Discours prononcé le 9 thermidor an 5e... dans la grande salle de la maison commune de Troyes , par le citoyen Bramand,...

De
Publié par

André (Troyes). 1797. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1797
Lecture(s) : 3
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

A
DIS COURS
PRONONCÉ le 9 Thermidor an 5.c de la
République Françoise , dans La Grand- Salle de
la Maison-Commune de Troyes , par le Citoyen
B !(. - .fClJ)"';;--.frofisseuT de Gramma re Gé-
nérutS? 'A CEwi^&entrale. du Département de
l P~' 1 "T-- i - "3"
ner - {, ," - -~ L'
-*C £ j 35" S ,
ir ,
Les Peuples civilisés ont toujours considéré les-
Fêtes nationales tomme une partie essentielle de l'é-
ducation publique. On ne parle jamais sans intérêt
de celles de la Grèce : cependant elles n'avoient guères
pour objet que des jeux où brilloient la force du
corps, l'adresse , ou, tout au plus, le talent des poëtes
et des orateurs ; mais la Grèce étoit là : on voyoit un
spectacle plus grand que les jeux ; c'était les spec-*
tateurs eux-mêmes ; c'étoit le peuple vainqueur de
l'Asie, que ses vertus républicaines avoient élevé au-
dessus de l'humanité ; on appercevoit les grands
, hommes qui avoient sauvé & illustré la patrie ; lea
pères montroient à leurs enfants Miltiade , Aristide ,
Epaminondas Timoléon , dont la seule présence
étoit une leçon vivante de justice , de magianimité
& de patriotisme.
ftos ictes ont un objet plus étendu , et un plus
1
(a)
grand caractère. Leur but est d'inspirer a l'homme
ce respect religieux pour l'homme, ce sentiment
profond de ses devoirs qui est la seule garantie du
bonheur social. Toutes Rendent à réveiller lei sen-
timens généreux qui font- les charmes & l'ornement
de la vie humaine, l'enthousiasme de la liberté,
l'amour de la patrie , le respect des lois & la ré-
génération des moeurs.
Viens présider a cette fête , ô toi fille de la nature,
souveraine des Français, mère du bonheur & de la
gloire, trop longtems asservie par le despotisme ,
proscrite par l'anarchie, détrônée par le crime ; toi,
I qui la nation a ren du ton empire, & qui lui donnes
en échange une patrie '& des mœurs. Auguste li-
berté , tu partageras les honneurs qui te sont dus avec
ta compagne immortelle la douce & juste égalité!
- Vous ne serez point oubliés dans nos solemnités ,
vous qui par votre zèle, votre courage , votre cons-
tance avez affranchi votre patrie du joug des tyrans ;
vous qui avez fondé la liberté par de sages lois.
Vous n'y serez point oubliés, illustres martyrs de
la République, morts en combattant pour elle, victimes
des plus noirs complots. Ah ! Si vos noms sont dignes
d'être inscrits sur le marbre & sur le bronze, vous
méritez aussi les marques les plus sincères de notre
reconnoissance.
Venez , venez embellir nos fêtes, brayes & intré-
pides guerriers, défenseurs de la patrie > vous oui ayr7.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.