Discours prononcé le 8 de mai 1823, par M. Thiébaut de Berneaud, sur la tombe de son ami Alexandre-Pascal Tissot,...

De
Publié par

impr. de Lebel (Paris). 1823. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mercredi 1 janvier 1823
Lecture(s) : 28
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

PRONONCÉ LE 8 DE MAI 1823
SUR LA TOMBE
ANCIEN CHEF DE BUREAU AU MINISTERE DES CULTES,
MEMBRE DE LA SOCIÉTÉ ACADÉMIQUE DES SCIENCES DE PARIS,
DE L'ATHÉNÉE DE VAUCLUSE, etc., etc.
(COMBIEN il est déchirant le triste devoir que nous
rendons en ce moment à l'ami qu'un peu de terre va
séparer pour jamais de nous, et quel surcroît d'é-
motions pénibles la douleur d'une perte semblable
ajoute à la stupeur causée à chacun de nous par
une mort aussi subite qu'imprévue ! Huit jours ont
suffi pour mettre un terme à une vie active, à un
( 2 )
esprit sans cesse tendu vers les études solides, aux
mouvemens d'un coeur essentiellement vertueux, qui
ne battait que pour le bonheur d'une famille au-
jourd'hui dans l'affliction, que pour le bien de
tous les hommes. Qui de nous eût pensé que nous
eussions à déplorer prématurément la perte d'un ami
aussi cher, et dans un âge où il était humainement
permis d'espérer une longue suite d'années (1) ? Quelle
leçon pour ceux d'entré*' nous qui doivent tenir à
cette terre de douleurs, à cause des liens sacrés qui
les attachent à une famille bien unie, à une épouse
adorée, à des enfans , doux espoir de l'avenir I
Personne ne fut plus digne de l'estime des hommes;
personne ne justifia mieux la confiance entière, les
tendres affections de ses amis. Bon fils, bon frère,
bon époux, excellent père, ami franc et tout dévoué,
ALEXANDRE-PASCAL TISSOT sut unir à toutes les
qualités du coeur un esprit juste et éclairé, unepro-
bité à toute épreuve, l'habitude de la vérité, et le
désintéressement le plus absolu. La logique profonde
qui présidaitresans cesse à ses méditations, lui fit
surmonter en très-peu de temps les difficultés atta-
chées à l'étude des langues grecque et hébraïque ;
(1) TISSOT naquit à Mornas, département de Vaucluse, le 5 oc-
tobre 1782; il est décédé à Paris, le 7 mai 1823, des suites d'une
fièvre cérébrale , et est enterré au cimetière de l'Ouest, dit de
Vaugirard.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.