De la Vie publique. [Extrait des "Bonnes oeuvres", par Mgr L.-R.-E. Isoard.]

De
Publié par

J. Albanel (Paris). 1872. France (1870-1940, 3e République). In-32, 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : lundi 1 janvier 1872
Lecture(s) : 2
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Prix : 10 centimes.
DE
LA VIE PUBLIQUE
PARIS
JOSEPH ALBANEL, LIBRAIRE
7, RUE HONORÉ-CHEVALIER, 7
1872
Tous droits réservés
DE QUOI IL EST ICI QUESTION
Nous conservons un vieil esprit dans
une situation nouvelle.
Quelle idée se faisait-on autrefois de ce
qu'on appelait le bon Français?
C'était l'homme qui obéissait à toutes
les lois, respectait toutes les autorités,
et payait exactement toutes ses contri-
butions, y compris tous les droits de
douane et d'octroi. Celui-là était le vrai
citoyen, et, comme on disait alors, le fidèle
sujet. Il n'avait qu'à obéir et à suivre.
Mais, depuis plusieurs années déjà,
, obéir et payer d'avance tous ses douzièmes
ne suffit plus : il faut, pour bien servir son
pays, payer de temps en temps de sa per-
sonne.
Dire à un gouvernement, au bon gou-
vernement: Faites, j'obéirai, ce n'est plus
assez. Il faut ajouter : Je vous soutiendrai.
Oui ! quel que soit le gouvernement que
Dieu donnera ou laissera imposer à la
— 2 —
France, tous les honnêtes gens devront
prendre part, chacun dans son milieu, à
la direction des affaires communes : — Si
ce gouvernement est bon, pour le sou-
tenir et le conserver; — s'il est médiocre
pour l'empêcher de devenir pire, et, au-
tant que possible, pour l'améliorer; —
s'il est mauvais, pour le détruire.
Il n'y a qu'une seule chose qui puisse se
faire sans nous : notre ruine à tous et à
chacun, et la ruine de la France. Mais le
bien, le commencement du bien, le pro-
grès du bien, l'établissement définitif du
bien, ne se feront jamais qu'avec le travail
persévérant des hommes qui ont de l'in-
telligence et de l'honneur.
A ceux qui vous diront : C'est cela !
vous voulez faire parler de vous ! vous
voulez devenir sous-préfet ! vous voulez
produire votre fils ! vous voulez marier
votre fille !
A ceux-là répondez : Non ! je veux
d'abord sauver ma bourse, ma maison
et ma tête !
Et si vous voulez sauver votre bourse,
votre maison et votre tête, mon cher voi-
sin, faites comme moi !
Signalons hardiment une dernière
oeuvre, celle de la vie publique, un der-
nier groupe à former entre amis, entre
voisins, et dans les moindres localités, —
le groupe des intérêts publics.
On ne les attendait pas ici.
Je le crois bien : l'homme qui donne la
moitié de sa vie aux bonnes oeuvres, qui
ne pense qu'aux pauvres et aux malheu-
reux de toutes sortes, qui, pour eux., parle,
écrit et quête incessamment, cet homme,
si vous lui dites un mot des élections, des
candidats, du vote qu'il aura à déposer,
cet homme sourit : il ne s'occupe pas de
ces choses-là. Ou bien il paraît effarou-
ché, sa pudeur est blessée. Comment
pouvez-vous croire que je fais de la poli-
tique ?
De toutes nos maladies, celle-ci est bien
la plus curieuse; de toutes nos misères,
c'est bien l'une des plus lamentables. '
Car enfin vous, bon chrétien, vous vous
préoccupez des pauvres, des orphelins, des
soldats, des prisonniers, des libérés-, des
apprentis, des petits ramoneurs, de la
réhabilitation du mariage, de la sépul-
ture, des bons et des mauvais livres. Mais,
de grâce, de qui dépend, en très-grande
partie, et quelquefois uniquement, le sort

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.