Petites histoires des mots venus du grec

De
Publié par

La mythologie grecque de A à Z !Saviez-vous que l’océan Atlantique tient son nom du titan Atlas ? Que la princesse Europe, enlevée par Zeus au-delà des mers, a donné son nom à notre continent ?Certains mots portent le souvenir d’un récit fabuleux, d’autres évoquent un personnage mythique. Découvrons ensemble les secrets des mots venus du grec.« Tu aimes aller au cinéma ? Aussi curieux que cela puisse paraître, ce terme, provient du mot grec « kinêma », le mouvement. Il est devenu l’art de réaliser des films dont les images mobiles sont projetées sur écran. »
Publié le : mercredi 26 août 2015
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782081373242
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
image
Présentation de l’éditeur :
La mythologie grecque de A à Z !
Saviez-vous que l’océan Atlantique tient son nom du titan Atlas ? Que la princesse Europe, enlevée par Zeus au-delà des mers, a donné son nom à notre continent ?
Certains mots portent le souvenir d’un récit fabuleux, d’autres évoquent un personnage mythique. Découvrons ensemble les secrets des mots venus du grec.
« Tu aimes aller au cinéma ? Aussi curieux que cela puisse paraître, ce terme, provient du mot grec « kinêma », le mouvement. Il est devenu l’art de réaliser des films dont les images mobiles sont projetées sur écran. »

Petites histoires
des mots venus du grec

Je ne suis pas seulement citoyen d’Athènes, je suis en même temps citoyen du monde.

Socrate, 469-399 avant J.-C.

Prologue

Sais-tu qu’il y a plus de deux mille cinq cents ans, les garçons et les filles de ton âge employaient déjà le mot barbare ? Dans leur bouche, cela donnait bar-bar, terme qualifiant tous ceux qui ne s’exprimaient pas correctement en grec, qui le « baragouinaient »…

Les pages qui suivent vont te faire découvrir quel chemin a parcouru ce mot jusqu’à son sens actuel, mais aussi comment un animal, le loup, est à l’origine du mot lycée. Tu verras également que tu parles grec quand tu commandes un repas bio ! Car cette langue a laissé son empreinte dans une grande partie de l’Europe ainsi que dans de vastes régions d’Orient.

Je t’entends penser très fort que la Grèce est pourtant un petit pays. Tu as raison, si tu te limites à ses frontières actuelles. Mais son peuple était si dynamique, si ouvert, si curieux, qu’il s’est mis très tôt à voyager. Au VIe siècle avant J.-C., les Grecs s’installent sur les rives d’Italie, de France, d’Espagne, d’Égypte et du Maroc. Avec les conquêtes d’Alexandre le Grand, au IVe siècle, l’Orient s’imprègne à son tour de cette culture. Récemment, on a découvert au nord-est de l’Afghanistan des vestiges de théâtres et de gymnases grecs ; souvenirs d’un temps où l’on savait se côtoyer au lieu de s’opposer…

Plus tard, Rome croit soumettre la Grèce, mais « la Grèce conquise, conquit son farouche vainqueur1 ». Les Latins tombent amoureux de la culture grecque, s’en inspirent et la diffusent dans tout leur Empire. Le grec devient leur deuxième langue, couramment parlée. Notre français découle donc du grec pour une large part.

Raison pour laquelle notre langage est si précis, nos mots si justes, notre vocabulaire si riche. L’imagination fertile des poètes, historiens, philosophes, les incitait à créer un terme original à chaque réalité ou idée nouvelle… Démocratie, par exemple, formé en réunissant demos, le « peuple », et kratos, le « pouvoir », est un terme né au début du VIe siècle avant J.-C., lorsque ce système politique inédit s’instaure à Athènes.

Deux siècles auparavant, le poète Homère avait déclaré Zeus « maître du tonnerre ». Avec brontè, la « foudre », et le verbe anassô, « commander », il avait imaginé le terme anaxibrontas, « qui commande à la foudre ». Pindare, autre écrivain du Ve siècle avant J.-C., trouvait plus juste de dire : « Zeus à la foudre puissante », karterobrontas !

Quant à Aristophane, ce créateur de comédies du IVe siècle qui adorait se moquer des autres, il se servit de krounos, la « fontaine », de chutros, le « bassin », et de lèrein, qui signifiait dire des niaiseries, pour créer une expression extraordinaire : krounochutrolèraion. Mot à mot : « Tu n’es qu’un bassin de fontaine à niaiseries » ! Belle expression imagée pour qualifier un bavard imbécile, non ? Preuve surtout d’une liberté d’expression totale qui s’imposera encore dans le langage au cours des siècles suivants.

Parler grec ressemble donc presque à assembler les pièces d’un puzzle. Muni du sens précis des suffixes, préfixes et autres prépositions, on peut aussi plus facilement le comprendre, tout au moins le décoder.

 

Examine avec moi le mot palimpseste. Tu as palin – ou palim – qui signifie « de nouveau » ; et psân, verbe qui veut dire « gratter ». Que peux-tu composer avec ces deux termes ? Gratter pour faire quelque chose de nouveau ? Eh bien, c’est tout à fait cela. Un palimpseste est un manuscrit sur parchemin dont on a fait disparaître l’écriture précédente en la grattant pour pouvoir écrire de nouveau… Je reconnais que mon exemple n’est pas des plus faciles. Mais regarde à présent cet autre mot : palindrome. Tu connais le sens d’un élément : « à nouveau », ou « de nouveau ». Avec dromos qui signifie « la course », tu arrives à « qui court de nouveau ». Tu n’es pas loin ; « qui court en sens inverse », ou « qui revient sur ses pas » est le sens précis. Un palindrome étant un mot qui se lit dans les deux sens, comme RADAR, ÉTÉ, LAVAL, ou encore ÉSOPE RESTE ICI ET SE REPOSE… Reviens sur tes pas avec cette phrase et tu verras que rien ne change.

Amuse-toi à demander à des adultes de t’expliquer l’origine de ces termes. Je suis prête à parier que cette fois-ci, c’est toi qui seras le professeur !

Rassure-toi cependant, le recueil qui suit est facile et amusant. Il va te donner une compréhension immédiate d’une grande partie du vocabulaire scientifique, médical et général. Les clés d’un savoir limpide et ludique ! Il se présente comme un abécédaire et, afin d’aborder en douceur chaque chapitre, un dieu, héros ou personnage de la mythologie nous interpelle.

À présent, amuse-toi à déjouer tous les secrets des mots venus du grec…

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.