Discours sur les pensions militaires, prononcé par M. le Baron Félix de Wimpffen,... dans la séance du jeudi matin 31 décembre 1789 ([Reprod.]) / impr. par ordre de l'Assemblée nationale

De
Publié par

[de l'Impr. nationale] (Paris). 1789. Pensions militaires -- France -- Ouvrages avant 1800. 1 microfiche ; 105*148 mm.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1789
Lecture(s) : 1
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

THE FRENCH REVOLUTION
RESEARCH COLLECTION
LESARCHÏVESDELA
REVOLUTION FRANÇAISE
15 BRIDGE STREET MDX BRIDGE STREET
BRIDGE • OXFORDSHIRE OX8 6YH
Téléphone (099 ) Fax (0993) 779043
A
jENSIONS militaires,
M. le Baron Fitix DE Wimwtbx
Députe de Caett la Séance du Jeudi matin
Décembre tfSfr
Jmj-rim* pab ordre DE L'AmsunUt Nàtiokai.s
MESSIEURS,
J fi lifois dans un pukage nouvel que l'excès' dans
les dons devoit néceffairement produite -l'excès dans'let
reftitutions, lorfqu'on me rémtt l'état des Penfions.
Auflitôt je fermai lé livré pour Jeter un coup dœil
fur la lifte des enfans de là Patrie. J'eh trouvai quel-
iues-uns que la Patrie fecorinoît auflâ dignes de fes bien-
faits que de fon eftîme. Elle n'en doit peint âvoir'M'autres.
Cependant j'y rencontrai les noms d'une foule de pef-
fonties^ qui ne font, queues Enfans g^tés de la fortune
& que la fortune même n'eût jamais adoptés encore mbirisf
gâtés fi elle n'étdit pas aveugle car c'eft iûrefquê «ou-1
fotots en rsifon înverfe de lettr utilité', qu'eue choififlbif
fes fayoris. Mais hélas ce qu'on emprunte de la forïune
fc des hommes, eft incônrfint & pstfT^r çpmrrtë eux.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.