Mes pères

De
Publié par

Tu aurais dû être un grand homme. Quelqu'un qui aurait laissé une empreinte indélébile, inattaquable. Un justicier. Un sauveur de l'humanité, un défenseur des opprimés. Pourtant, aujourd'hui, quand je te regarde et t'écoute, je ne vois qu'un petit vieux paranoïaque, rempli d'aigreur et de folies. Tu me donnes envie de pleurer, tant tu me fais pitié. Je te vois t'agiter, éructer. Tu ne te rends pas compte que les autres se moquent de toi. Pourquoi ce gâchis? Où ta volonté, ta fierté t'ont-elles conduit? "Mes pères" est une lettre d'amour et de révolte d'une fille à son père, écrite suite à un événement qui va permettre de repenser les liens qui les maintiennent malgré tout unis.
Publié le : jeudi 2 janvier 2014
Lecture(s) : 20
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342017854
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342017854
Nombre de pages : 60
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Je ne suis pas un modèle, 2010 Trois blessures ordinaires, Société des Écrivains, 2012
Brigitte Géromin
MES PÈRES
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0119209.000.R.P.2013.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2013
Aux hommes passés, présents et à venir, À tous mes pères.
MES PÈRES
Tu aurais dû être un grand homme. Quelquun qui aurait laissé une empreinte indélébile, inattaquable. Un justicier. Un sauveur de lhumanité, un défenseur des opprimés. Pourtant, aujourdhui, quand je te regarde et técoute, je ne vois quun petit vieux paranoïaque, rempli daigreur et de folies. Tu me donnes envie de pleurer, tant tu me fais pitié. Je te vois tagiter, éructer. Tu ne te rends pas compte que les autres se moquent de toi. Pourquoi ce gâchis ? Où ta volonté, ta fierté tont-elles con-duit ? Je te revois jeune homme rêvant dune autre terre, dune autre vie. Je sais que tu voulais venger ton enfance pauvre, où la misère côtoyait la non-reconnaissance. Tu voulais exister, tu voulais leur montrer qui tu étais. Tu y étais presque parvenu, mais tu as oublié les tiens sur le chemin. Je naime pas tattaquer car tu as de la valeur à mes yeux. Mon cur a battu pour toi quand jétais une petite fille ; et jespérais quun jour, tu tabandonnerais. Mais je crois que le petit grain qui logeait dans ton cerveau a explosé et sest emparé de ton être. Jai bien peur que tu ne reviennes pas de ce voyage qui tentraîne dans un monde monstrueux.
7
MES PÈRES 
Ta terre natale ta meurtri. Tu souhaitais quelle toffre le pain et le vin quotidiens, un travail, une belle femme, une hono-rabilité. Au lieu de cela, elle ta éjecté sans ménagement avec ton orgueil intact et quelques vêtements sur la peau. Un sans-papier. Dans les années 1947, il en existait un grand nombre. Tu nétais pas le seul à emprunter les sentiers dangereux des Alpes. Mais, toi, tu avais la rage ; cette rage qui te rendait surpuissant. Malgré ta petite taille, je tai toujours trouvé très solide, très fort, très rassurant. Je crois même que je devais en être fière. Enfant, cependant, ta mère te harcelait, tenjoignant à être un mâle, exigeant que tu ressembles davantage à tes frères, fumant et buvant, alors que tu préférais la sobriété, lélégance, le pa-raître.  Sois un homme, mon fils, disait ta génitrice. Peut-être cela ta-t-il blessé ? Tu as conservé ce désir dêtre présentable à tout moment, de ne jamais être pris en défaut. Les apparences sont intégrées à ta façon de vivre. Lorsque tu traver-sais les champs pour rejoindre une conquête au bal du village, tu courais nu-pieds, ton peigne toujours dans la poche arrière de ton pantalon, et tenais tes chaussures bien cirées à la main, afin de te déifier devant ta promise dun soir.
8
MES PÈRES 
Tu me parles de ta jeunesse, de ta guerre, avec et contre les Allemands. Tout ce que tu me dis a toujours été confus pour moi. Tu texprimes de plus en plus mal en français. Tu dis que parfois ce que tu écris ne correspond pas à ce que tu penses. Cest dur pour toi. Mais pourquoi nas-tu pas su saisir les mains quon te tendait. Tu diminues sans ten apercevoir. À lhôpital où tu as passé quelques jours après ton petit AVC, tu semblais presque joyeux dans ton pyjama tout neuf. Jobservais ce vête-ment mal boutonné et je ne voyais pas le père que je connaissais. Cette négligence ne te ressemblait pas. Tu mas dit que tu avais perdu tous les boutons de ton autre veste. Je vou-lais taider davantage. Je ne savais pas ce que tu attendais de moi. Peut-être une oreille attentive.
9
MES PÈRES 
Jai rangé toutes les lettres reçues depuis mes jeunes années. Jen possède énormément. Jai pratiquement tout gardé. Aucune dentre elles némane de toi. Je ne conserverai rien, sinon des photos. Lune delles est très parlante. Jai découpé, il y a bien longtemps, la partie où tu te tenais. Je ne me souviens plus quand ni pourquoi. Je suis près de ma mère et toi, tu as disparu du cliché. Jai cinq ans et maman a passé son bras derrière mon épaule. Je ne regarde même pas lobjectif, seulement mes pieds. Je nai jamais retrouvé le morceau manquant. Peut-être lai-je jeté un jour de désespoir. Cest étonnant de voir combien je suis calme avec toi depuis que tu taffaiblis. Je nai plus peur de tes mots. Tu es devenu mon père malgré toi, par nécessité probablement.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Mon frère

de grrr-art-editions

Anges d'Apocalypse

de rebelle-editions

suivant