Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Rider Haggard - Oeuvres (133)

De
0 page

Ce volume 133 contient 5 oeuvres de Henry Rider Haggard

Henry Rider Haggard, né dans le comté du Norfolk le et mort à Londres le , est un écrivain anglais, auteur de romans d’aventures qui se situent dans des lieux considérés en son temps comme exotiques. (Wikip.)

Les lci-eBooks sont des compilations d’œuvres appartenant au domaine public. Les textes d’un même auteur sont regroupés dans un volume numérique à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur. On trouvera la liste complète des volumes sur le site lci-eBooks.

ROMANS

Découverte des mines du roi Salomon et Allan Quatermain 1885 et 87
Jess 1887
Le colonel Quatrich 1888
Béatrice 1889


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

cover.jpg

HENRY RIDDER HAGARD
ŒUVRES lci-133

 

Les lci-eBooks sont des compilations d’œuvres appartenant au domaine public. Les textes d’un même auteur sont regroupés dans un volume numérique à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur.

 

img1.jpg

 

MENTIONS

 

© 2017 lci-eBooks, pour ce livre numérique, à l’exclusion du contenu appartenant au domaine public ou placé sous licence libre.

ISBN : 978-2-37681-022-3

Un identifiant ISBN unique est assigné à toutes les versions dudit eBook pour le format epub comme mobi.

 

Conditions d’utilisation : Cet eBook est proposé à la vente dans les pays suivants : pays membres de l’Union Européenne, Grande-Bretagne, Suisse, Norvège, Canada, Brésil, Japon. Si vous êtes un acheteur de cet eBook ou d’une version précédente de cet eBook et que vous résidez actuellement dans un des pays susmentionnés, vous pouvez utiliser ledit eBook. Si vous êtes un acheteur de cet eBook ou d’une version précédente de cet eBook mais que vous ne résidez pas actuellement dans un desdits pays, vous devez vous assurer, avant d’utiliser ledit eBook, que toutes les parties de celui-ci relevant du domaine public dans lesdits pays relèvent aussi du domaine public dans votre actuel pays de résidence. On trouvera des informations dans ce sens dans cette rubrique du site.

VERSION

 

Version de cet eBook : 1.0 (06/05/2017)

 

Les lci-eBooks peuvent bénéficier de mises à jour. Pour déterminer si cette version est la dernière, on consultera le catalogue actualisé sur le site.

 

La déclinaison de version .n (décimale) correspond à des corrections d’erreurs et/ou de formatage.

La déclinaison de versions n (entière) correspond à un ajout de matière complété éventuellement de corrections.

SOURCES

Wikisource : Découverte des mines du roi Salomon (croisé avec ELG) (BnF/Gallica)

Project Gutenberg :Jess (Bnf/Gallica).

Bibliothèque numérique romande : Béatrice

Extraction de texte ABBYY : Le Colonel Quaritch (Bnf/Gallica)

 

–Couverture : circa 1900, Library of Congress Prints and Photographs Division, LC-B2- 1254-13.

–Page de titre :The World's Work, 1905 IA/ Robarts - University of Toronto

–Image pré-sommaire : circa 1885-1890. London Stereoscopic Cie, 110 & 108 Regent Street. W. Manuscripts and Archives Division, The New York Public Library.

–Image post-sommaire 1 : Age 19, 22, 30. McClure Magazine Vol. 2, Janv. 1894. The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs: Print Collection, The New York Public Library.

– Images post-sommaire 2 et 3 : par Leslie Matthew Ward, Vanity Fair, 21 mai 1887, Men of the day n° 376. Yale Center for British Art; Gift of Michael H. LeWitt, Peter A. LeWitt, and Erwin Strasmick.

– Image post-sommaire 4 : c. 1915-1920, par C. Vandyk. The story of the House of Cassell, 1922. IA/University of California Libraries.

Si vous pensez qu’un contenu quelconque (texte ou image) de ce livre numérique n’a pas le droit de s’y trouver ou n’est pas correctement crédité, veuillez le signaler à travers ce formulaire.

img2.jpg

LISTE DES TITRES

HENRY RIDER HAGGARD (1856-1925)

img3.pngROMANS

img4.pngDÉCOUVERTE DES MINES DU ROI SALOMON

1885 et 87

img4.pngJESS

1887

img4.pngLE COLONEL QUARITCH

1888

img4.pngBÉATRICE

1889

PAGINATION

Ce volume contient 309 357 mots et 877 pages.

01.Découverte des mines du roi Salomon

155 pages

02.Jess

249 pages

03.Le colonel Quaritch

196 pages

04.Béatrice

263 pages

img5.jpg

img6.jpg

img7.jpg

img8.jpg

 

DÉCOUVERTE DES MINES DU ROI SALOMON

King Solomon’s Mines (Cassel, 1885) et Allan Quatermain (Longmans, Green & Co., 1887)

 

Adaptation par C. Lemaire.
avec Préface et Postface de Th. Bentzon.
Hetzel, 1890.

155 pages

INTRODUCTION

I  RENCONTRE DE SIR HENRY

Chapitre II.  La légende des mines de Salomon

Chapitre III.  Décision

Chapitre IV.  La chasse à l’éléphant

Chapitre V.  La traversée du désert

Chapitre VI.  De l’eau !

Chapitre VII.  La route de Salomon

Chapitre VIII.  Touala le roi

Chapitre IX.  Fêtes africaines

Chapitre X.  La guerre

Chapitre XI.  Ignosi roi

Chapitre XII.  Une assemblée lugubre

Chapitre XIII.  La chambre des trésors

Chapitre XIV.  Plus d’espoir

Chapitre XV.  Départ du pays des Koukouanas

Chapitre XVI.  Retrouvé

SUITE   DES  MINES DU ROI SALOMON  ALLAN QUATREMAIN

I

II

III

IV

JESS

PRÉFACE

––––––

 

Les bons livres et les livres amusants dédiés à l’enfance ne manquent pas chez nous ; leur nombre a singulièrement augmenté depuis quelques années : signés souvent de noms célèbres, illustrés à ravir, séduisants de toute manière, ils répondent parfaitement aux aspirations du jeune public qui les dévore ; ce qui est plus rare, c’est un livre que l’on puisse mettre entre les mains des grands garçons et des grandes filles, à qui la bibliothèque de leurs parents n’est pas encore ouverte et qui dédaignent celle de leurs petits frères et sœurs, c’est un ouvrage qui puisse convenir à l’adolescence, puisqu’il n’y a pas d’autre mot pour indiquer cette période de la vie qui commence à treize ou quatorze ans. De jeunes Français de cet âge ont déjà l’esprit très développé, sont déjà très exigeants. Capables d’apprécier le mérite d’une œuvre littéraire, ils veulent que l’auteur à la fois les amuse et les prenne au sérieux ; ils ne peuvent souffrir qu’on leur serve, même en la déguisant, une leçon de morale spécialement appropriée à leurs besoins ; être traités en enfants, voilà ce qu’ils redoutent, ce qui les révolte ; ils sont déjà, — ceux-ci presque des hommes ne s’intéressant qu’à ce qui peut intéresser leurs aînés, celles-là des demoiselles réclamant des romans, puisqu’elles en voient lire à leurs mères ; sous aucun prétexte ils n’accepteraient, ni les uns ni les autres, d’être relégués dans ce que M. Taine appelle si bien une serre à compartiments où des précautions, parfois mal entendues, sont prises pour leur ménager un régime exceptionnel, une atmosphère particulière.

 

Il faut, à ce genre de public, un ordre d’ouvrage presque introuvable en France, un livre qui puisse être lu en commun à haute voix le soir sous la lampe, un livre qui, après avoir charmé le père et la mère, puisse être repris ensuite par chacun des plus jeunes membres de la famille, sans qu’ils risquent d’y trouver rien de nuisible. Ces livres-là, l’Angleterre les produit chaque année par douzaines, n’étant pas empoisonnée au même degré que nous par deux tristes maladies dont notre littérature contemporaine, si supérieure au point de vue de la forme, des délicatesses et des raffinements de l’art, porte la funeste empreinte : le scepticisme, qui flétrit toutes les généreuses croyances ; le pessimisme, qui nous fait considérer systématiquement le côté mauvais delà vie.

 

Une nourriture intellectuelle saine comme le roast-beef cuit à point qui convient indistinctement à tous les estomacs est, chez nos voisins, servie à tous les âges. Que, d’aventure, les gourmets regrettent l’absence de certains assaisonnements exquis, de certaines sauces qui, selon l’expression vulgaire, valent mieux que le poisson, nous n’avons pas à le rechercher ici. La cuisine de restaurant est certes incomparable à Paris, mais s’il s’agit de la table de famille, honneur à l’Angleterre, à l’Amérique. Les mets n’y sont pas épicés de tel sorte qu’il faille les réserver à ceux- là seuls qui sont familiers avec ces condiments dangereux, tout le monde y goûte et s’en trouve bien. Pour parler sans métaphore, Daniel de Foë n’écrivit pas à l’intention de la jeunesse son Robinson Crusoé, qui a cependant contribué à ouvrir tant de jeunes intelligences, à former tant de jeunes âmes en montrant ce que peut la volonté de l’homme aux prises avec toutes les forces hostiles de la nature. Walter Scott, Cooper, Dickens ont produit, sans songer à aucune catégorie spéciale de lecteurs, maints romans qui méritent cependant être recommandés à tous, et, depuis, quelle longue liste d’ouvrages de valeur inégale, mais distingués, sans exception, qui, lus au matin de la vie, sont relus plus tard et jusque dans la vieillesse avec plaisir et profit !

Miss Edgeworth et miss Mitford, le capitaine Marryat et Mayne-Reid, l’auteur de John Halifax et celui de The Heir of Redclyffe, Florence Montgomery, etc., ont pénétré partout, grâce à la traduction ou à l’adaptation que nous voudrions voir appliquer à l’œuvre un peu diffuse, mais si honnêtement virile, si agréablement fortifiante des nombreux auteurs américains qui ont créé, à la suite de Thorean the out door library, la bibliothèque de plein air.

 

La critique anglaise signalait récemment les livres qui, depuis quelques années, obtiennent le plus éclatant succès, en faisant observer que ces livres allaient d’abord à l’adresse des écoliers. Stevenson et Rider Haggard jouissent, en effet, parmi ces derniers, d’une prédilection marquée. Et, ils n’ont pas seulement pour admirateurs fanatiques des compatriotes, leur vogue a passé les mers. L’Ile au Trésor, grâce à l’excellente traduction de M. Philippe Daryl, est déjà devenu comme un livre français, et nous serions bien surpris si une version habilement modifiée de Kidnapped, l’Enfant volé, ne se faisait pas adopter de même.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin