Concours poétiques de Toulon (1873). Galerie des évincés. Pierre Puget,... esquisse, par Louis Gorlier,...

De
Publié par

impr. de C. Mihière (Toulon). 1873. In-8° , 12 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mercredi 1 janvier 1873
Lecture(s) : 12
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

CONCOURS POÉTIQUES DE TOULON
(1873)
GALERIE DBS ÉVINCÉS
PIERRE PÛGET
SCULPTEUR
Peintre et Architecte français du XVU« Siècle
ESQUISSE
Par Louis GORLIER
Teneur de livres, à Toulon.
TOULON
TYPOGRAPHIE CH. MIHIÈRE & ClE
BOULEVARD DE STRASBOURG, 5C
1873
CONCOURS POÉTIQUES DE TOULON '
(1873)
GALERIE DES ÉVINCÉS
PIERRE PUGET
SCULPTEUR
Peintre et Architecte français du. XV11» Siècle
ESQUISSE
y-Par Louis GORLIER
Teneur de livres, à Toulon.
TOULON
TYPOGRAPHIE CH. MIHIÈRE & ClE
BOULEVARD DE STRASBOURG, 58
1873
AU PUBLIC TOULONNÀIS
Maintenant que, dans une séance académique solen-
nelle et à jamais mémorable, ont été couronnés et accla-
més les heureux lauréats de nos récents concours poéti-
ques ; maintenant que l'encens a fumé sous le nez satisfait
des idoles du jour saturées de gloire ; que le nectar des
dieux a eoulé à pleins bords dans les banquets donnés en
leur honneur ; vous êtes-vous demandé, bons Toulonnais,
ce que sont devenus, après la bataille, les pauvres vaincus
de ce tournoi littéraire ?
« Hélas ! vous serez-vous dit, — si toutefois vous avez
« pensé à eux, — ce sont autant d'hommes tombés à la
« mer, et à moins d'un miracle, pas un ne remontera sur
« l'eau, si surtout aucune main secourable ne leur a
« tendu l'amarre de sauvetage. »
Hé bien ! si vous avez raisonné ainsi, vous avez simple-
ment commis une erreur, car vous avez compté sans
l'énergie de l'homme qui se noie.
Pour ne parler que des dix-neuf évipcés du concours
de poésie en langue française, dont le sujet proposé était
Pierre Puget, je vous avouerai humblement, mais sans
honte ni émotion puérile, que j'appartiens à cette caté-
gorie des dix-neuf vaincus, et que je me suis repêché tout
seul. J'ose croire qu'il en sera advenu de même pour mes
confrères.
Je voudrais, si j'avais l'honneur de connaître ces dix-
huit compagnons d'infortune, les convier à vous sou-
mettre nos compositions, soit collectivement en un même
volume, soit individuellement, à leur choix ; et cela parce
que je crois que nos opuscules offerts au concours appar-
tiennent au public qui, après l'oeuvre d'un jury auquel je
reconnais d'ailleurs impartialité et compétence, a bien
aussi, lui, le droit de sanctionner ou de réviser les déci-
sions de nos juges, s'il est vrai, comme on l'a dit très
justement à mon avis, que tout le monde ait plus d'esprit
que M. de Voltaire.
Je ne me contente pas de prêcher de précepte, j'y
ajoute l'exemple, en invitant mes co-évincés à me suivre
dans cette voie, si le coeur leur en dit.
Je livre donc au public mon infime élucubration, en lui
demandant pardon de ma témérité, si c'en est une. A
défaut de grandes qualités de style et de versification, il
y découvrira peut-être un désir de faire mieux que ce que
j'ai réussi à produire. Ce sera là du moins le noble but
vers lequel tendront tous mes efforts, s'il m'est jamais
offert une nouvelle occasion de descendre dans la lice.
Au surplus, je ne sollicite ni éloges ni approbation.
Devenu tardivement un obscur rimeur par l'effet des
amertumes de la vie, je n'ai pas, comme certains poètes
de race, de ces admirateurs passionnés et enthousiastes
qui se pâmeraient volontiers à la lecture d'une de leurs
strophes.
Je m'estimerai dès lors trop heureux si vous m'ac-
cordez la fiche de consolation résumée dans cet adage :
« HONNEUR AU COURAGE MALHEUREUX ! »
L. G.
Toulon. Juillet 1873,

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.