Les plus belles légendes de la mythologie racontées par Zeus

De
Publié par

Où Prométhée vole le feu de l'Olympe.





La fabuleuse légende de Prométhée, et comment il vola le feu aux dieux pour le remettre aux hommes, racontée aux jeunes lecteurs par Zeus, le roi des dieux lui-même !
Du haut de l'Olympe, le plus puissant des dieux évoque ce mythe qui a traversé le temps.









Publié le : jeudi 16 janvier 2014
Lecture(s) : 7
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782092553671
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture

]>

images

LES PLUS BELLES LÉGENDES DE LA MYTHOLOGIE RACONTÉES PAR ZEUS

images

 

 

 

Prométhée

vole le feu

de l’Olympe

 

 

 

Textes de Gérard Moncomble

Illustrations de Julie Faulques

 

 

 

images

]>

images

« Paix sur toi, jeune Notos. Bienvenue dans l’Olympe, la demeure des Dieux. Mon nom est Zeus. Je ne t’effraie pas ? À entendre ma voix, certains s’évanouissent. Mais tu as l’air brave. Ah, l’insouciance de la jeunesse !

On me dit que tu es ici afin de t’instruire et je vois que tes yeux brillent, Notos. J’aime ça. Il est bon que les enfants connaissent les récits du passé. Veux-tu que je te conte mes souvenirs ? Moi-même à les dire, il me semble les vivre encore. Oh, je n’en sais que quelques uns, car ma mémoire se trouble avec l’âge.

Attends un peu que je rassemble mes esprits, jeune Notos. Nous allons ensemble explorer les mystères de l’Olympe. Voyons… que vais-je te raconter maintenant ? »

images

Eh bien, parlons de ceux de ton espèce, les hommes. Crois-tu qu’ils existent depuis toujours ? Assurément non. Longtemps l’univers n’est habité que par les dieux. Nul homme sur la terre, ni bête. Nous vivons entre nous, dans l’Olympe paisible. Trop paisible, peut-être. Est-ce l’ennui qui nous prend ? Le désir de l’inconnu ? Lequel de nous a l’idée, pour nous distraire, de peupler la terre de créatures ? je ne sais plus.

Mais je revois Héphaïstos, le forgeron divin, apporter de la glaise, du limon, des braises et un vase empli d’eau. Riant comme des enfants, nous assemblons, pétrissons, sculptons sans relâche. À la fin, il y a autour de nous une horde de figurines. Certaines sont à notre image, d’autres ont des pattes, des ailes, des nageoires ou des queues. Mais ce ne sont encore que des statuettes. Alors je souffle sur leur face immobile mon haleine divine, et à tous, hommes et bêtes, je donne vie.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi