La lionne, la perruche et les petits oiseaux

De
Publié par

Fable à clés...
Humble imitateur de son grand ancêtre, John La Fountain Jr se moque gentiment des étranges animaux qui nous gouvernent...
Publié le : vendredi 28 février 2014
Lecture(s) : 349
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins
LA LIONNE, LA PERRUCHE ET LES PETITS OISEAUX
Pour propager du genre la vilaine théorie Folle qui voudrait imposer une idéologie Où ni mâle ni femelle personne ne serait, Mais entre trans, bi et homo oscillerait, La perruche berbérique dans les écoles allait D'un clown de la clique hébétée accompagnée. Vicieuse propagande, toujours elle saluait Pour les esprits des petits oiseaux mieux embrouiller. Le petit garçon se devait d'être petite fille ; Ne pouvait plus jouer à la guerre ou aux quilles, Mais préférer laver bébé, bercer poupée, Et voiture, pistolet, arc et flèches oublier. Les oiselles étaient poussées à se viriliser Et de la jolie vie de Tom Boy s'inspirer. Tout cela, bien sûr, au nom d'Egalité, Féminisme, Socialisme et Solidarité. La perruche brune à la télé se répandait, Le « Baiser de la Lune » largement vantait, « Tous à poil, Porcelet aussi » recommandait, Admirait la jolie jupe que portait papa, Et jouissait que Toto en ait deux de papas.
Tous les moutons tondus ne réagissant pas, Elle faisait progresser la folie à grands pas, Provoquant chez les petits oiseaux gros dégâts. A cet âge tendre où la tête n'est pas de bois. Seul dans son coin, un marcassin des Ardennes Criait au scandale mais en était pour sa peine Jusqu'à ce que la terrible lionne Farida Véhémente et tempétueuse sur scène monta. « Pas question, cria-t-elle de laisser c'te saleté Pourrir la cervelle d'nos p'tits zozios hébétés ! Fermement, défendons tous nos progénitures, Parents, épargnons-leur toute cette pourriture ! » Une journée sans école elle organisa, Cathos tradis, curés, imams, elle rencontra. Une sainte alliance grâce à elle se forma Et le pouvoir fourbe et corrompu en trembla. Le roi Porcelet se retrouva obligé De son absence de conviction démontrer. On vit la perruche en bloc la réalité renier. La théorie du genre jamais n'avait existé, Dans les écoles aux oiseaux n'était pas enseignée. Le Sinistre jura ne pas avoir vu la lune, Que les tordus hébétés comptaient pour des prunes. Il suffisait que la lionne crocs et griffes ait montré Et longs et puissants rugissements ait poussé Pour que tous le bestiaire gouvernemental Cochon, hyène, perruche, chienne et chacal, Recule, nie, mente et la coulpe se batte Et file se cacher la queue entre les pattes...
Si vous vous montrez polis et obéissants, On vous battra, écrasera et volera. Mais si vous êtes sauvages, violents et méchants, Le pouvoir s'excusera et reculera Pour un temps seulement. Pourquoi donc se presser Quand pour faire le mal on a l'éternité ?
(John von La Fountain Jr)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.