Les nouveaux émiles de Gab la Rafale

De
Publié par

L’émile, missive électronique, est un genre littéraire nouveau. Il succède au poulet, au billet, au pneumatique de jadis ; il suit, tel un sismographe, les variations de l’humeur, passe en un éclair de la colère à la joie, de la tendresse à la haine, du futile au sérieux, de l’enthousiasme au désenchantement.
De ce carquois électronique jaillissent des flèches dont l’immédiateté est exigeante : le trait doit être parfait, car il est irrémédiable. Flèches d’amour décochées aux amantes ; flèches sur l’art de vivre et de mourir destinées aux amis ; flèches au curare contre la politique française en Libye et en Syrie, les va-t-en-guerre de la droite dure et de la gauche molle ; flèches frondeuses qui criblent les quakeresses de l’imbécile ordre moral.
Un livre bigarré, bagarreur, libertaire, contradictoire.
En 2010, Gabriel Matzneff a publié aux Éditions Léo Scheer un premier tome de ses lettres électroniques, Les Émiles de Gab la Rafale.
Publié le : mercredi 1 avril 2015
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782756106687
Nombre de pages : 226
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Gabriel Matzneff
Les nouveaux Émiles de Gab la
Rafale
roman électronique



L’émile, missive électronique, est un genre littéraire
nouveau. Il succède au poulet, au billet, au
pneumatique de jadis ; il suit, tel un sismographe, les
variations de l’humeur, passe en un éclair de la colère
à la joie, de la tendresse à la haine, du futile au sérieux,
de l’enthousiasme au désenchantement.
De ce carquois électronique jaillissent des flèches
dont l’immédiateté est exigeante : le trait doit être
parfait, car il est irrémédiable. Flèches d’amour
décochées aux amantes ; flèches sur l’art de vivre et de mourir destinées aux amis ; flèches au curare contre la
politique française en Libye et en Syrie, les
va-t-enguerre de la droite dure et de la gauche molle ; flèches
frondeuses qui criblent les quakeresses de l’imbécile
ordre moral.
Un livre bigarré, bagarreur, libertaire, contradictoire.

En 2010, Gabriel Matzneff a publié aux Éditions Léo
Scheer un premier tome de ses lettres électroniques, Les
Émiles de Gab la Rafale.



EAN numérique : 978-2-7561-0667-0978-2-7561-0668-7

EAN livre papier : 9782756104331



www.leoscheer.com LES NOUVEAUX ÉMILES DE GAB LA RAFALEDU MÊME AUTEUR
Romans
L’ARCHIMANDRITE, La Table Ronde et La Petite Vermillon
NOUS N’IRONS PLUS AU LUXEMBOURG, La Table Ronde et La Petite
Vermillon
ISAÏE RÉJOUIS-TOI, La Table Ronde et La Petite Vermillon
IVRE DU VIN PERDU, La Table Ronde et Folio
HARRISON PLAZA, La Table Ronde
LES LÈVRES MENTEUSES, La Table Ronde et Folio
MAMMA, LI TURCHI !, La Table Ronde et La Petite Vermillon
VOICI VENIR LE FIANCÉ, La Table Ronde
Poèmes
DOUZE POÈMES POUR FRANCESCA, La Table Ronde
SUPER FLUMINA BABYLONIS, La Table Ronde
Récits
COMME LE FEU MÊLÉ D’AROMATES, La Table Ronde et La Petite
Vermillon
LE CARNET ARABE, La Table Ronde et La Petite Vermillon
BOULEVARD SAINT-GERMAIN, Le Rocher et La Petite Vermillon
MONSIEUR LE COMTE MONTE EN BALLON, Léo Scheer
Suite de la bibliographie en fin de volume
Éditions Léo Scheer, 2014©
www.leoscheer.com
www.matzneff.comGABRIEL MATZNEFF
LES NOUVEAUX ÉMILES
DE GAB LA RAFALE
Courrier électronique
Éditions Léo Scheer« Une lettre est un écrit par lequel on commerce avec une personne
absente. Le billet est une petite lettre qui n’est assujettie à aucune forme
particulière. La missive est une lettre qu’on envoie par un domestique ou par
un polisson. L’épître est une lettre en vers dans laquelle on a moins envie
d’écrire à quelqu’un que de faire des vers. Le poulet est un billet galant, on
le nomme encore billet doux. »
Condillac, Dictionnaire des synonymesPROLOGUE
Je ne suis pas un zinzin d’Internet, je ne suis inscrit ni à
Facebook, ni à Twitter, ni à aucun autre de ces lacis, mais depuis
que j’ai substitué un ordinateur à ma vieille Olivetti je me suis
affectionné au courrier électronique, genre littéraire nouveau qui
par sa sensibilité de sismographe s’accorde avec mon humeur
cyclothymique, ma complexion de vif-argent.
Un genre qui, me semble-t-il, exige, plus encore que l’essai ou
le roman, une parfaite maîtrise, une pleine possession de l’art
d’écrire ; qui est aux belles lettres ce que la calligraphie des moines
zen est à la peinture ; qui s’amalgame avec la vieillesse de l’artiste
mieux qu’avec ses prémices.
En épigraphe à cet ouvrage, j’ai mis une citation de Condillac,
qui fut le précepteur du duc Ferdinand de Parme, ce petit-fils de
Louis XV auquel Mme Élisabeth Badinter a récemment consacré
un bel essai. Condillac y énumère les synonymes du mot lettre :
billet, missive, épître, poulet.
C’était au dix-huitième siècle. Au vingt et unième, j’ai pris
l’initiative d’ajouter à cette liste mon émile, presque aussi charmant,
me semble-t-il, que le poulet du chef de l’école sensualiste.
En 2010, j’ai publié un premier volume de ces lettres virtuelles
que le Quai d’Orsay appelle courriel, les Anglo-Saxons e-mail et
moi émile pour des raisons d’euphonie et en affectueux hommage
à deux de mes complices, Émile Littré et Émile Cioran. Sans
9oublier, cela va de soi, l’Émile de Rousseau (qui, bien qu’ami de
Condillac, n’intitula pas son traité Poulet).
Voici aujourd’hui le deuxième tome des émiles de Gab la
Rafale (sobriquet que me donnèrent des copains de régiment et qui
m’est resté). Une sorte de roman épistolaire. Un protagoniste – celui
que les Italiens appellent le io narrante – et ses entours.
G. M.
P. S. Comme dans le premier tome, j’ai moi-même traduit mes
émiles italiens. Pour l’agrément du lecteur qui ne parle pas l’italien,
les plus longs d’entre eux sont publiés en bas de page, et leur
traduction française dans le corps du texte.Pour Christian Giudicelli, alias Eight one one, Philippe de Saint Robert,
alias le baron Octave, et René Schérer, alias le professeur Poilibus.
À la mémoire d’Anacleto Verrecchia, le plus lucide, incisif et spirituel
des disciples italiens de Schopenhauer, alias l’oncle Arthur.CHAPITRE 1
Lundi 22 février 2010.
11 h 20, à Marie-Agnès B.
Dominique s’étant absentée une vingtaine de minutes pour
acheter le journal et promener le chien, Christian s’est tiré une
balle dans le cœur. Si tu savais comme je suis malheureux, mon
cher amour, je pleure tout le temps.
Mardi 23 février 2010.
10 h 25, à Marie-Agnès B.
Je viens d’écouter ton message téléphonique et t’en remercie. Il
y avait si longtemps que je n’avais entendu ta voix si douce, si
tendre, que j’aime. Hier soir, j’étais chez moi, mais j’avais coupé le
son du téléphone.
Cambuzat appartenait à la part insouciante, heureuse, légère de
ma vie, de notre vie, celle de la vie solaire, aérienne, et voici que là
aussi la tragédie fait irruption.
11 h 18, à Jacques C.
Oui, carissimo, je connais ces deux associations. Il doit y en
avoir de semblables en Hollande et en Belgique. Au dernier chapitre
de Voici venir le Fiancé, c’est en Hollande qu’Alphonse Dulaurier
choisit de se rendre pour s’y faire administrer la piqûre libératrice.
Mercredi 24 février 2010.
12 h 20, à ***.
« La bibliothèque familiale » ! Quelle bizarre expression ! Une
bibliothèque est un trésor personnel, comme une maîtresse ; et il
existe des lieux nommés librairies où l’on peut acheter les livres.
13Si mes nièces ont besoin d’attendre que leur mère leur prête mes
livres pour les lire, j’espère qu’elles sont uniques en leur genre, car
si toutes mes lectrices étaient comme elles je finirais sous les ponts !
Voilà qui me fortifie dans la méfiance que j’éprouve à l’égard de la
famille officielle, de la famille selon l’état civil.
Jeudi 25 février 2010.
10 h 41, à Julie d’H.
Je ne boirai pas une goutte de vin jusqu’au jour de Pâques. Il y
a le carême et il y a la mort de mon maître en diététique : je me suis
promis d’appliquer strictement ses principes, d’atteindre à mon
poids idéal d’ici la fin de la sainte quarantaine. C’est ma manière
de le saluer, de lui être fidèle par-delà la mort et, au cas où il me
voit du paradis, de lui être agréable.
erLundi 1 mars 2010.
12 h 51, à Géraldine de L.
Je crains que le dîner d’État hyper-officiel et hyper-guindé de
1demain soir ne soit également hyper-ennuyeux. Je te raconterai.
J’ai dû donner à nettoyer mon smoking que je ne mets quasi jamais
et qui était fort poudreux. Tout cela me barbe et, simultanément,
me distrait de la tristesse où le suicide de mon ami Cambuzat me
plonge.
Le russe, c’est une catastrophe, j’ai l’impression d’avoir tout
oublié. J’espère que je serai assis à côté de la femme de
l’ambassadeur d’Italie, et non à côté de celle de l’ambassadeur moscovite !
Mardi 2 mars 2010.
16 h 48, à Gilda D.
Depuis l’été 2004, moi l’impatient, j’ai développé avec toi des
trésors de patience. J’ai supporté ce qu’aucun autre homme n’aurait
1. Un dîner à l’Élysée donné par M. et Mme Nicolas Sarkozy en l’honneur de
M. et Mme Dimitri Medvedeff.
14supporté : n’importe quel type doué de raison, dès ta première crise
1style « Avoriaz for ever » aurait rompu illico.
« Gabriel, santo subito ! » pour avoir si longtemps supporté une
fille aussi exaspérante, soûlante. Cela dit, si dans quelques années
tu m’annonces, triomphale : « Enfin, j’ai rencontré l’homme de
ma vie ! Lui, il sait me rendre heureuse, alors que vous ne l’avez
jamais su, vous n’êtes qu’un pauvre type, un méchant, un salaud »,
je m’inclinerai et me réjouirai de ton bonheur. Je me permets de
te rappeler que dès le début de notre liaison je t’ai dit, et redit, que
nos caractères ne s’accordaient pas, que tu avais besoin auprès de
toi d’un type solide, placide, équilibré – bref le contraire de ce que
je suis. Je n’ai rien à me reprocher. Je n’ai pas réussi à te donner le
bonheur, la sérénité, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. J’ai
échoué, n’en parlons plus.
Mercredi 3 mars 2010.
02 h 08, à Véronique B.
Temevo di annoiarmi. Fu simpatico, piuttosto divertente. Il mio
smoking, fatto fare durante il servizio militare, quarantanove anni fa,
2mi va sempre a pennello. Ero il più snello di tutti, e il più elegante !
Après le dîner de deux cents couverts j’ai fait partie des
privilégiés qui ont accompagné dans un petit salon les deux couples
3présidentiels : tisane et vodka. Il tuo Karamzin è stato coccolato,
mi sono divertito, però mi sarebbe assai piaciuto che tu fossi con me,
4bellezza mia !
1. Allusion au personnage de Delphine, que m’a inspiré Gilda, dans Voici venir
le Fiancé.
2. Je craignais de m’ennuyer. Ce fut sympathique, plutôt amusant. Mon smoking,
que j’ai fait faire durant le service militaire, il y a quarante-neuf ans, m’allait
comme un gant. J’étais le plus mince de tous, et le plus élégant !
3. Karamzin (en russe et en italien), Karamzine (en français), protagoniste de
Folies de femmes d’Erich von Stroheim.
4. Ton Karamzine a été chouchouté, je me suis amusé, mais j’ai bien regretté que
tu ne fusses pas avec moi.
15Jeudi 11 mars 2010.
18 h 02, à Franck D.
Ayant reçu ce matin l’enveloppe contenant les professions de
foi et les listes des candidats aux élections de dimanche prochain,
j’ai posé un œil attentif sur la liste qui a ta préférence. J’ai alors
constaté, non sans effroi, que tu me recommandes de voter en
faveur d’une certaine dame Muriel Salmona (n° 32 sur cette liste
menée par M. Éric Coquerel) qui se présente ainsi : « Féministe,
psychiatre, victimologue ». C’est plutôt effrayant et, je te le confesse,
me fait hésiter. Tâche de savoir si cette dame a ces mots inscrits
sur ses cartes de visite : « Féministe, psychiatre, victimologue ». Si
oui, qu’elle m’en envoie une, je la ferai encadrer.
Vendredi 12 mars 2010.
10 h 56, à René S.
Le Filioque est une invention tardive (huitième siècle, je crois)
de mauvais théologiens espagnols dont l’unique but était d’asseoir
le pouvoir temporel du pape. J’en dirai autant des absurdes dogmes
inventés par les papistes au dix-neuvième siècle : l’immaculée
conception et l’infaillibilité du pape de Rome. L’Église orthodoxe
ne fait rien d’autre que rester fidèle aux sources pures de la
Révélation, de la Tradition et, en ce qui concerne le point que tu
soulèves, au Credo établi en 325 lors du concile de Nicée. Le mystère
de la Trinité, c’est le tourbillon d’amour (très fouriériste) qui circule
entre les trois Personnes, les trois hypostases, tourbillon d’amour
qui symbolise celui qui, lorsque nous désirons une désirable jeune
personne, circule entre elle et nous ; celui qui, si les gens avaient le
courage de vivre leurs passions, la Passion avec une christique
majuscule, circulerait entre tous les êtres humains, ubi Deus, ubi
amor est. Cela dit, tu as raison, je suis un schismatique, voire un
hérésiarque, par tempérament et par philosophie ; un orthodoxe très
peu orthodoxe. Ce qui, outre ce stimulant tourbillon d’amour, me
plaît dans l’Église, c’est la chair de l’Église, la sensualité de la religion,
allumer le cierge, baiser l’icône, faire le signe de la croix, m’enivrer
16d’encens, me plonger dans les beautés du chant liturgique, voire,
en temps de carême, me prosterner, participer charnellement à
l’illusion lyrique des divins mystères. Bref, la pratique. Je ne suis
pas un théoricien, je suis un praticien. Il y a là une poésie qui est
pour moi source d’inspiration, comme elle le fut pour un Véronèse,
un Lippi, quand ils peignaient leurs jolis anges, aussi tentateurs
que de jolis diables.
17 h 35, à Jacques C.
Hergé n’a découvert le Tao que de nombreuses années après
avoir écrit et dessiné Le Secret de la Licorne, Le Trésor de Rackham
le Rouge, et les élucubrations de ses commentateurs l’auraient bien
fait rire. Cela dit, on peut toujours soutenir que, tel le bourgeois
gentilhomme de Molière faisant de la prose sans le savoir, Hergé
1était taoïste sans même connaître l’existence du Tao .
Samedi 13 mars 2010.
11 h 14, à Julie d’H.
Un des premiers principes que l’on m’a enseignés lorsque j’étais
enfant est la nécessité d’être toujours d’une extrême courtoisie
avec les subalternes (domestiques, palefreniers, vendeuses, garçons
de café, etc.).
Mercredi 17 mars 2010.
12 h 55, à Justine G.
Le printemps montre enfin le bout de son nez, le soleil, pâle
encore, est de retour, mais à ce printemps 2010, si agréable
prometil d’être, j’avoue préférer le printemps 2000, celui de tes quinze ans,
notre printemps, notre inoubliable printemps.
Je suppose que, malgré ton actuel éloignement et ton
affectation de froideur, tu auras eu une pensée pour moi lorsque tu as
1. Et ma foi, pourquoi pas ? J’ai bien montré dans La Diététique que j’étais
byronien dès l’âge de onze ans, soit quatre ans avant d’avoir lu Byron.
17appris la mort de Christian Cambuzat. Oh ! une pensée certes
fugitive, je n’en espère pas plus de toi, mais néanmoins une petite
pensée…
Lundi 22 mars 2010.
20 h 22, à Céline O.
J’ai achevé de dactylographier le carnet 105, qui va jusqu’au
6 août 2000, et, à mon retour de Saint-Pétersbourg, je poursuivrai
ce travail. Tout ce que j’ai tapé jusqu’à présent (c’est-à-dire du
er1 janvier 1989 au 6 août 2000) se trouve sur le plus petit de mes
ordinateurs, le Sony, et aussi sur une clef USB argentée au dos de
laquelle est écrit « Verbatim ». L’ordinateur et la clef s’ouvrent avec
le même mot de passe (que tu connais). Le gros des carnets inédits
est dans le coffre à la banque, mais, si je n’ai pas le temps de les y
mettre avant mon départ, le 106 et les petits carnets de voyage sont
chez moi, ainsi que certains carnets déjà dactylographiés. Je t’écris
1tout cela per scaramanzia , pour m’envoler l’esprit tranquille, tu
me connais.
Mardi 23 mars 2010.
09 h 48, à Yun Sun L.
Le 3 avril, c’est la nuit de Pâques. Ce soir-là, je serai à l’église,
pas au théâtre. C’est curieux d’avoir choisi cette date, car outre
les gens qui seront à l’église en ce moment culminant de l’année
liturgique, il y a tous ceux qui vont profiter du long week-end pour
fuir Paris.
14 h 01, à Frank L.
Marie-Agnès a disparu comme dans une trappe. Je vieillis. Ah,
mon cher, tout n’est pas rose.
1. Pour conjurer le mauvais sort.
18Du même auteur, suite
Essais
LE DÉFI, La Table Ronde et La Petite Vermillon
LES MOINS DE SEIZE ANS, Léo Scheer
1LES PASSIONS SCHISMATIQUES, Léo Scheer
LA DIÉTÉTIQUE DE LORD BYRON, La Table Ronde et Folio
LE SABRE DE DIDI (édition revue et augmentée de LA CARACOLE),
La Table Ronde
LE TAUREAU DE PHALARIS, La Table Ronde et La Petite Vermillon
MAÎTRES ET COMPLICES, Lattès et La Petite Vermillon
LE DÎNER DES MOUSQUETAIRES, La Table Ronde
DE LA RUPTURE, Payot et Rivages poche
C’EST LA GLOIRE, PIERRE-FRANÇOIS !, La Table Ronde
YOGOURT ET YOGA, La Table Ronde
VOUS AVEZ DIT MÉTÈQUE ?, La Table Ronde
LA SÉQUENCE DE L’ÉNERGUMÈNE, Léo Scheer
SÉRAPHIN, C’EST LA FIN !, La Table Ronde
Journaux intimes
CETTE CAMISOLE DE FLAMMES (1953-1962), La Table Ronde et Folio
L’ARCHANGE AUX PIEDS FOURCHUS (1963-1964), La Table Ronde
1. En 2005, Les Moins de seize ans et Les Passions schismatiques ont été réunis en
un seul volume, augmenté d’une préface inédite.VÉNUS ET JUNON (1965-1969), La Table Ronde
ÉLIE ET PHAÉTON (1970-1973), La Table Ronde
LA PASSION FRANCESCA (1974-1976), Gallimard
UN GALOP D’ENFER (1977-1978), La Table Ronde
LES SOLEILS RÉVOLUS (1979-1982), Gallimard
MES AMOURS DÉCOMPOSÉS (1983-1984), Gallimard et Folio
CALAMITY GAB (janvier 1985-avril 1986), Gallimard
LA PRUNELLE DE MES YEUX (mai 1986-décembre 1987), Gallimard
et Folio
LES DEMOISELLES DU TARANNE (1988), Gallimard
CARNETS NOIRS 2007-2008, Léo Scheer
Courrier électronique
LES ÉMILES DE GAB LA RAFALE, Léo Scheer

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Propofol

de editions-leo-scheer

Place Colette

de editions-leo-scheer

Fors intérieurs

de editions-leo-scheer

suivant