Du gouvernement héréditaire et de l'influence de l'autorité d'un seul, sur les arts ; par J.-B. Bonet,...

De
Publié par

Ballard (Paris). 1804. 15 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1804
Lecture(s) : 13
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 13
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

y , !. ,
DU GOCYERXKMES'r UÉfiÉDirXlRi:
~'- -, È 'É U' -
1 ; !
y
1 - Il
DE L'INFLUENCÉ
D E
L'AUTORITÉ D'UN SEUL,
SUR LES ARTS. j1
p p
DU GOUVERNEMENT HEREDITAIRE
E T
DE L'INFLUE If G ÇA
D~ 11.' ~y
¡ l,
L'AUTORITÉ mj0SKULy
SUR LES ARTS;
PAR J.-B. BONET, EX-LÉGISLATEUR,
DIRECTEUR DU THÉÂTRE DES ARTS.
A PARIS,
B A L L A R D , Imprimeur du Théâtre de l'Opéra,
rue J. - J. Rousseau , no. 14,
AN XII. 1804.
DU GOUVERNEMENT HÉKÉWIAIRE
r~
E T
DE L'INFLUENCE"
DE
- L'AUTORITÉ D'UN SEUL,
SUR LES ARTS.
DAN s cette grande question qui vient lie
s'agiter pour le' bonheur et la tranquillité
de l'Etat, la lumière a jailli de toutes parts
sans avoir besoin du choc des opinions ; ce
qui prouve incontestablement que la même
pensée était gravée dans le ccerur de tous
les Français, et que les orateurs n'ont été
que les échos fidèles de l'opinion de la
Nation éclairée par l'expérience. Tous ont
prouvé que le Gouvernement héréditaire était
le seul véritablement tutélaire, utilement
énergique , toujours conservateur , et sur-
(6)
- tout le seul commandé impérieusement par
les conjonctures actuelles. En parcourant
les Annales du monde, ils ont trouvé que
les plus grands peuples de la terre, à com-
mencer par les Babyloniens et les Egyp-
tiens chez qui le ciel semblait avoir mis
en dépôt le livre des connaissances humaines;
Tavaient adopté de prédilection comme une
égide salutaire contre la fougue des partis,
et une digue puissante contre les torrens
dévastateurs des dissentions civiles. C'est
à l'absence du pouvoir héréditaire, ont-ils
dit, que Rome dut souvent ses plus grandes
calamités : en effet, c'est du sein des élec-
tions que sont sortis les monstres qui la
souillèrent de sang et de proscriptions i
Sylla, Carbon et Marius furent élus au milieu
des tourmentes populaires.
En revenant sur nous - mêmes , Pabîme
révolutionnaire si long - tems ouvert sous
nos pas, et le terrible exemple de la Polo-
gne nous dessillent les yeux , et nous
forcent à nous jetter dans les bras d'une
autorité salutaire. C'est moins pour un
homme que pour la nation que nous in-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.