour à la liste des Comédies Retour à la liste des titres
Présentation
Mesure pour Mesurefut imprimé pour la première fois dans l'édition in-folio de 1623, et Malone a conjecturé que cette comédie fut composée et représentée pour la première fois en 1603. Cependant ce n'est là qu'une conjecture, et la seule date certaine concernant cette pièce est celle de sa représentation devant la cour, 26 décembre 1604.
Cette comédie admirable est une des oeuvres qui permettent le mieux de trancher le petit débat qui s'est élevé maintes fois entre les grammairiens et les philologues sur le sens véritable qu'il faut attacher au motpoète. Ce mot doit-il s'entendre dans le sens defaiseur, decréateur, ou demetteur en oeuvre, d'arrangeur? Certes, s'il est poète qui mérite le titre de créateur, c'est à coup sûr Shakespeare; et cependant quand on considère telle de ses oeuvres,Mesure pour Mesure spécialement, on est tenté de trouver que celle traduction de son nom de poète par celui d'arrangeur, demetteur en oeuvre, loin de diminuer sa gloire, en exprime mieux au contraire l'incomparable éclat. Avant d'arriver à la perfection que nous lui voyons dansMesure pour Mesure, l'histoire qui fait le fonds de cette pièce avait déjà passé par deux états différents. Bien n'est instructi comme de comparer ces deux états premiers à la pièce telle qu'elle est sortie du cerveau de Shakespeare ; car rien ne permet mieux de comprendre combien la création matérielle d'un fait ou d'une combinaison de faits est peu de chose jusqu'à ce que le génie vienne donner à ce fait ou à cette combinaison de faits son harmonie et sa portée morale. Nous trouvons cette histoire en son état primitif dans lesHécatommithi de Cinthio. Rien n'est grossier, brutal, révoltant, contraire à la nature et au
Page 9
Copyright Arvensa Editions
sens commun, dépourvu de portée morale, comme cette histoire sous sa première forme. Un certain Juriste, délégué de l'empereur Maximinien à Inspruck, fait condamner à mort un jeune homme qui a violé une jeune fille. La soeur du jeune homme implore sa grâce que Juriste lui fait espérer si elle veut elle-même céder à ses désirs. La jeune fille consent; mais la nuit même où elle se donne à lui, Juriste fait trancher la tête de son frère et la lui fait envoyer. Désolée et exaspérée, la jeune fille s'adresse à Maximinien, qui condamne . Juriste à mort ; mais celui-ci est alors sauvé par les instances de celle qu'il a tant outragée. Il l'épouse, sur l'ordre de l'empereur, et passe le reste de ses jours avec elle en parfaite entente amoureuse. C'est là ce qu'on peut appeler le premier état du sujet de Mesure pour mesure; c'est la pièce de Shakespeare à l'état d'embryon repoussant, ou pour mieux dire à l'état de chenille. Tout est odieux dans la nouvelle de Cinthio, les faits, les caractères, les sentiments ; le condamné à mort lui-même n'inspire aucune sympathie, car il est coupable d'un crime odieux, et son châtiment n'est que strictement juste. Et que penser de la eune fille qui consent à plaider pour le monstre qu'elle a dénoncé elle-même, et qui peut se résignera un mariage avec le meurtrier de son frère ? C'est là ce qu'on peut appeler un amour dénaturé s'il en fut jamais. Que nous voilà loin de la chaste Isabella et du faible et sympathique Claudio ! Et quelle distance aussi entre cet emperaur qui est assez dépourvu desens moral pour ordonner le mariage d'un fourbe deux fois criminel avec, sa victime, et ce vertueux duc si ingénieux, si moral, si vraiment noble, qui conduit avec un tact si parfait, vers un dénouement également conforme à la justice et à l'humanité, l'histoire détestable à laquelle il se trouve mêlé.
Le second état de ce sujet, celui qu'on pourrait appeler l'état de chrysalide, nous est présenté par une comédie d'un certain Whetstone, écrite en 1578 et intituléePromos et Cassandra. L'histoire, sous cette nouvelle forme, se rapproche beaucoup de celle de Shakespeare, et l'on sent que de cette chrysalide, le radieux papillon du grand poète n'aura plus aucune peine à sortir. Un certain Promos, magistrat de Corvin, roi de Hongrie, fait condamner à mort un jeune homme nommé Andrugio, comme coupable d'adultère, en vertu d'une loi tombée en désuétude et qu'il a entrepris de faire revivre. La soeur d'Andrugio, vertueuse jeune fille, nommée Cassandre, sollicite la grâce de son frère, que Promos lui accorde aux mêmes conditions qu'Angelo propose à Isabella. Comme Isabelle,
Page 10
Copyright Arvensa Editions
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.