Lettre du 20 septembre 1675 (Sévigné)

De
Publié par

Marie de Rabutin-Chantal, marquise de SévignéLettres de Madame de Sévigné,de sa famille et de ses amisHachette, 1862 (pp. 137-142).447. —— DE MADAME DE SÉVIGNÉÀ MADAME DE GRIGNAN.eÀ Nantes, vendredi 20 septembre.J’ai justement reçu ici, ma très-chère, la lettre où vous me croyez une vagabonde sur le bord de l’Océan : peut-on rien voir de plusjuste que vos supputations ? Je vous ai écrit sur la route, et même du bateau, autant que je l’ai pu. J’arrivai ici à neuf heures du soir,[1]au pied de ce 1675grand château que vous connoissez, au même endroit par où se sauva notre cardinal . On entendit une petitebarque ; on demande : « Qui va là ? » J’avois ma réponse toute prête, et en même temps je vois sortir par la petite porte M. deLavardin avec cinq ou six flambeaux de poing devant lui, accompagné de plusieurs nobles, qui vient me donner la main, et me reçoitparfaitement bien. Je suis assurée que du milieu de la rivière cette scène étoit admirable ; elle donna une grande idée de moi à mesbateliers. Je soupai fort bien ; je n’avois ni dormi, ni mangé de vingt-quatre heures. J’allai coucher chez M. d’Harouys. Ce ne sont quefestins au château et ici. M. de Lavardin ne me quitte point : il est ravi de causer avec moi. Il m’a conté en détail toute l’histoire decette province, et les conduites différentes de ceux qui ont le commandement : c’est une chose extraordinaire, et qui m’a fort amusée.En récompense, je lui ai donné du nôtre, et cet échange a fait de grandes ...
Publié le : mercredi 18 mai 2011
Lecture(s) : 69
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné Lettres de Madame de Sévigné, de sa famille et de ses amis Hachette, 1862(pp. 137-142).
447. —— DE MADAME DE SÉVIGNÉ À MADAME DE GRIGNAN.
e À Nantes, vendredi 20septembre.
J’ai justement reçu ici, ma très-chère, la lettre où vous me croyez une vagabonde sur le bord de l’Océan : peut-on rien voir de plus juste que vos supputations ? Je vous ai écrit sur la route, et même du bateau, autant que je l’ai pu. J’arrivai ici à neuf heures du soir, [1] au pied de ce1675. On entendit une petitegrand château que vous connoissez, au même endroit par où se sauva notre cardinal barque ; on demande : « Qui va là ? » J’avois ma réponse toute prête, et en même temps je vois sortir par la petite porte M. de Lavardin avec cinq ou six flambeaux de poing devant lui, accompagné de plusieurs nobles, qui vient me donner la main, et me reçoit parfaitement bien. Je suis assurée que du milieu de la rivière cette scène étoit admirable ; elle donna une grande idée de moi à mes bateliers. Je soupai fort bien ; je n’avois ni dormi, ni mangé de vingt-quatre heures. J’allai coucher chez M. d’Harouys. Ce ne sont que festins au château et ici. M. de Lavardin ne me quitte point : il est ravi de causer avec moi. Il m’a conté en détail toute l’histoire de cette province, et les conduites différentes de ceux qui ont le commandement : c’est une chose extraordinaire, et qui m’a fort amusée. En récompense, je lui ai donné du nôtre, et cet échange a fait de grandes conversations. Il a, en vérité, de très-bonnes et grandes qualités : il a une hauteur et une audace qui jusqu’ici lui ont fort bien réussi ; et puis tout d’un coup une douceur et un respect pour le [2] gouverneur qui le rehaussent encore. Il a mismonseigneurà MM. de la Feuillade et Duras, et par familiarité il a mismon très-honoré seigneur: voilà une légère consolation ; c’est pour vous dire qu’il en faut passer par là, ou ne point écrire.
[3] J’ai vu nos filles de Sainte-Marie, qui vous adorent encore et se souviennent de toutes les paroles que vous1675prononçâtes chez [4] elles. Nous allons à la Silleraye: M. de Lavardin m’y vient conduire ; et de là aux Rochers, où je serai mardi. Hélas ! ma fille, quelle misère ! pouvez-vous souffrir mes lettres présentement ? Je remercie M. de Grignan de les regretter. L’abbé se porte très-bien, et moi encore au delà, s’il se peut. M. de Guitaut m’a mandé l’heureuse couche de sa femme : j’y pensois, et j’en étois en peine ; il me donne beaucoup de soupçon de vous : je n’ose appuyer ma pensée sur cette sorte de malheur, je le mets au delà de tous, et j’en suis [5] [6] très-affligée .M. de Coulanges me mande qu’enfin la pauvre Sanzei a pris le deuil : la Mousse étoit avec elle à Autry, et s’y en retourne encore ; elle en a plus de besoin que jamais.
[7] Je suis toujours en peine de mon fils : il me semble que M. de Luxembourg a bien envie de perdresa petite bataille : c’est une [8] cruelle chose que ce métier-là. Je me réjouis, ma fille, que vous ayez Monsieur l’Archevêque; je vois d’ici toutes vos conférences ; je vois tout ce que l’on y propose et ce qu’on y résout. Je ne vous conseille pas d’entreprendre de m’ôter la sensibilité que j’ai pour tous vos intérêts : c’est me conseiller de mourir, en paroles couvertes ; car tant que je serai en ce monde, j’en serai plus touchée et plus occupée que de tout ce qui peut jamais m’arriver. Comptez là-dessus, et plaignez-moi de vous être aussi inutile que je le suis ; car enfin que1675peut-on faire pour vous ? Saluez très-respectueusement Monsieur l’Archevêque pour moi ; je lui souhaite une bonne santé, pour le bonheur de sa famille et de ses amis. M. d’Harouys vous fait un million de compliments.
[9] Nous lisons ici les gazettes ; j’avois trouvé fort plaisant l’endroit que vous y avez remarqué. M. de Mont-Gaillardfut tué, il y a cinq ou [10] six jours, par un frère de Tonquedec: ils étoient mal ensemble. Mont-Gaillard se jeta sur lui comme un furieux, et lui donna des coups de cette canne dont il s’étoit déjà si bien servi avec son lieutenant. Pont-Gand tire son épée, et lui en donne au travers du [11] corps, et le jette mort : cette scène s’est passée en basse Bretagne, où est M. de Chaulnes. Vous serez bien instruite des nouvelles de Bretagne : ma pauvre enfant, vous me faites pitié de lire mes lettres, et je me fais pitié aussi de vous écrire de si grandes misères.
J’étois en peine ce matin de mon fils ; mais j’ai vu dans toutes les nouvelles que M. de Luxembourg prend le chemin de garder la [12] Flandre .Vous aurez trouvé la capitulation de Trèves bien infâme : le maréchal est bien heureux de n’avoir été que lié et donné [13] prisonnier aux ennemis. Cette armée des confédérés va joindre les Impériaux ; mais nous sommes assurés que Monsieur le 1675Prince ne se battra que quand il voudra : voilà l’avantage des bons joueurs d’échecs.
M. de Coulanges s’en va à Lyon : il me mande qu’il a laissé votre portrait en gage, faute d’argent, à un de ses marchands. Le joli portrait ! j’aime fort la bonne peinture, mais je vous avoue que votre ressemblance ne nuit pas à me le faire aimer.
Vous avez raison d’approuver le bruit qui court que je vais en Provence : en bonne justice, ne devroit-on pas suivre les sentiments de son cœur, quand ils sont aussi vifs et aussi justes que les miens ? Ah ! quelle folie et en disant cela, me voici à Nantes. Je vous plaindrai quand vous serez au bout de vos cinq mois du séjour de Grignan.Aix et Lambesc me plaisent moins que la liberté de ce [14] château. Vous avez fait toutes vos visites, vous voilà bien. Je n’ai point écrit à cette princessesur la mort de son fils : que fait-on à [15] ces malheurs-là ? Et Vardes, et mon ami Corbinelli, que sont-ils devenus ? Le fils de Félixest évêque d’Apt ou de Gap.
[16] Songez, ma fille, que je reçois vos lettres le neuvième1675jour ; je vous dis cela,fuor di proposito, pour vous ôter l’idée que je suis aux antipodes. La pauvre Vaubrun est toujours dans l’abîme de la douleur : je suis bien de votre sentiment, il y a de certaines douleurs [17] dont on ne doit point se consoler, ni revoir le monde: il faut tirer les verrous sur soi, comme disoit notre bon cardinal. Le petit [18] [19] cardinal abien son oncle dans le cœur. Je me suis fort moquée du service de Notre-Dameaprès celui de Saint-Denis. Vous [20] pouvez resserrer vos mouchoirs, je ne vous ferai plus pleurer. Je reviens encore sur l’âme de Cavoie: la mienne n’en étoit pas contente à Paris ; il étoit à la cour, et se portoit bien : nous dira-t-il qu’il craignoit de pleurer ? Le pauvre petit ! voilà un grand malheur. [21] Je voudrois que vous eussiez vu Barillon et le bonhomme Boucherat.
Adieu, ma très-chère, je vous embrasse tendrement : ne le croyez-vous pas, et ne voyez-vous point combien je vous aime ?
er 1. ↑LETTRE 447. — Le cardinal de Retz. Voyez la note 1 de la lettre du 1octobre 1654, tome I, p. 387. 2. ↑Voyez les lettres des 31 juillet et 19 août précédents, et la note 9 de cette dernière lettre. 3. ↑Leur maison était près du cours Saint-Pierre à Nantes. Voyez laNotice, p. 89 et 90. 4. ↑Terre qui appartenoit à M. d’Harouys, et qui appartient aujourd’hui à M. de Bec-de-Lièvre. (Notes de Perrin et de 1818.) Voyez la lettre du 24 septembre suivant, p. 145, note 1. 5. ↑« Sur cette sorte de malheur, dont je serois très-affligée, s’il étoit certain. » (Édition de1754.) 6. ↑Il a déjà été dit que cette terre était dans les environs de Gien. Le comte de Sanzei la tenait de sa mère, Suzanne de Chenu. Voyez plus haut, p. 101, note 13. 7. ↑Dans l’édition de 1754 : « de risquer. » 8. ↑L’archevêque d’Arles. 9. ↑Voyez plus haut, p. 27, note 48. 10. ↑Silvestre de Quengo, baron du Pont-Gand, frère puîné de René de Quengo, comte de Tonquedec. 11. ↑« En basse Bretagne, dans une petite ville où est M. de Chaulnes. » (Édition de1754.) 12. ↑LaGazettedu 21 septembre annonce que depuis quelque temps le duc de Luxembourg suit constamment de près le prince d’Orange et le duc de Villa-Hermosa. 13. ↑Le maréchal de Créquy, après avoir défendu Trèves pendant un mois.avec toute la valeur possible, fut ftit prisonnier de guerre par la trahison d’un capitaine de cavalerie, nommé Boisjourdan, qui souleva contre M. de Créquy toute la garnison, et sortit de la place pour aller dresser avec les assiégeants les articles de la capitulation, à l’insu du maréchal. Boisjourdan, voulant se sauver dans le pays ennemi, fut arrêté,’et eut la tête tranchée à Metz (le 2 octobre 1675, après avoir fait amende honorable à la tête des troupes, la torche au poing et la corde au cou). (Note de Perrin, 1754.) — On peut voir dans laGazette21 du septembre, p. 689, les conditions de cette honteuse capitulation. 14. ↑Mme de Sévigné parle probablement d’Anne d’Ornano, femme du comte d’Harcourt, de la maison de Lorraine, mère du prince d’Harcourt et tante du comte de Grignan ; son second fils César, comte de Montlaur, avait été tué le 27 juillet précédent. 15. ↑ Henri Félixde Tassy, fils de Charles-François Félix, premier chirurgien du Roi, était trésorier de la Sainte-Chapelle de Vincennes. Il n’eut ni l’un ni l’autre de ces évêchés, mais bien celui de Digne, vacant par la nomination de Jean de Vintimille au siège de Toulon, en septembre 1675. Il fut sacré évêque de Digne le 6 décembre 1676, et passa l’année suivante à l’évêché de Chalon-sur-Saône. 16. ↑Hors de propos. 17. ↑Dans l’édition de 1754 : « Et qui empêchent de revoir le monde. » 18. ↑Le cardinal de Bouillon. 19. ↑LaGazette, dans la relation, déjà mentionnée, de la cérémonie de Notre-Dame, dit en terminant la description de l’appareil funèbre que « les chosesavoientété ainsi disposées par les soins d’un bel esprit de la compagnie des jésuites, » et qu’on en peut « voir tout le détail dans l’imprimé qu’il en a donné au public. » — Ce bel esprit est le P. Ménestrier. Son écrit, publié en 1675, est intitulé :Les vertus chrétiennes et les vertus militaires en deuil. Dessein de l’appareil funèbre dressé par ordre du Roi dans l’église de Notre-Dame de Paris, le 9° septembre 1675, pour la cérémonie des obsèques de très-haut et très puissant prince Monseigneur Henry de la Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, in-4°, de 28 pages. 20. ↑Voyez la lettre du 3o août précédent, p. 107 21. ↑L’édition de 1754 donne seule ce morceau, depuis : « Je reviens encore, etc. » La phrase qui le précède et celle qui termine la lettre ne sont que dans l’édition de 1734.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.