Discours sur la naissance de Son Altesse Royale monseigneur le duc de Bordeaux

Publié par

A. Séguin (Montpellier). 1820. France (1814-1824, Louis XVIII). In-8 °. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1820
Lecture(s) : 0
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

DISCOURS
SUR LA NAISSANCE
DE SON ALTESSE ROYALE
MONSEIGNEUR.
LE DUC DE BORDEAUX.
Se vend 30 cent., au profit des Pauvres.
A MONTPELLIER,
Chez AUG. SEGUIN , Libraire et Marchand d'estampes,
place. Neuve.
De l'Imprimerie de JEAN MARTEL LE JEUNE.
1820.
DISCOURS
SUR LA NAISSANCE
DE S. A. R. MONSEIGNEUR.
LE DUC DE BORDEAUX.
Parvulus natus est nobis et filius datus est nobis,
et foctus est principatus super humerum ejus.
Un enfant nous est né , un fils nous est donné , et
il possédera l'empire. Isaïe, chap. 9.
APRÈS tant d'années de deuil, de calaraités
et de crimes ; après tant de révolutions où.
vous avez vu le Trône tantôt renversé, tan-
tôt usurpé, et enfin miraculeusement réta-
bli ; après tant d'événemens tristement mémo-
rables qui ont vu succomber et périr tant
de victimes Royales , qu'il est consolant,
mes Frères , de pouvoir vous annoncer enfin
la naissance d'un fils de France ! Assez et
trop long-temps la mort a couvert de son
voile funèbre la Famille Auguste qui nous
gouverne! Assez et trop long-temps la terre
que nous habitons a été arrosée du sang de
nos Rois et de nos Princes ! Aujourd'hui
devenue en quelque sorte féconde , par la
vertu de ce sang innocent, elle vient de
(6)
produire son fruit, et la tige antique de nos
Lis cesse d'être stérile : Parvulus natus est
nobis , etc.
Protection singulière de la Divine Provi-
dence ! Miracle où éclatent admirablement
et la sagesse de sa conduite , et les desseins
de sa miséricorde sur la France! Tandis que
l'homme ennemi prépare dans son coeur des
projets de crimes ; tandis qu'il médite la
ruine entière de la race de nos Rois, et que
frappant de son fer homicide celui qui de-
vait la perpétuer , il semble avoir atteint
son coupable but et s'applaudir d'avoir
creusé à la Monarchie un abîme sans fond,
en lui ravissant ses dernières espéran-
ces ; celui qui habite dans les Cieux et qui
se joue comme il lui plaît des vains projets
des hommes , réservait au Royaume de
Saint Louis un gage éclatant de son amour
dans l'Auguste Enfant qui nous est né pour
posséder un jour l'Empire : Parvulus natus
est nobis , etc. Ainsi, dans cet Enfant chéri ,
un Prince digne à jamais de nos regrets et
de nos larmes , semble miraculeusement re-
vivre. Ainsi , dit le Saint-Esprit, il n'y a
point de sagesse, point de prudence , point
de conseil qui tienne contre le Seigneur.
(7)
Ainsi il dissipe , quand il veut , les pensées
des méchans, qui se trouvent pris dans leurs
inutiles complots , comme dans un piége,
tandis que son conseil demeure éternelle-
ment : Comprehenduntur in consiliis quibus
cogitant consilium autem Domini manet
in oeternum. Et alors , relevant toutes les
espérances par des coups inattendus de sa
toute-puissance , au moment où tout paraît
désespéré , les plus aveugles et les plus in-
crédules sont forcés de reconnaître son oeu-
vre dans ce qui n'aurait paru d'ailleurs
qu'un événement ordinaire , et sa Providence
est glorifiée.
C'est ainsi, mes Frères, que destinant au-
trefois Joseph pour être le sauveur de
l'Egypte et le protecteur de ses frères , il
permit que ses frères fussent ses persécuteurs,
afin de faire éclater davantage sa puissance
en le conduisant de la prison au Trône.
C'est ainsi qu'ayant promis à Abraham
de faire sortir de sa race un grand peuple ,
il lui commanda de lui sacrifier son fils uni-
que Isaac , afin de faire paraître avec plus
de certitude l'immobilité de sa promesse,
en arrêtant par un miracle le glaive prêt à
le frapper.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.