De ce charley et ses drôles de gammes

De
Publié par

Carnet de correspondance Du beau jardin discret d’une base aérienne, Pontault-Combault, le 27 février 2012 – 20h02 gmt Maître du contraire et de sa réciproque, Vous servir est la tâche la plus noble qu’il m’eût été donné de salir.

Publié le : mercredi 13 novembre 2013
Lecture(s) : 36
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
Cette publication est accessible gratuitement
Carnet de correspondance
Du beau jardin discret d’une base aérienne, PontaultCombault, le 27 février 2012 – 20h02 gmt
Maître du contraire et de sa réciproque,
Vous servir est la tâche la plus noble qu’il m’eût été donné de salir. Et si je pouvais deviner ces désirs sous vos odeurs en débardeurs, je m’attacherai à ce labeur avec bien plus d’ardeur. Lorsque je pénètre dans votre salon ottoman en posant quelques petits pas chantés sur le pont de votre parquet flottant, mes yeux se figent systématiquement devant votre visage qui tente de se recomposer vainement. Votre lutte pour fuir cevisage fantôme m’apparaît soudainement souveraine. Comme à l’habitude, vos cobras vont et viennent pendant que vous brossez du velours en concassant du calembour. Pour me signifier une quelconque humeur cachée sous la cuirasse de votre cape. Votre corps criblé de fêtes n’en est pas moins mélancolique lorsqu’il se pose derrière ses fûts de batterie. Et dans votre silo stylé, vos solos telluriques finissent de me donner ce ton martial lorsque vous me jouez vos ordres de mission. Vous frappez les peaux de l’esprit et il y a comme un triste air de samba dans votre rire aphone. Je vous le dis Maître.
Votre avocat est le diable et il vous conseille de ne plus entrer en contact avec votre mère. Les roadies de Metallica qui la tiennent en joue sur l’île de Java pourraient s’imaginer certaines choses et bavarder. La passion d’une matrice sans gêne ne mène qu’à la folie ou pas du tout. Il y va de ce peu d’équilibre instable qui titube encore dans votre mémoire balafrée. Il y aurait bien une solution dans celle de l’envoyer définitivement sur orbite avec le Patriarche de toutes les Russies. Comme elle l’exige. Mais nous ne saurions séparer le fils du pisquilarecalcifié.Dautantplusquelleasutalentueusementvousinitier à l’élevage sanglant du beauceron et à la rancune gratuite. Elle dispose encore de certaines oreilles du Conseil Crémeux qui vous
resteront favorables tant qu’elle continuera à hurler comme une tenancière qui se ferait recenser.
Votre rachat de l’enseigneLes PompesAfriquea été une excellente initiative qui vous a valu de vives ovations sur les champs de courses de Haute Volta. Du palais, certains généraux cérébraux vous ont écrit. J’en suis personnellement ravi. Grâce à votre canevas sournois, j’ai pu broder des liasses blanchies sous un tapis tissé de diplomatie genevoise. Nos défilés ne font que se poursuivre dans les salons cirés de toutes les chancelleries et c’est pour cela que notre avenir sera toujours comblé par leurs présents. Je vous confirme qu’à notre dernier banquet de Miami, l’ours du Siam était trop cuit. A ce sujet, je devais vous faire parvenir le nom du suspect dès que ce dernier eût désigné un coupable. Mais votre cuisinier liégeois s’est automutilé avec son économe syndiqué en criant à l’outrage.
Comme en témoigne un article paru dans la presse reptilienne, l’inauguration de votre ''Maison des Arts Perdus'' au milieu de nulle part a vu resurgir ses cadavres talentueux. J’espère qu’ils sauront nous dépeindre les vertiges de la mort à l’occasion de leurs confessions publiques.
Votre vandale du mal
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.