Dialogue entre un vieux de la vieille garde et un vieux de la jeune république, par Ad. Astruc,...

De
Publié par

impr. de Saintin, Dentan et Pinard (Paris). 1852. In-8° . Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1852
Lecture(s) : 4
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

DIALOGUE
ENTRE
un Vieux de la Vieille Garde
ET
UN VIEUX DE LA JEUNE REPUBLIQUE.
PAR AD. ASTRUC,
ISRAELITE DE BORDEAUX.
PARIS
IMPRIMERIE SAINTIN, DENTAN; PINARD,
9, COUR DES MIRACLES'.
1952
PRIÈRE PAR UN REPUBLICAIN ISRAELITE
Dédiée au PRINCE-PRESIDENT de la République.
Eternel notre Dieu., maître de l'Univers,
Pour toi les nations, suprême Providence,
Eprouvent, tour à tour, et succès et revers,'
Nous te prions, Seigneur, pour notre belle France.
Protége-là toujours, par la puissante main;
Tout s'agrandit par Toi,.s'affermit ou succombe.
Fais-la sage à jamais, aux yeux du genre humain,
Grand Dieu, par qui tout vit, qui ranime la tombe.
Dieu de bonté, de grâce, ô divin Créateur!
Accueille nos souhaits; entends notre supplique,
Devant Toi prosternés, tressaillants de bonheur,
Nous t'invoquons, vrai Roi, pour notre République.
Verse les saints trésors, tes bénédictions
Sur le Peuple français, nous sommes tous des frères,
Fais la France, grand Dieu, Reine des nations
De Sion fais-là soeur ! Ecoute nos prières!...
Un jour, ô jouivfervenl ! dans ton Temple sacré
Quand des chants de bonheur, s'élevant de la sainte,
T'acclameront, Seigneur, sur l'autel consacré,
Ta noble soeur, alors, te chanterait sans crainte.
Bon Père généreux, les filles devant Toi
S'aimant, se secourant, et, par Dieu fortunées,
Te tendraient, à toujours, heureuses dans ta loi,
Leurs fraternelles mains, par des fleurs enchaînées.
Fais-nous dignes, mon Dieu ! fais-nous bons généreux,
Que nous sachions avoir de tous la bienveillanee,
Elève notre coeur, qu'il soit pur, vertueux,
Que tous bons citoyens nous chérissions la France.
Éclaire, Souverain, Louis-Napoléon,
Qu'il soit fort, soit aimé de la démocratie-,
Chef, par un peuple-roi, plus grand que Washington ;
Qu'il soit aussi chéri par l'aristocratie !
Exauce, seul vrai-Roi, les souhaits de nos coeurs !
Moïse, sur son front, ne mit pas la couronne ;
Mais il sut présider !... Tous les législateurs
L'admirèrent depuis et ton nom l'environne.
De nos frères, Seigneur, sois le divin conseil!...
Et, qu'Israël, ensemble, acclame sans réplique
La sainte égalité qu'il fêtait au réveil,.
Et qu'il dise, fervent: VIVE LA RÉPUBLIQUE!...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.