Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 9,50 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Regard à l'ouest

de Mon-Petit-Editeur

Le Trouble-vie

de Mon-Petit-Editeur

suivant
Manuel Martinez
MES SUPER CHEIKS
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0117712.000.R.P.2012.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2012
À tous ces hommes qui ont jalonné ma vie, qui mont apporté tant de moments forts et de fous rires. À mes enfants que je retrouverai un jour.
Nota: toutes les anecdotes rapportées dans ce recueil sont garanties authentiques, à vie. Désolé mais je nai aucune imagi-nation.
 Cherta est un charmant petit village espagnol situé en amont du delta de lEbre, dans la province de Tarragone. Après la terrible guerre civile, les habitants ont retrouvé une vie quasi normale, rythmée par les saisons, par les travaux de la terre. Ici la « richesse » vient du fleuve qui permet lirrigation des orangeraies et des potagers dans la plaine et du climat rela-tivement clément pour permettre la culture de lolivier dans les collines avoisinantes.À Cherta on ne connaît pas la famine comme dans certaines provinces du sud de lEspagne. Ce nest pas lopulence mais on se contente de peu. Ses habitants, les chertolins, vivent en autarcie. On y parle le catalan, bien que la langue officielle, imposée par Franco, soit le castillan. Dailleurs à lécole le catalan y est strictement interdit.Ici tout le monde connaît tout le monde et il règne une ambiance bon en-fant : en deux mots il y fait bon vivre. Notre maison est située calle Francisco Franco, lieu de passage in-contournable pour entrer ou sortir du village, une position stratégique en somme.
9