Discours prononcé dans la section des Gardes-Françoises, pour l'inauguration des bustes de Lepelletier et Marat, Martyrs de la Liberté ; le lundi 23 septembre 1793, l'an 2e. de la République Françoise une et indivisible.

Publié par

1793. Paris (France) (1789-1799, Révolution). Paris (France) -- District des Gardes-Françaises. 7 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1793
Lecture(s) : 2
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

ï)~ elo-u- s
"P ;\.l?:~~,' --V--£V
PROK^MÈi ^^NS LA SECTION
DES GARDES-FRANÇOISES,
Pour VInauguration des Bustes de
Lepelletier et MARAT, Martyrs
de la Liberté;
Le Lundi 0.3 Septembre 1793, l'an 2,6 * de la République
Françoise une et indivisible.
W
REPUBLICAINS,
Vous venez rendre hommage à la mémoire
de deux grands hommes. Apôtres-nés de la
Liberté, ils l'ont cimentée de leur sang. La
raison, la philosophie étoient leur guide ; aussi
[ 2 ]
l'ignorance et les préjugés ont essayé, vaine-
ment, de les combattre : le crime. oui, le -
crime pouvoir, seul, les atteindre. Ils ne 'sont
plus. Peuple. Suspends un moment tes
sanglots.
En vrais- républicains, rerracons leur vie,
J ,
voyons comme ils sont morts, et si chacun
de nous trouve des préceptes à suivre, et des
modèles à imiter.
Qu'a fait LEPELLETIER pour le Peuple)
Né dans une caste jadis privilégiée, favorisé
de la fortune ; il a tout oublié pour le bonheur
du Peuple.
A peine sorti de l'adolescence, on le voit
soutenir, les droits du pauvre, de la veuve et
de l'orphelin. Dès-lors, ami de l'égalité, il 11
vengeoit la justice et les mœurs. •
L'aurore de la liberté vient éclairer le sol
de la France, il est des premiers à franchir
les barrières .posées par la tyrannie; déjà il ne
connoît plus de Tiers-état. Il publie, avec
courage, les grandes vérités consacrées depuis
dans l'évangile des Droits de l'Homme.
Appellé à l'Assemblée constituante, abdiquant
les vains noms, foulant aux pieds les vaius

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.