Mirifiques aventures de Maître Antifer

De
Publié par

Nouvelle édition de Mirifiques aventures de Maître Antifer de Jules Verne augmentée d'annexes (Biographie). L'ouvrage a été spécifiquement mis en forme pour votre liseuse.
— Naviguez par simple clic de chapitre à chapitre ou de livre à livre.
— Accédez instantanément à la table des matières hyperliée globale.
— Une table des matières est placée également au début de chaque titre.

A PROPOS DE L'ÉDITEUR : Les éditions Arvensa sont les leaders de la littérature classique numérique. Leur objectif est de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Tous les titres sont produits avec le plus grand soin. Le service qualité des éditions Arvensa s’engage à vous répondre dans les 48h. Retrouvez tous les titres sur le site internet des éditions Arvensa.
Publié le : mardi 18 février 2014
Lecture(s) : 3
EAN13 : 9782368415917
Nombre de pages : 383
Prix de location à la page : 0,0007€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ARVENSA ÉDITIONS Plate-forme de référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet www.arvensa.com
Tous droits réservés Arvensa Editions
ISBN Epub : 9782368415917
Page 2
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L'ÉDITEUR
L'objectif des éditions Arvensa est de vous faire connaître les oeuvres des plus grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :
servicequalite@arvensa.com
Pour toutes autres demandes, contactez :
editions@arvensa.com
Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Si vous souhaitez être informé de nos actualités et des mises à jour de cette édition, nous vous invitons à vous inscrire sur le site :
www.arvensa.com
Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l'exprimant à travers leurs commentaires.
Nous vous souhaitons une bonne lecture.
Arvensa Éditions
Page 3
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES TITRES
Page 4
Copyright Arvensa Editions
Arvensa éditions Note de l'éditeur
Les voyages extraordinaires
Mirifiques aventures de Maître Antifer
Biographie Jules Verne par Jules Claretie
Annexes
Page 5
Copyright Arvensa Editions
MIRIFIQUES AVENTURES DE MAÎTRE ANTIFER
(1894) Jules Verne Les voyages extraordinaires
Retour à la liste des titres Pour toutes remarques ou suggestions: servicequalite@arvensa.com Ou rendez-vous sur: www.arvensa.com
Page 6
Copyright Arvensa Editions
Table des matières
Première partie Chapitre 1 – Dans lequel un navire inconnu, capitaine inconnu est à la recherche, sur une mer inconnue, d'un îlot inconnu Chapitre 2 – Dans lequel sont données quelques explications indispensables Chapitre 3 – Où l'îlot est transformé en un coffre-fort incrochetable Chapitre 4 – Dans lequel le maître Antifer et le patron Gildas Trégomain, deux amis qui ne se ressemblent guère, sont présentés au lecteur Chapitre 5 – Dans lequel Gildas Trégomain a bien de la peine à ne point contredire maître Antifer Chapitre 6 – Première escarmouche entre l'Occident et l'Orient, dans laquelle l'Orient est assez malmené par l'Occident Chapitre 7 – Dans lequel un principal clerc, d'humeur peu endurante, s'impose à Ben-Omar sous le nom de Nazim Chapitre 8 – Où l'on assiste à l'exécution d'un quatuor sans musique, dans lequel Gildas Trégomain consent à faire sa partie Chapitre 9 – Dans lequel un point de l'une des cartes de l'Atlas de maître Antifer est minutieusement marqué au crayon rouge Chapitre 10 – Qui contient la relation rapide du voyage du Steamer Steersman de Cardiff, entre Saint-Malo et Port-Said Chapitre 11 – Dans lequel Gildas Trégomain déclare que son ami Antifer pourrait bien finir par devenir fou Chapitre 12 – Dans lequel Saouk se décide à sacrifier une moitié du trésor de Kamylk-Pacha, afin de s'assurer l'autre moitié Chapitre 13 – Dans lequel le gabarier Trégomain navigue assez heureusement sur un « vaisseau du désert » Chapitre 14 – Dans lequel maître Antifer, Gildas Trégomain et Juhel passent une très ennuyeuse journée à Sohar Chapitre 15 – Dans lequel Juhel prend hauteur pour le compte de son oncle, et par le plus beau temps du monde Chapitre 16 – Qui prouve catégoriquement que Kamylk-Pacha a
Page 7
Copyright Arvensa Editions
réellement poussé ses excursions maritimes jusqu'aux parages du golfe d'Oman
Seconde partie Chapitre 1 – Qui contient une lettre de Juhel à Énogate, où sont relatées les aventures dont maître Antifer fut le héros Chapitre 2 – Dans lequel le colégataire de maître Antifer est présenté au lecteur dans les formes voulues par l'usage. Chapitre 3 – Dans lequel maître Antifer se trouve en présence d'une proposition tellement baroque qu'il prend la fuite afin de n'y pas répondre Chapitre 4 – Dans lequel le terrible combat entre l'Occident et l'Orient se termine à l'avantage de ce dernier Chapitre 5 – Dans lequel Ben-Omar est à même de comparer les deux genres de locomotion, par la voie de terre et par la voie de mer Chapitre 6 – Dans lequel sont narrés les événements qui marquèrent le voyage en Railway de Bône à Alger et, en paquebot, d'Alger à Dakar Chapitre 7 – Qui rapporte différents propos et divers incidents depuis l'arrivée à Dakar jusqu'à l'arrivée au Loango Chapitre 8 – Où il est démontré que certains passagers ne sont pas bons à embarquer à bord d'un boutre africain Chapitre 9 – Dans lequel maître Antifer et Zambuco déclarent qu'ils ne quitteront pas, sans l'avoir visité, l'îlot qui leur sert de refuge Chapitre 10 – Dans lequel les nez de maître Antifer et du banquier Zambuco finissent par s'allonger démesurément Chapitre 11 – Dans lequel maître Antifer et ses compagnons assistent à un sermon du révérend Tyrcomel, qui n'est pas pour leur faire plaisir Chapitre 12 – Dans lequel on voit qu'il n'est pas facile de faire dire à un clergyman ce qu'il a résolu de taire Chapitre 13 – À la fin duquel on verra disparaître le troisième rôle, autrement dit le « traître », de cette comico-tragique histoire Chapitre 14 – Dans lequel maître Antifer recueille un nouveau document signé du monogramme de Kamylk-Pacha Chapitre 15 – Dans lequel on verra le doigt d'Énogate décrire une circonférence, et quelles furent les conséquences de cette innocente distraction
Page 8
Copyright Arvensa Editions
Mirifiques aventures de Maître Antifer Table des matières Retour à la liste des titres Première partie
Chapitre 1 – Dans lequel un navire inconnu, capitaine inconnu est à la recherche, sur une mer inconnue, d'un îlot inconnu Ce matin-là, – 9 septembre 1831, – le capitaine quitta sa cabine à six heures et monta sur la dunette. Le soleil pointait déjà à l'est, ou plus exactement la réfraction s'élevait au-dessus des basses couches de l'atmosphère, car son disque se traînait encore au-dessous de l'horizon. Une longue effluence lumineuse caressait la surface de la mer, largement ridée d'un léger clapotis avec la brise matinale. Après une nuit calme, il y avait apparence que la journée serait belle, une de ces journées de septembre dont la zone tempérée bénéficie parfois au déclin de la saison chaude. Le capitaine ajusta sa longue-vue à son oeil droit, et, faisant demi-tour, il promena l'objectif sur cette circonférence où se confondaient le ciel et la mer. La longue-vue rabaissée, il s'approcha de l'homme de barre, – un vieux à barbe hirsute, dont le vif regard perçait sous une paupière clignotante. « Quand as-tu pris le quart ? demanda-t-il. — À quatre heures, capitaine. » Ces deux hommes parlaient une langue assez rude, que nul Européen, Anglais, Français, Allemand ou autre, n'aurait reconnue, à moins d'avoir fréquenté les Échelles du Levant. Ce devait être une sorte de patois turc mélangé de syriaque. « Rien de nouveau ?… — Rien, capitaine. — Et depuis ce matin, pas un navire en vue ?… — Un seul… un grand trois-mâts, qui venait à contre-bord de nous sous le vent. J'ai loffé d'un quart pour en passer aussi loin que possible. Page 9
Copyright Arvensa Editions
— Tu as bien fait. Et maintenant ?… » Le capitaine observa circulairement l'horizon avec une attention extrême. Puis : « Pare à virer ! » cria-t-il d'une voix forte. Les hommes de quart se levèrent. La barre fut mise dessous, les écoutes de foc furent filées, en même temps que l'on bordait la brigantine. Le navire évolua et se remit en marche vers le nord-ouest, bâbord amures. C'était un brick-goélette de quatre cents tonneaux, un bâtiment de commerce dont on eût fait avec quelques modifications un yacht de plaisance. Le capitaine avait sous ses ordres un maître et quinze hommes, équipage suffisant pour la manoeuvre, – composé de vigoureux matelots, dont le costume, vareuse et bonnet, large pantalon et bottes de mer, rappelait celui des marins de l'Europe orientale. Aucun nom au tableau d'arrière de ce brick-goélette, ni sur les bastingages extérieurs de l'avant. Pas de pavillon. D'ailleurs, pour éviter d'avoir un salut à faire ou à rendre, du plus loin que la vigie signalait un bâtiment, il changeait sa route. Était-ce donc un pirate, – il s'en rencontrait encore à cette époque dans ces parages, – qui craignait d'être poursuivi ?… Non. On eût vainement cherché des armes à son bord, et ce n'est pas avec un si faible équipage qu'un bâtiment se hasarderait à courir les risques d'un métier pareil. Était-ce donc un contrebandier, faisant la fraude le long d'un littoral ou d'une île à une autre ? Pas davantage, et le plus avisé des officiers de douane eût visité sa cale, déplacé sa cargaison, sondé ses ballots, fouillé ses caisses, sans découvrir une marchandise suspecte. À dire vrai, il ne portait aucune cargaison. Des vivres pour plusieurs années, des fûts de vin et d'eau-de-vie au fond de sa cale, à l'arrière, sous la dunette, trois barils en douves de chêne, solidement cerclés de fer… On le voit, il restait de la place pour le lest, – un bon lest en fonte, qui permettait à ce navire de porter une forte voilure. Peut-être aura-t-on l'idée que ces trois barils contenaient de la poudre ou toute autre substance explosive ?… Non, évidemment, car on ne prenait aucune des précautions indispensables en entrant dans la soute qui les contenait. Du reste, pas un des matelots n'aurait pu donner de renseignements à ce sujet, – ni sur la destination du brick-goélette, ni sur les motifs qui l'incitaient à changer sa direction dès qu'il apercevait un navire, ni sur les
Page 10
Copyright Arvensa Editions
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.