Une année à Blanc-Sablon

De
Publié par

Au fil des pages, je me suis laissé bercer par un arc-en-ciel d'émotions: j'ai ri en lisant l'histoire des spaghettis aux pétoncles, celle des poubelles, celles où il a eu l'air le plus fou; j'ai souri quand il m'a présenté Pierrot et ses deux soleils ainsi que Marc-Antoine, le fou du village. J'ai admiré Beth, Kim et Katrina; j'ai eu le coeur déchiré quand il m'a raconté pour Marie-Ève. J'ai aussi été apaisée par le silence de sa toundra. À travers ses descriptions, j'ai vraiment, mais vraiment trouvé vivants et magnifiquement beaux les couchers de soleil de Blanc-Sablon. J'ai réfléchi avec lui sur la situation des habitants de la Basse-Côte-Nord, l'environnement et l'avenir des jeunes; bref, j'ai eu l'impression de vivre des épisodes de son année passée là-bas, celle d'un prof allumé et intéressé à faire une différence dans la vie des gens qu'il côtoie. (Suzanne Beauregard)
Publié le : jeudi 24 septembre 2015
Lecture(s) : 11
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342042382
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342042382
Nombre de pages : 356
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Stéfan Marchand UNE ANNÉE À BLANC-SABLON Le journal d’un enseignant venu enseigner au bout du monde Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0120502.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2015
À Mahicane et Rose, mes figues adorées.
Remerciements J’ai eu la chance, tout au long de cette belle aventure qu’est la rédaction d’un livre qui n’en est pas un, de compter sur l’aide de plusieurs personnes. Elles ont accepté de lire et de critiquer mes textes. Elles m’ont dit que j’étais fou d’écrire. Elles m’ont encouragé à poursuivre. Elles m’ont dit que j’écrivais comme un mal de ventre. Elles m’ont dit qu’elles aimaient mes écrits. Je les en remercie beaucoup. Elles sont, dans un désordre total :
Marie-Claude L’Heureux, dite « lamauve » Christine Fort, dite « déesse » Étienne St-André, dit « big » Nicolas Labranche, dit « Pompon » Manon Ferland, dite « Mohi » Madeleine Mongeau, dite « Mag » Réginald Marchand, dit « Wedge » Marika Débelic, dite « Maroushka » Catherine Allard, dite « Touca » Huguette Marchand, dite « matante Huguette » Valérie Duhaime, dite « Val the Val » Mario Mercier, dit « la lune » Marie-José Denis, dite « Marijo » Suzanne Beauregard, dite « Suessapeualé » Jean-Frédéric Lévesque, dit « Fred » Fannie Dubeau, dite « Fannie » Nathalie Mongeon, dite « Nat mon homme » Jacques Bernard, dit « mécène » Marie-Christine Bolduc, dite « réviseure linguistique »
7
UNE ANNÉE À BLANC-SABLON
Je me dois également de remercier les villageois de Blanc-Sablon pour leur accueil. Ce sont des gens chaleureux, simples et riches d’un milieu de vie où l’entraide est une valeur importante. Puissiez-vous préserver ce milieu de vie pour toujours. Mille mercis à mes élèves qui m’ont permis de vivre une magnifique expérience professionnelle. Ils sont très attachants. N’oubliez jamais vos racines du Nord. Blanc-Sablon fut votre berceau, il est votre village et j’espère qu’il sera également votre avenir. Merciguys!
8
Préface
Si je faisais dans le simple, je vous dirais de tout simplement vous laisser transporter dans son monde de toundra, de glace et desplusssesplusssesplussses magnifiques couchers de soleil, ceux de Lourdes-de-Blanc-Sablon. Laissez-le vous faire découvrir son monde à lui, sa réalité à travers son regard parfoisjussse, souvent perçant mais toujours respectueux. Stéfan, selon certains, c’est un Cro-Magnon. Selon d’autres, c’est aussi un maudit bon gars. Selon moi, c’est un grand sensible (chut ! faut pas le lui dire !) qui, à travers son écriture, nous fait vivre toute une gamme d’émotions. Stéf c’est aussi un trippeux de plein air d’où sa sensibilité accrue pour l’environnement et son admiration sans bornes pour la toundra et les grands espaces. C’est aussi un amoureux de la race canine. D’ailleurs son fidèle compagnon Bakus est un personnage central de son récit. Je suis certaine qu’il en aurait des vertes et des pas mûres à nous raconter ce Bakus ; malheureusement je ne parle pas encore canin pour vous traduire. D’après ses anciennes élèves, Stéfan estcool, strict, exigeant mais juste et intègre (j’sais pas pour vous, mais moi c’est ce genre de profs dont je me souviens et qui m’ont positivement influencée). J’ajouterais fin observateur, spontané, passionné par l’enseignement, les «kids», les chiens, les sports, le plein air, le vin, l’Histoire, les livres, la toundra, la bière, le porto et le chocolat noir. Oups ! J’oubliais, il a une conscience sociale marquée et rêve de changer le monde ! Je le soupçonne d’idéalisme non avoué ! L’auteur de ce livre est donc un anticonformiste portant des shorts (même à – 10 °C) et un t-shirt comme habit de travail. Il néglige ainsi son apparence physique au point de provoquer les
9
UNE ANNÉE À BLANC-SABLON
réactions des puritains et des constipés (ça le fait sourire au fond de lui). Il a pourtant une profondeur d’âme et une sensibilité bien réelles. Son livre lui ressemble beaucoup. De prime abord c’est léger, rigolo, il nous fait rire avec ses néologismes dont il a les droits d’auteur (jussse, gastroser, plager, plusssey tient à ses droits, donc pas, etc. – et il touche !). Mais attention ! C’est pour mieux vous faire réfléchir car subtilement, adroitement, il vous amène à réévaluer votre monde, notre société à travers ses yeux… leratoureux, levlimeux, il réussit trop bien son tour de force ! Au fil des pages, je me suis laissé bercer par un arc-en-ciel d’émotions : j’ai ri en lisant l’histoire des spaghettis aux pétoncles, celle des poubelles, celles où il a eu l’air le plus fou ; j’ai souri quand il m’a présenté Pierrot et ses deux soleils ainsi que Marc-Antoine, le fou du village. J’ai admiré Beth, Kim et Katrina ; j’ai eu le cœur déchiré quand il m’a raconté pour Marie-Ève. J’ai aussi été apaisée par le silence de sa toundra. À travers ses descriptions, j’ai vraiment mais vraiment trouvé vivants et magnifiquement beaux les couchers de soleil de Blanc-Sablon. J’ai réfléchi avec lui sur la situation des habitants de la Basse-Côte-Nord, l’environnement et l’avenir des jeunes ; bref, j’ai eu l’impression de vivre des épisodes de son année passée là-bas, celle d’un prof allumé et intéressé à faire une différence dans la vie des gens qu’il côtoie. Assez, bon c’est assez !!! Bonne lecture, je vous jure que vous ne serez pas déçus. EMBARQUEZ et ATTACHEZ votre tuque, ça commence ! Bienvenue dans son monde. LAISSEZ vous porter par votre imagination au gré des mots de ce raconteur-né. L’histoire débute à Blanc-Sablon, le 11 septembre 2005… Suzanne Beauregard, février 2007
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant