Inyenzi ou les Cafards

De
Publié par

À Nyamata, nous avions depuis longtemps accepté que notre délivrance soit la mort. Nous avions vécu dans son attente, toujours aux aguets de son approche, inventant et réinventant malgré tout des moyens d’y échapper. Jusqu’à la prochaine fois où elle serait plus proche encore, où elle emporterait des voisins, des camarades de classe, des frères, un fils. Et les mères tremblaient d’angoisse en mettant au monde un garçon qui deviendrait un Inyenzi qu’il serait loisible d’humilier, de traquer, d’assassiner en toute impunité.
En retraçant son histoire, Scholastique Mukasonga dresse un tombeau de papier aux victimes tutsi de la haine raciale. Le témoignage essentiel d’une rescapée sur quarante ans de persécutions au Rwanda.
Publié le : jeudi 6 février 2014
Lecture(s) : 9
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072528972
Nombre de pages : 196
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Scholastique Mukasonga Inyenzi ou les Cafards
C O L L E C T I O NF O L I O
Scholastique Mukasonga
Inyenzi ou les Cafards
Gallimard
© Éditions Gallimard, 2006.
Couverture : Gouache sur papier de Titouan Lamazou, 1999.
Scholastique Mukasonga, née au Rwanda, vit et travaille en Basse-Normandie. Son premier ouvrage,Inyenzi ou les Cafards, a obtenu la reconnaissance de la critique et a touché un large public ; le deuxième,La femme aux pieds nus, a figuré dans la sélection de printemps du Renaudot 2008 et a remporté le prix Seligmann 2008 « contre le racisme, l’injustice et l’into-lérance » ; le troisième,L’Iguifou, a été couronné par le prix Renaissance de la nouvelle 2011 et le prix Paul Bourdarie 2011 décerné par l’académie des Sciences d’Outre-mer ; et le quatrième,Notre-Dame du Nil: le prix, a obtenu trois prix Ahmadou Kourouma décerné par le Salon international du livre et de la presse de Genève, le prix Océans France Ô, et le prix Renaudot 2012.
À tous ceux qui ont péri dans le génocide à Nyamata, à Cosma, mon père, à Stefania, ma mère, à Antoine, mon frère, et ses neuf enfants, à Alexia, ma sœur, et son mari, Pierre Ntereye, et leurs enfants, à Jeanne, ma sœur cadette, et ses enfants, à Judith et Julienne, mes sœurs, et leurs enfants,
à tous ceux de Nyamata qui sont nommés dans ce livre et à tous ceux, plus nombreux, qui ne le sont pas,
aux rares rescapés qui ont la douleur de survivre.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant