Des Ambulances particulières et des services qu'elles peuvent rendre. [Signé : Dr A. Fournier.]

De
Publié par

impr. de Seringe frères ((Paris,)). 1870. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1870
Lecture(s) : 0
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

DES
AMBULANCES PARTioeHERES
ET DES
SERVICES QU'ELLES PEUVENT RENDRE
Appelé à visiter dans ces derniers temps un grand nombre
d'ambulances particulières, je crois qu'il ne sera pas sans inté-
rêt d'exposer ici le résultat de cet examen et de rechercher les
moyens d'utiliser, pour le plus grand bien de tous, ces asiles
de la charité privée.
Mon premier mot sera pour rendre hommage aux généreux
sentiments qui'ont présidé à la création de ces ambulances. Je
ne saurais assez dire combien, dans ces visites, j'ai rencontré
d'exemples d'émouvante charité, d'empressement patriotique,
d'aspiration à faire le bien et à soulager les douleurs des
malheureuses victimes de la guerre. Partout j'ai constaté un
dévouement immense à la cause commune. Du côté du
coeur, assurément, Paris n'a pas dégénéré.
Sans doute, j'ai bien cru distinguer dans le nombre
quelques personnes qui m'ont paru plus empressées à se
couvrir, elles et leurs demeures, des insignes protecteurs de
la convention de Genève qu'à assurer à leurs ambulances une
installation des plus convenables. Mais ce n'est là qu'une
exception si rare et si minime qu'il n'y a pas lieu d'en tenir
compte dans une appréciation générale.
Que sont et que valent les ambulances particulières ? telle est
la question essentielle à résoudre.
Que sont-elles? Il en est de tout genre, de tout ordre. Il
en est de grandes, de moyennes et de petites. Il en est de
riches et il en est de pauvres. Il en est qui présentent une
installation magnifique et des plus confortables; j'en ai même
visité une qui ressemble plus à un palais qu'à un asile hospi-
talier. Il en est d'autres dont le local est plus restreint, l'amé-
nagement plus simple et moins propice. Il en est—et c'est là.
le point.important — qui possèdent un personnel nombreux
et choisi, un matériel des plus complets, et qui pourraient
rivaliser avec les services de nos grands hôpitaux. Il en est
d'autres dont le personnel est moindre et le matériel moins
bien fourni. Il en est enfin où matériel et personnel font
presque absolument défaut, et qui n'offrent que le local avec
la literie.
Quelles qu'elles soient, toutes ces ambulances sont bonnes,
et il est un parti utile à tirer de toutes sans exception. Toutes
peuvent rendre des services. Mais l'essentiel est de ne leur
demander que ce qu'elles peuvent fournir et de ne pas les
"employer toutes indistinctement aux mêmes offices.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.