Concours décennal, ou Collection gravée des ouvrages de peinture, sculpture, architecture et médailles mentionnés dans le rapport de l'Institut

Publié par

Filhol et Bourdon (Paris). 1812. Paris, Académie des Beaux-Arts, concours, 1800-1810. France, Art, v. 1800-v. 1810. In-fol., album de pl. avec texte.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mercredi 1 janvier 1812
Lecture(s) : 4
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 87
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

! • vs- : p. :rà
CONCOURS
DÉCENNAL.
A V 1 S.
Nous avons l'honneur de prévenir
Messieurs les Souscripteurs qu'il s'est
commis une erreur dans le titre du texte
de la planche représentant LA PUDEUR,
et que l'on a mis le nom de M. Lemot
aulieu de celui de M. Cartellier, auteur
de cette statue.
DE LA FONDERIE ET IMPRIMERIE DE GILLÉ FILS.
1812.
CONCOURS
DÉCENNAL,
ou
COLLECTION GRAVÉE
DES OUVRAGES DE PEINTURE,
SCULPTURE, ARCHITECTURE ET MÉDAILLES,
MENTIONNÉS DANS LE RAPPORT DE L'INSTITUT.
PARIS,
CHEZ FILHOL ET BOURDON, ARTISTES ET ÉDITEURS, RUE DE L'ODÉON, N.° 35.
LA JUSTICE
ET
LA VENGEANCE DIVINE
POURSUIVANT LE CRIME,
TABLEAU PAR M. PRUD'HON,
MEMBRE DE LA LÉGION D'HONNEUR.
LA JUSTICE -
ET
LA VENGEANCE DIVINE
POURSUIVANT LE CRIME.
EXPLICATION DU SUJET.
Cette allégorie représente le Crime qui fuit après avoir
frappé sa victime pour lui dérober un trésor. La Justice et
la Vengeance divine le poursuivent, et sont près de le saisir;
l'une tient entre ses mains la balance et le glaive, l'autre est
armée du flambeau de la vérité. La scène se passe dans un
site sauvage, et est éclairée par la lune.
Ce tableau , exécuté par M. Prud'hon , pour la Cour
d'Assises du département de la Seine, est placé dans la salle
d'audience, au Palais de Justice.
Il a été exposé au Salon de 1808 ; il est peint sur toile.
Hauteur, 2 mètres 43 centimètres 7 millimètres (7 pieds 4 pouces ).
Largeur, 3 mètres (9 pieds).
PEINT PAR ~PRUDlION.
! e Z./Jyt«r < ¿{Z!y Wy.-, ■'
1¿/lf -" c:,J.Je .G:/ljY/' t/'tfl'I-tC /!d/' ( ,é) ,,/ "'7<'/ .)
>r'" )' 1 Il
LA JUSTICE ET LA VEN GEANCTh: DIVINE.
n:7J) /) (/-;17
( )/ ;7/
'ri/ ?'<7S?/ t/Y/y/c'
L'EMPEREUR
NAPOLÉON,
STATUE PAR M. CHAUDET,
MEMBRE DE LA LÉGION D'HONNEUR.
L'EMPEREUR NAPOLÉON.
EXPLICATION DU SUJET.
CETTE statue est traitée dans le style héroïque; l'Empereur
est représenté le diadème et la couronne de laurier sur la
tête, et revêtu du paludamentum ( manteau de guerre des
Empereurs romains ). Il est ceint d'une épée , et tient dans
sa main droite le Code civil des Français ; ce qui caractérise
à-la-fois le guerrier et le législateur.
Cette statue a été exécutée pour le Corps Législatif; elle
orne la salle des séances. Le piédestal porte cette inscription :
A
NAPOLÉON EMPEREUR,
LE CORPS LÉGISLATIF,
AN XIII, i8o5,
FONTANES, PRÉSIDENT.
QUESTEURS,
DELATTRE, JACOPIN,
VIENOT-VAUBLANC, TERRASSON.
Cette figure est en marbre.
Proportion, 2 mètres ( 6 pieds ).
STATUE PAK CHAUDET.
1 - -- ?
'-~—~~ - <7,,'r'
- 1,
_', --
JIlEIWlfDJEJltJEllTIR NAPOLE ON.
LE CHAMP DE BATAILLE
D'EYLAU,
TABLEAU PAR M. GROS,
MEMBRE DE LA LÉGION D'HONNEUR.
LE CHAMP DE BATAILLE
DEYLAU.
EXPLICATION DU SUJET.
LE lendemain de la bataille d'Eylau, S. M. l'Empereur des
Français visita le champ de bataille, et fit donner des secours
aux soldats russes qui étaient blessés ; la neige teinte de sang,
couverte de morts et de mourans , offrait un spectacle
horrible, dont Sa Majesté parut vivement touchée.
M. Gros a choisi l'instant où Sa Majesté s'arrête devant
un jeune chasseur lithuanien blessé, et fait panser ses bles-
sures par M. Percy, chirurgien en chef. Ce jeune homme,
pénétré d'admiration pour Sa Majesté , lui témoigne sa
reconnaissance avec un mouvement d'enthousiasme.
S. M. l'Empereur et Roi est accompagnée de S. M. le Roi
de Naples, de S. A. S. le prince de Neuchâtel et de Wagram,
et de L. Ex. MM. le prince d'Eckmulh, duc d'Auerstaedt,
le duc de Dalmatie et le duc d Istrie. Dans le fond du tableau,
on voit l'armée française dont Sa Majesté va passer la revue.
Ce tableau a été exécuté pour Sa Majesté, et exposé au
Salon de 1808. Il est peint sur toile.
Hauteur, 5 mètres 33 centimètres i millimètre (16 pieds).
Largeur, 8 mètres ( 24 pieds ).
LEMPEREUR NAPOLEON
HONORANT
LE MALHEUR DES BLESSES ENNEMIS.
TABLEAU PAR M. DEBRET.
L'EMPEREUR NAPOLÉON
HONORANT
LE MALHEUR DES BLESSÉS ENNEMIS.
EXPLICATION DU SUJET.
L'EMPEREUR étant à l'armée d'Italie, regardait un jour
défiler devant lui des prisonniers autrichiens; lorsqu'il vit
passer des chariots remplis de blessés, il ôta son chapeau,
et dit : Honneur au courage malheureux.
Ces paroles remarquables et dignes d'être consignées dans
l'histoire , ont fourni à M. Debret un sujet très propre à
la peinture, et qui s'explique de lui-même, tant la pan-
tomime en est précise.
S. M. l'Empereur et Roi est accompagnée de LL. MM.
le Roi de Naples, et le Vice-Roi d'Italie, et de S. Ex.
monseigneur le Duc de Castiglione.
Ce tableau a été exécuté pour le Corps - Législatif, et
orne la salle des conférences. Il est peint sur toile.
Hauteur, 3 mètres 33 centimètres 3 millimètres ( io pieds).
Largeur, 5 mètres ( 15 pieds ).
ALLOCUTION,
TABLEAU PAR M. GAUTHEROT.
ALLOCUTION.
EXPLICATION DU SUJET.
Le 12 octobre i8o5 , le deuxième corps de la grande armée,
commandé par le général Marmont , se mit en marche
forcée, pour prendre position sur les hauteurs d'Illersheim.
L'Empereur était près du pont du Lech ( à Ausbourg ),
lorsque ce corps défilait. Il fit former en cercle chaque
régiment ; il leur parla de la situation de l'ennemi, de
l'imminence d'une grande bataille et de la confiance qu'il avait
en leur bravoure. Pendant qu'il les haranguait, il faisait un
tems affreux. La troupe éprouvait un froid très-vif; mais en
écoutant Sa Majesté, elle oubliait ses fatigues, et n'aspirait
qu'à combattre.
S. M. est accompagnée de LL. Ex. MM. le duc distrie
et le duc de Raguse.
Ce tableau a été commandé par S. M. ; il est placé dans
la galerie de Diane, au palais des Tuileries.
Hauteur 3 mètres 33 centimètres 6 millimètres ( io pieds),
Largeur 5 mètres 5 millimètres ( 15 pieds).
L'ARSENAL
DINSPRUCK,
TABLEAU PAR M. MEYNIER.
L'ARSENAL D'INSPRUCK.
EXPLICATION DU SUJET.
LES soldats du 76.me de ligne avaient perdu trois drapeaux
dans les Grisons, et les regrettaient vivement ; ils savaient
que l'Europe n'avait point oublié leur malheur, quoiqu'elle
ne pût accuser leur courage : ces drapeaux ayant été reconnus
dans l'arsenal d'Inspruck par un officier français, tous ces
braves y accoururent aussitôt, et lorsque le marpchal Ney,
prince de la Moskowa, duc et pair de Francq, les leur
rendit, lès vieux soldats pleuraient de joie, et les jeunes
étaient fiers d'avoir servi à reprendre sur l'ennemi les en-
seignes enlevées à leurs aînés.
Ce tableau a été exécuté pour le gouvernement, et fait
suite à ceux de la campagne de i8o5 ; il est peint sur toile.
Hauteur, 3 mètres 33 centimètres ( 10 pieds ).
Largeur, 5 mètres 49 centimètres ( 16 pieds 6 pouces ).
LA BATAILLE
D'AUSTERLITZ,
TABLEAU PAR M. CARLE VERNET,
MEMBRE DE LA LÉGION D'HONNEUR.
LA BATAILLE
D'AUSTERLITZ.
EXPLICATION DU SUJET.
BUONAPARTE accompagné de quelques maréchaux d'Empire
et de plusieurs généraux, donne des ordres pour la bataille
d'Austerlitz.
Ce tableau a été exposé au salon de 1808.
Hauteur, douze pieds.
Largeur, vingt pieds.
BUONAPARTE
PARDONNANT
AUX RÉVOLTÉS DU CAIRE,
TABLEAU PAR M. GUÉRIN,
MEMBRE DE LA LÉGION D'HONNEUR.
BUONAPARTE
PARDONNANT
AUX RÉVOLTÉS DU CAIRE.
EXPLICATION DU SUJET.
LES révoltés soumis et désarmés, sont amenés au vainqueur.
Buonaparte leur fait grâce, et ordonne qu'on les mette en
liberté. Le personnage vu de dos et qui lie la composition,
est l'interprète qui transmet les paroles du vainqueur.
Buonaparte est accompagné de son Etat-Major et de
plusieurs membres de l'Institut d'Egypte. Le site, orné de
quelques édifices, représente la place d'Elbekir.
Ce tableau a été exécuté pour le Gouvernement et exposé
au Salon de 1808.
Il est peint sur toile.
Hauteur, 3 mètres 33 centimètres 6 millimètres ( 10 pieds).
Largeur, 5 mètres 5 millimètres ( i5 pieds).
L'ENTRÉE
DES FRANÇAIS DANS VIENNE,
TABLEAU PAR M. GIRODET,
MEMBRE DE LA LÉGION D'HONNEUR.
r
L'ENTREE
DES FRANCAIS DANS VIENNE.
j
EXPLICATION DU SUJET.
Les Officiers Municipaux, le Clergé, et les Généraux
commandant la place, viennent au-devant du vainqueur,
et lui présentent les clefs de leur ville. Il est accompagné
des officiers généraux Murat, Berthier, Bessières, et de
plusieurs autres officiers de différens grades. On aperçoit
derrière les Magistrats, quelques habitans de la ville attirés
par la curiosité.
Ce tableau , exécuté par M. Girodet pour le Gouverne-
ment, a été exposé au Salon de 1808.
Il est peint sur toile.
Hauteur, 3 mètres 33 centimètres 6 millimètres (10 pieds).
Largeur, 5 mètres 5 millimètres ( 15 pieds).
LE SACRE,
TABLEAU PAR M. DAVID,
OFFICIER DE LA LÉGION D'HONNEUR.
SACRE ET COURONNEMENT
DE BUONAPARTE ET DE JOSEPHINE,
A NOTRE-DAME, LE 2 DÉCEMBRE 1804,

PAR LE PAPE PIE VII.
EXPLICATION DU SUJET,
Extraite du Cérémonial inséré au Moniteur.
SECTION II. -
Art. 6. Près de l'autel, du côté de l'évangile, sera le Pape, entouré
de ses grands officiers, et placé sur un trône. De l'autre côté de l'autel
les Cardinaux : des deux côtés du chœur, les Archevêquesy les Evèques
et le Clergé de Paris.
Art 7. Au milieu du chœur seront deux fauteuils pour l'Empereur et
l'Impératrice.
Art. 8. A droite du trône, la tribune impériale; à côté dans une
tribune, seront les Dames et Officiers des Princes et Princesses :
vis-à-vis, à gauche du trône, sera la tribune du Corps Diplomatique
étranger et français.
SECTION IV.
Art. i5. Les places autonr des trônes de Leurs Majestés seront ainsi
disposées : derrière l'Empereur, les deux Princes et les deux Grands
Dignitaires. Derrière les Princes , le Colonel-Général de la Garde, le
Grand-Maréchal et les deux Gra'nds-Officiers qui portent l'anneau et le
collier de l'Empereur. A droite des Princes et en obliquant en avant,
le Grand - Chambellan et le Grand - Ecuyer; derrière eux deux Cham-
bellans. Derrière l'Impératrice, les Princesses, les trois Grands-Officiers
qui portent l'anneau, le manteau et la couronne de l'Impératrice. A
gauche des Princesses et en obliquant en avant, la Dame d'honneur, la
Dame d'atour, le premier Ecuyer et le premier Chambellan de l'Im-
pératrice. Le Grand-Maître des cérémonies près de l'autel, le Maître des
cérémonies à gauche du trône du Pape et de l'autel.
Art. 22 et suivans. Leurs Majestés arrivées au pied de l'autel, elles
s'y mettent à genoux sur des carreaux.
Sa Sainteté fera à l'Empereur et à l'Impératrice une triple onction,
l'une sur la tête et les autres aux deux mains; elles se rendront ensuite
sur leur petit trône.
S. S. commencera ensuite la messe, et continuera jusqu'au graduel
inclusivement.
La tradition des ornemens aura lieu après la bénédiction des couronnes.
Art. 3o. L'Impératrice recevra à genoux la couronne que l'Empereur
placera sur sa tête.
Le Saint Père se lèvera de son siège, et , assisté des Cardinaux, il
conduira solennellement LL. MM. au grand trône au fond de l'église, etc.
Ce Tableau fut exécuté pour le Gouvernement, et exposé au Salon
de 1810; il est peint sur toile.
Hauteur, 7 mètres 33 centimètres ( 22 pieds ).
Largeur, 10 mètres ( 3o pieds ).
LES TROIS AGES,
r
.'>. TABLEAU PAR M. GÉRARD,
MEMBRE DE LA LÉGION D'HONNEUR.
LES TROIS AGES.
EXPLICATION DU SUJET.
DAN s le voyage de la vie, la femme est le guide, le charme
et le soutien de l'homme.
(MAXIMES DES ORIENTAUX.)
Pour rendre cette pensée , M. Gérard a représenté une
jeune femme couronnée de fleurs, assise entre son père
et son époux; son enfant sommeille sur ses genoux. Cette
famille , image du bonheur , se repose sur des ruines, au
bord d'un chemin : le fond offre un riche paysage, qui
rappelle cette Arcadie, tant vantée par les poètes.
Ce tableau a été exécuté pour S. M. la Reine de Naples,
et exposé au Salon de 1808. Il est peint sur toile.
Hauteur, 2 mètres 66 centimètres 6 millimètres ( 8 pieds ).
Largeur, 3 mètres 33 centimètres 3 millimètres (10 pieds).
PEINT PAR GERARD.
1 ) /, , 1 1 5~,1 - /() /.l-
'fy// itzs* c ( 'ys^s/ C" Ssvys/ tf ff Sttss' - f , Il (
y /xx
~11- é l 1
LES TROIS AGES.
LES ADIEUX
D'EUCHARIS ,
ET DE TÉLÉMAQUE,
TABLEAU PAR M. MEYNIER.
LES ADIEUX
D'EUCHARIS ET DE TÉLÉMAQUE.
EXPLICATION DU SUJET.
TELÉMAQUE , conduit par Minerve sous la figure de Mentor, fut jeté,
après un naufrage, sur les bords de l'ile de la déesse Calypso. Vénus
irritée du mépris que ces deux étrangers avaient témoigné pour son culte ,
et ne pouvant se consoler de voir qu'ils eussent échappé à la tempête
excitée par Neptune, chargea l'Amour du soin de sa vengeance, descendit
avec lui dans l'île, et le confia à Calypso. Cette Déesse le prit dans ses
bras, et sentit la flamme qui coulait déjà dans son sein. Bientôt après,
Télémaque et la nymphe Eucharis brûlèrent aussi l'un pour l'autre des
mêmes feux. Mentor inquiet sur la situation de son malheureux ami, et
craignant qu'il ne pût résister à la violence de sa passion , conçut le projet
de l'arracher de ces lieux. Il commença par exciter la jalousie de Calypso,
qui lui procura les instrumens nécessaires pour la construction d'un
vaisseau, et lorsqu'il eut achevé son ouvrage, il parla ainsi a Télémaque :
ce Fils du sage Ulysse, rappelez tout votre courage ; à quel point les
» Dieux vous aiment-ils, puisqu'ils vous ouvrent un si beau chemin pour
» fuir l'Amour, et pour revoir votre chère patrie ! Calypso elle-même
» est contrainte de vous chasser. Le vaisseau est tout prêt : que tardons
» nous à quitter cette île où la vertu ne peut habiter ? » En disant ces
paroles, il le prit par la main et l'entraîna vers le rivage. Mais Télémaque
suivait à peine, et regardait toujours sa chère Eucharis.
C'est cet instant que M. Meynier a rendu dans sa composition. Ce
tableau est peint sur toile.
Hauteur, i mètre 66 centimètres 5 millimètres ( 5 pieds ).
Largeur, 2 mètres 16 centimètres ( 6 pieds 6 pouces ).
PEÎ1NT PAlH MEYNIER.
) J., # ¿j'} ) ) n h /) ('J. "r' , /J ()
i ■ yï*t* rt trt/frf'y6*W S c s/t V
é'. Il Il
LES AIMEUX D'EUCHAIRIS KT DE 1
CYPARISSE
PLEURANT SON JEUNE CERF,
STATUE PAR M. CHAUDET,
MEMBRE DE LA LÉGION D'HONNEUR.
CYPARISSE
PLEURANT SON JEUNE CERF.
EXPLICATION DU SUJET.
CYPARISSE , fils de Télèphe, naquit à Carthée, ville de l'île
de Cos ; il était favori d'Apollon. Ce jeune homme avait
apprivoisé un cerf qu'il aimait passionnément ; l'ayant tué
par mégarde à la chasse, il en mourut de douleur, et fut
métamorphosé en cyprès. Apollon touché de sa mort, voulut
pour honorer sa mémoire, que cet arbre fût le symbole de
la tristesse, et qu'on le plantât auprès des tombeaux.
M. Chaudet a choisi l'instant où Cyparisse , après avoir
posé l'appareil sur la blessure de son fidèle compagnon, le
tient dans ses bras, enveloppé de sa chlamyde, et semble,
par sa douleur, présager la perte qu'il va faire. On voit à
ses pieds le trait mortel qu'il a brisé.
Cette figure a été exposée au Salon de 1810. Elle est en
marbre.
Proportion, i mètre 49 centimètres 3 millimètres ( 4 pieds 5 pouces ).

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.