Un amour de moi. Miettes autobiographiques

De
Publié par

Un récit d'enfance cruel et cocasse, bien fait pour illustrer l'adage selon lequel le ridicule ne tue pas (quoique).
UN LIVRE QUI DIVISE LA CRITIQUE ! (quelques extraits)
« Ça ne vaut pas Mort à crédit. » (Philippe Sollers)
« Je n’ai rien lu de tel depuis Les Confessions de Rousseau. » (Anonyme)
« C’est très particulier. » (Michel Houellebecq)
« Comment peut-on être aussi bête ? » (Frigide Barjot)
« C’est encore plus drôle quand on a connu les protagonistes. » (Mme Durand, ex-femme de ménage)
« Je n’ai pas du tout aimé. Trop c’est trop. Cela tient du règlement de comptes contre soi-même, la famille, le genre humain. Au final personne n’en sort grandi. » (Luc Ferry)
« Cela ne sent pas le règlement de comptes, car le narrateur ne s'épargne pas (il ne vaut pas mieux que les autres, qui ne sont pas pires que lui : tous baignent dans la même lumière idiote, radieuse). » (François Huglo)
« Cet anti-sarkozysme primaire m’indigne et m’exaspère. » (Henri Guaino)
« Ce petit opus devrait bien marcher en librairie. » (Marc Lévy)

Publié le : dimanche 8 juin 2014
Lecture(s) : 91
Tags :
Licence : Tous droits réservés
Nombre de pages : 49
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

quoi, grâce à la détestable influence du poète Jargon Melba toujours
accompagné de la petite Kiki, sans oublier le devin Pipiche et
l’abominable Nanard…). L’aube pointait juste quand les derniers
invités repartaient ivres-morts en faisant hurler (hein ?) leurs moteurs
de 4L ou de Deux-Chevaux, tandis que des cadavres étaient évacués
en catimini dans de grands sacs poubelles…
Nonobstant la dépravation des moeurs et les graves
dommages causés à la propriété, mes parents trouvaient
bonassement que cela valait mieux que de se casser une jambe, oh là,
et puis n’est-ce pas il fallait bien que jeunesse se passe… Il y avait
entre autres Maxence fils de mon oncle Abel, dont la succulente
épouse Jo faisait tourner la tête à plus d’un (et moi donc), un
dénommé Pompon maintenant inspecteur de police mais à l’époque
alcoolique notoire et convié pour cela (les mauvaises langues disent
qu’il serait demeuré alcoolique), le Guy Dubost dans le rôle du petit-
gros toujours charrié notamment par mon frère, etc… En fait il y a
longtemps que j’ai rayé ces types de mon carnet d’adresse, sauf peut-
être Maxence aujourd’hui banquier à Bordeaux et qu’il me faudra
bien aller voir (ainsi que sa femme) pour régler un problème de
découvert qui pourrait bien me conduire au bagne.
Il faut vous dire que, encore aujourd’hui, mes rapports avec
l’argent en général et surtout les banques sont très particuliers, puisque
j’y retire quotidiennement et même plusieurs fois par jour des sommes
ridicules (mais au total énormes !). A mon approche les employés
cessent d’instinct toute activité, comme pour entamer une grève en
signe de réprobation, mais devant mon insistance finissent par me
céder un peu de liquide au hasard, avec une obséquiosité mal feinte.
Je perds ensuite le billet trop finement roulé dans ma poche, soit qu’il
tombe directement à terre, soit que je le prenne pour une boulette de
chewing-gum et le mâche ainsi des heures sans me douter de rien.


12



Pendant ce temps les gens poirotaient derrière la lourde,
menaçants, tour à tour agglutinés en tas ou disposés en file, selon
qu’ils cédaient à la panique ou se ressaisissaient au contraire, dans un
comble de dignité (résultat d’une souffrance intolérable), sans
soupçonner d’ailleurs le drame qui avait lieu à l’intérieur, ou bien n’y
tenant plus, se livraient collectivement à un footing à travers toutes
les pièces de la maison, se télescopant parfois mais s’excusant,
comme fous à lier… D’aucuns dansaient carrément selon un rite
sauvage, et d’autres s’accroupissaient en psalmodiant tandis que des
mères recueillaient un improbable placenta. Puis certains revenaient à
la réalité soit que, sous l’effet qu’une telle trémulation, leurs besoins se
fussent évanouis, comme ravalés, soit qu’il en demeurât deux ou trois
tout au plus réellement courroucés, s’occupant aux charades par
exemple.
C’était épique.


Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.