Un capitaine de quinze ans

De
Publié par

Nouvelle édition de Un capitaine de quinze ans de Jules Verne augmentée d'annexes (Biographie). L'ouvrage a été spécifiquement mis en forme pour votre liseuse.
— Naviguez par simple clic de chapitre à chapitre ou de livre à livre.
— Accédez instantanément à la table des matières hyperliée globale.
— Une table des matières est placée également au début de chaque titre.

A PROPOS DE L'ÉDITEUR : Les éditions Arvensa sont les leaders de la littérature classique numérique. Leur objectif est de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Tous les titres sont produits avec le plus grand soin. Le service qualité des éditions Arvensa s’engage à vous répondre dans les 48h. Retrouvez tous les titres sur le site internet des éditions Arvensa.
Publié le : mardi 18 février 2014
Lecture(s) : 7
EAN13 : 9782368415641
Nombre de pages : 383
Prix de location à la page : 0,0007€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ARVENSA ÉDITIONS Plate-forme de référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Retrouvez toutes nos publications, actualités et offres privilégiées sur notre site Internet www.arvensa.com
Tous droits réservés Arvensa® Éditions
ISBN Epub : 9782368415641
Page 2
Copyright Arvensa Editions
NOTE DE L'ÉDITEUR
L'objectif des éditions Arvensa est de vous faire connaître les oeuvres des plus grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de nous les signaler en écrivant à notre Service Qualité :
servicequalite@arvensa.com
Pour toutes autres demandes, contactez :
editions@arvensa.com
Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Si vous souhaitez être informé de nos actualités et des mises à jour de cette édition, nous vous invitons à vous inscrire sur le site :
www.arvensa.com
Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifestent leur enthousiasme en l'exprimant à travers leurs commentaires.
Nous vous souhaitons une bonne lecture.
Arvensa Éditions
Page 3
Copyright Arvensa Editions
LISTE DES TITRES
Page 4
Copyright Arvensa Editions
Arvensa éditions Note de l'éditeur
Les voyages extraordinaires
Un capitaine de quinze ans
Biographie Jules Verne par Jules Claretie
Annexes
Page 5
Copyright Arvensa Editions
UN CAPITAINE DE QUINZE ANS
(1878) Jules Verne Les voyages extraordinaires
Retour à la liste des titres Pour toutes remarques ou suggestions: servicequalite@arvensa.com Ou rendez-vous sur: www.arvensa.com
Page 6
Copyright Arvensa Editions
Table des matières
Première partie Chapitre 1 – Le brick-goélette « Pilgrim » Chapitre 2 – Dick Sand Chapitre 3 – L'épave Chapitre 4 – Les survivants du « Waldeck » Chapitre 5 – S. V. Chapitre 6 – Une baleine en vue Chapitre 7 – Préparatifs Chapitre 8 – La jubarte Chapitre 9 – Capitaine Sand Chapitre 10 – Les quatre jours qui suivent Chapitre 11 – Tempête Chapitre 12 – À l'horizon Chapitre 13 – Terre ! terre ! Chapitre 14 – Ce qu’il convient de faire Chapitre 15 – Harris Chapitre 16 – En route Chapitre 17 – Cent milles en dix jours Chapitre 18 – Le mot terrible !
Deuxième partie Chapitre 1 – La traite Chapitre 2 – Harris et Negoro Chapitre 3 – En marche Chapitre 4 – Les mauvais chemins de l'Angola Chapitre 5 – Leçon sur les fourmis dans une fourmilière Chapitre 6 – La cloche à plongeur Chapitre 7 – Un campement sur les bords de la Coanza Chapitre 8 – Quelques notes de Dick Sand Chapitre 9 – Kazonndé Chapitre 10 – Un jour de grand marché
Page 7
Copyright Arvensa Editions
Chapitre 11 – Un punch offert au roi de Kazonndé Chapitre 12 – Un enterrement royal Chapitre 13 – L'intérieur d’une factorerie Chapitre 14 – Quelques nouvelles du docteur Livingstone Chapitre 15 – Où peut conduire une manticore Chapitre 16 – Un mgannga Chapitre 17 – « À la dérive » Chapitre 18 – Divers incidents Chapitre 19 – S. V. Chapitre 20 – Conclusion
Page 8
Copyright Arvensa Editions
Première partie
Page 9
Copyright Arvensa Editions
UN CAPITAINE DE QUINZE ANS Première partie Table des matières Retour à la liste des titres
Chapitre 1 – Le brick-goélette « Pilgrim » Le 2 février 1873, le brick-goélettePilgrim se trouvait par 43° 57’ de latitude sud, et par 165° 19’ de longitude ouest du méridien de Greenwich. Ce bâtiment, de quatre cents tonneaux, armé à San Francisco pour la grande pêche des mers australes, appartenait à James W. Weldon, riche armateur californien, qui en avait confié, depuis plusieurs années, le commandement au capitaine Hull. LePilgrim était l’un des plus petits, mais l’un des meilleurs navires de cette flottille, que James W. Weldon envoyait, chaque saison, aussi bien au-delà du détroit de Behring, jusqu’aux mers boréales, que sur les parages de la Tasmanie ou du cap Horn, jusqu’à l’océan Antarctique. Il marchait supérieurement. Son gréement, très maniable, lui permettait de s’aventurer, avec peu d’hommes, en vue des impénétrables banquises de l’hémisphère austral. Le capitaine Hull savait se « débrouiller », comme disent les matelots, au milieu de ces glaces qui, pendant l’été, dérivent par le travers de la Nouvelle-Zélande ou du cap de Bonne-Espérance, sous une latitude beaucoup plus basse que celle qu’elles atteignent dans les mers septentrionales du globe. Il est vrai qu’il ne s’agissait là que d’icebergs de faible dimension, déjà usés par les chocs, rongés par les eaux chaudes, et dont le plus grand nombre va fondre dans le Pacifique ou l’Atlantique. Sous les ordres du capitaine Hull, bon marin, et aussi l’un des plus habiles harponneurs de la flottille, se trouvait un équipage composé de cinq matelots et d’un novice. C'était peu pour cette pêche de la baleine, qui exige un personnel assez nombreux. Il faut du monde, aussi bien pour la manœuvre des embarcations d’attaque que pour le dépeçage des animaux capturés. Mais, à l’exemple de certains armateurs, James W. Weldon trouvait beaucoup plus économique de n’embarquer à San Francisco que le nombre de matelots nécessaires à la conduite du bâtiment. La Nouvelle-Zélande ne manquait point de harponneurs, marins de toutes nationalités, déserteurs ou autres, qui cherchaient à se louer
Page 10
Copyright Arvensa Editions
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.