7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou
Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : EPUB - PDF

sans DRM

Partagez cette publication

NOTE DE L’ÉDITEUR
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet www.arvensa.com Les éditions Arvensa sont composées d'une équipe de passionnés de la langue française ainsi que de spécialistes de l'édition numérique. Notre objecti est de vous fournir la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :servicequalite@arvensa.com.
Pour toute autre demande, contactez:editions@arvensa.com.
Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Pour énéficier d’une version toujours actualisée de cette édition, nous vous invitons à télécharger la prochaine mise à jour lorsqu’elle vous sera proposée.
Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l’exprimant à travers leurs commentaires. Nous vous souhaitons une bonne lecture. Arvensa Editions Tous droits réservés Arvensa®Editions
ISBN EPUB : 9782368410066 ISBN PDF: 9782368410318
Page 2
Copyright Arvensa Editions
Madame la Comtesse de Ségur Œuvres complètes
ARVENSA www.arvensa.com
Page 3
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES TITRES
Page 4
Copyright Arvensa Editions
Note de l’éditeur
Pauvre Blaise AnnexeBiographie de la Comtesse de Ségur
Page 5
Copyright Arvensa Editions
PAUVRE BLAISE
(1861) C S OMTESSE DE ÉGUR
Romans Retour à la liste des titres
Pour toutes remarques ou suggestions: servicequalite@arvensa.com
Ou rendez-vous sur: www.arvensa.com
Page 6
Copyright Arvensa Editions
Illustration Horace Castelli
Page 7
Copyright Arvensa Editions
Table des matières
I - Les nouveaux maîtres II - Première visite au château III - La réparation et la rechute IV - Le chat-fantôme - Un malheur I - Vengeance d’un éléphant II - La mare aux sangsues III - Les fleurs IX - Les poulets X - Le retour de Jules XI - Le cerf-volant XII - L’accent de vérité XIII - Le remords XIV - Les domestiques XV - L’aveu public XVI - L’obéissance XVII - La correspondance XVIII - La comtesse de Trénilly XIX - L’entorse XX - L’épreuve XXI - Le grand jour XXII - Conclusion
Page 8
Copyright Arvensa Editions
À mon petit-fils PIERREDESÉGUR Cher enfant, voici un excellent garçon, sage et pieux comme toi, qui te demande une place dans ta bibliothèque. Tu ne repousseras pas sa prière et tu lui donneras un poste de faveur en l’honneur de ses vertus et de ta rand’mère. COMTESSEDESÉGUR, née Rostopchine
Page 9
Copyright Arvensa Editions
I - Les nouveaux maîtres Blaise était assis sur un banc, le menton appuyé dans sa main gauche. Il réfléchissait si profondément qu’il ne pensait pas à mordre dans une tartine de ain et de lait caillé que sa mère lui avait donnée pour son déjeuner. «À quoi penses-tu, mon garçon? lui dit sa mère. Tu laisses couler à terre to lait caillé, et ton pain ne sera plus bon.»
BLAISE. —pensais aux nouveaux maîtres qui vont arriver, maman, et je Je cherche à deviner s’ils sont bons ou mauvais.
MADAME ANFRY. —Que tu es nigaud! Comment veux-tu deviner ce que son des maîtres que personne de chez nous ne connaît?
BLAISE. —ne les connaît pas ici, mais les garçons d’écurie qui son On arrivés hier avec les chevaux les connaissent, et ils ne les aiment pas.
MADAME ANFRY. —Comment sais-tu cela?
BLAISE. —que je les ai entendus causer pendant que je les aidais à Parce arranger leurs harnais; ils disaient que M. Jules, le fils de M. le comte et de Mme la comtesse, les ferait gronder s’il ne trouvait pas son poney et sa petite voiture prêts à être attelés; ils avaient l’air d’avoir peur de lui.
MADAME ANFRY. —bien, cela prouve-t-il qu’il soit méchant et que les Eh maîtres sont mauvais?
BLAISE. —Quand de grands garçons comme ces gens d’écurie ont peur d’u etit garçon de onze ans, c’est qu’il leur fait du mal.
MADAME ANFRY. —que leur fasse un enfant?Quel mal veux-tu
BLAISE. —voilà! C’est qu’il va se plaindre, et que son père et sa mère Ah! l’écoutent, et qu’ils grondent les pauvres domestiques. Je dis, moi, que c’es méchant.
Page 10
Copyright Arvensa Editions