Du point apophysaire dans les névralgies et de l'irritation spinale / par le Dr Armaingaud,...

De
Publié par

A. Delahaye (Paris). 1872. 1 vol. (61 p.) ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : lundi 1 janvier 1872
Lecture(s) : 42
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 61
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

;.DD PSOINT APOPHYSAÏRE
^^.IM2JL-~~y' BANS
LES NÉVRALGIES
ET DE
L'IRRITATION SPINALE
PAR
LE Dr ARMÀINGAUD
Professeur du Cours municipal d'hygiène de Bordeaux,
Membre de la Société de Médecine et de Chirurgie de Bordeaux,
Membre de la Société d'Anthropologie de Paris.
PARIS
ADRIEN DELAHAYE, LIBRAIRE-ÉDITEUR
place de l'École-de-Médecine.
1872
DU POINT APOPHYSAÏRE
DANS
LES NÉVRALGIES
ET DE
L'IRRITATION SPINALE
Bordeaux, imp. Duverdier et Cie (Durand, directeur), rue Gouvion, 7
ti&MNT ÀPOPHYSAIRE
BANS
LWfÉVRALGIES
ET DE
L'IRRITATION SPINALE
PAR
LE Dr ARMAINGAUD
Professeur du Cours municipal d'hygiène de Bordeaux,
Membre de la Société de Médecine et de Chirurgie de Bordeaux,
Membre de la Société d'Anthropologie de Paris.
PARIS
ADRIEN DELAHAYE, LIBRAIRE-ÉDITEUR
place de l'École-de-Médecine.
1872
DU
POINT DOULOUREUX APOPHYSAIRE
DANS LES NÉVRALGIES
ET DE L'IRRITATION SPINALE
Le présent travail se compose de trois parties. Dans la
première, je présente des observations de névralgies
offrant toutes le point apophysaire de Trousseau, et dont
quelques-unes offrent, en outre, quelques particularités
intéressantes dont je rechercherai la signification.
Dans la seconde partie, je cherche à établir l'existence,
en tant qu'espèce morbide distincte, de l'affection décrite
par les médecins anglais et américains, sous le nom d'Ir-
ritation spinale, existence contestée par la plupart des
pathologistes français, et je montre les analogies que pré-
sente cette dernière affection, d'une part avec les névral-
gies avec point apophysaire, et d'autre part avec les affec-
tions que le Dr Cahen a décrites sous le nom de Névroses
vaso-motrices.
Dans la troisième partie, je présente quelques considé-
rations sur la fièvre intermittente et le goitre exophthal-
mique, considérés comme névroses raso-motrices d'origine
spinale.
Enfin, au point de vue pratique, j'appelle l'attention de
mes confrères sur un mode de traitement efficacement
applicable dans un grand nombre de maladies nerveuses,
1
— 6 —
spécialement dans les névralgies rebelles et dans l'irri-
tation spinale; je veux parler des applications locales
révulsives sur la colonne vertébrale, et j'émets le voeu
qu'il soit plus souvent mis en pratique, m'appuyant sur
les résultats obtenus.par Ollivier d'Angers, par la plupart
des auteurs que je cite, et enfin par moi-même.
Voici par quel enchaînement d'idées j'ai été conduit
à faire cette étude comparative :
Pendant mes études médicales, j'avais souvent vu. Trous-
seau, dans ses cliniques de FHôtel-Dieu, attirer l'attention
des élèves sur l'existence, dans les névralgies, d'un point
douloureux fixe non décrit jusqu'alors et qui siège au
niveau des apophyses épineuses des vertèbres.
Pour en constater l'existence, il suffit de presser succes-
sivement les apophyses épineuses, en commençant par
les deux premières, immédiatement au-dessous de l'os
occipital, et descendant jusqu'au sacrum. On arrive ainsi
à un point dont la pression fait brusquement redresser le
malade, qui cherche à se dérober au contact, et parfois
pousse un cri : on a touché le point douloureux. On peut
constater, en même temps, que la pression des vertèbres
situées au-dessus ou au-dessous ne fait éprouver aucune
souffrance (').
Ayant eu souvent l'occasion de constater ce point apo-
physaire dans le service de Trousseau, je me suis mis à sa
recherche, depuis que j'exerce la médecine, dans tous les
cas de névralgie où il m'a été possible d'explorer la
colonne vertébrale.
Comme on le verra par la lecture de mes observations,
j'ai rencontré ce point douloureux dans onze cas, c'est-à-
dire dans plus du tiers des cas de névralgie, car je n'ai pu
(t) Trousseau, Clinique médicale de l'Hôtel-Dieu de Paris, 3e édition,
t. il, p. 381 et suivantes.
explorer complètement la colonne vertébrale qu'environ
trente fois. -
Ainsi, si le point apophysaire n'est pas aussi absolument
constant que l'affirmait Trousseau, il est néanmoins très-
fréquent, et je ne doute aucunement que tous les méde-
cins n'en constatent l'existence dès qu'ils voudront se don-
ner la peine d'explorer le rachis dans tous les cas de
névralgies qui se présenteront à leur observation (').
Aussi, suis-je fort surpris de voir l'oubli inexplicable
dans lequel est tombé ce point de séméiologie, depuis que
Trousseau en a révélé l'existence. Aucun des traités de
pathologie, même les plus récents, aucun recueil d'obser-
vations ou de leçons de clinique n'en fait mention. Ni Gri-
solle, ni M. Lorain, dans son édition du livre de Valleix,
ni Niemeyer, ni Axenfeld, ni Jaccoud, dans leurs traités
de pathologie interne, n'y font allusion. Enfin, M. Rigal,
dans la thèse qu'il a récemment soutenue pour le concours
d'agrégation, n'en parle pas davantage, et cependant il
s'occupe longuement de la pathogénie des névralgies et
de leur origine soit spinale, soit périphérique.
Cette omission est vraiment singulière, et la publication
de mes observations n'eût-elle d'autre résultat que de rele-
ver de l'oubli un symptôme important, que cela suffirait,
je crois, pour la rendre utile et opportune.
Mais un examen attentif de ces observations n'a pas
tardé à faire surgir dans mon esprit l'idée d'un rapproche-
ment entre les névralgies avec douleur apophysaire et
l'affection désignée sous le nom d''irritation spinale, et à
laquelle les médecins anglais et allemands ont fait jouer un
très-grand rôle dans la pathogênie des maladies nerveuses.
(l) Au moment où je livre ces feuilles à l'impression, le Dr Douaud
me communique une observation dans laquelle il a récemment constaté
le point apophysaire.
Cette affection n'a jamais été acceptée en France, en
tant qu'espèce morbide distincte, que par deux patholo-
gistes : Ollivier d'Angers (') et le professeur Axenfeld (2).
Tous les autres médecins en ont nié l'existence, la consi-
dérant comme un simple symptôme lié à des maladies très-
diverses.
Aussi n'en trouve-t-on la description que dans les ou-
vrages des deux auteurs que je viens de nommer. Jusqu'à
ces derniers temps, je ne connaissais cette affection que
par la description qu'en a donnée Ollivier, et comme il ne
donne qu'un résumé très-incomplet et très-insuffisant des
observations sur lesquelles il s'appuie, une grande confu-
sion résulta pour moi de cette lecture, et je continuai à
me demander si Virritation spinale ne se confondrait pas
tout simplement, avec la névralgie comme le veut Yalleix,
ou si, au contraire, un certain nombre de névralgies ne
devraient pas être considérées comme des exemples tfir-
ritation spinale?
Il ne me restait donc qu'une chose à faire pour dissiper
cette confusion : c'était de remonter directement aux ob-
servations sur lesquelles on s'est appuyé pour établir l'exis-
tence de Virritation spinale, et j'ai trouvé fort heureuse-,
ment dans l'excellent Traité des névroses du professeur
Axenfeld, des indications bibliographiques suffisantes pour
faire ces recherches. Du reste, les plus importantes de ces
observations, qui nous viennent presque toutes d'Allema-
gne et d'Angleterre, ont été traduites et résumées dans la
Gazette médicale de Paris, et je joins à la bibliographie
allemande et anglaise l'indication des numéros de ce
recueil où elles sont consignées, ainsi que l'indication
(') Olliviers d'Angers, Maladies de la moelle, 3? édition, 1837.
p) Axenfeld, Des Névroses (dans le Traité de pathologie, de Requin)..
— 9 —
des nouvelles observations que jai pu recueillir par mes
propres recherches.
BIBLIOGRAPHIE
J. Franck, Pracceos medicinte univ. P. IL, vol. I, sect. I,
p. 37.
S. Stiebel, Kleine Beitrage z. Heilmissensçhaft. Francfort, 1823,
in-8°, et Rusfs Magazin. Bd. XVI, 1824.
Allan, Glasg. med. Journal, 1S28. Brown, On Irritation of the
spinal nerves. (Glasg. med. Journal, May. 1828.)
Darwall, On Soms forms of cérébral and spinal irritation.
(Midland med. Reporter, May. 1829.)
Player, On Irritation of the spinal nerves. (Quarterly Journal of
med. sciences, 1821.)
J. Hinterberger, Beitrage z. d. Ruchrathshrankh. (Salzb. med.
chir. Zeitung, 1828, Bd. III, p. 27.) Abkandl. iïber d. Entzund.
D. Rilchenmarks, etc. Linz., 1831, in-S°.
J. Pridgin Teale, A treatise on nevralg. diseases dépend, upon
irritation ofthe spinal marron), etc. London, 1829, in-8°.
Tate. A treatise on Eysteria. London, 1830, in-8°.
J. Parish. Remarks on Spinal irritation. (Americ, Joarnal of
the med. sciences, 1832, et Archives générales de Médecine, 1832,
t. I, p. 388.
William and Daniel Griffin, Observ. on Fonctional affection of
the spinal cord. London, 1834, in-8°, et Gazette Médicale de Paris,
1835, p. 213.
Enz, Beob. ub. mehrere d. symptomat. Kranheitsfonnein, etc.
(Rust's Magazin, 1834, Bd. XLI, p. 195, Bd XLIV, p. 43.), et
Gazette Médicale de Paris, 1835, p. 726 et suiv.
J. Marshall, Pract. observ. on Diseases occasiontd by spinal
irritation. Lond. 1835, in-8°.
Cruveilher, Du point dorsal et de sa valeur thérapeutique.
(Bulletin de thérapeutique, 1837, t. XII, p. 388.)
Ollivier (d'Angers), De la moelle épinière et de ses maladies,
3e édition, 1838, t. II, p. 209. — Appendice.
J.-H. Albers, Die Reizung d. Ruchenmarhes. Hannov, Anna-
lem, Bd. III, Heft 1.)
Stilling, Unters. ilber die spinal-irritation. Leipzig, 1840, in-8°.
Grossheim, Med. Zeit. v. d. Ycreinf. ffeilh. in Preussen, 1S40,
n°23.
— 10 —
Hirscb, Beitrage z. Erhenntn. u. Heil. d. Spinalneurosen.
Kcenigsb., 1843, in-8°.
Tûrk, Abhandl. ub. spinal-irritation. Vienne, 1843, in 8°.
Eisenmann, Zur spinal-irritation. Neuemed. chir. Zeit., 1844,1.
Mayer, Ueber d. Unzulassigheit d. spinal-irrit. als besond
Krankheit. Mainz, 1849, in-8°.
G. Paton, On the nature and treatment of spinal-affeetions.
Edinb. med. and. surg. Journal, april 1850.
Thomas, Observations d'irritation spinale, par le professeur
Thomas, Gazette Médicale de Paris, 1835, p. 774.
Malone, Remarques sur l'irritation spinale, avec deux observa-
tions, Gazette Médicale, 1836, p. 278.
Waddel, Du mécanisme de quelques maladies du nerf grand sym-
pathique, par le docteur Waddel, Gazette Médicale de Paris, 1835,
p. 229.
Edw. Stanley, De l'irritation de la moelle épinière et de ses
nerfs, Gazette Médicale de Paris, 1834, p. 46.
Oreuseton, Gazette Médicale de Paris, 1836, p. 217. (Irritation
spinale consécutive à une gastralgie.)
Azenfeld, Des névroses, dans la Pathologie interne de Requin,
t. IV, p. 284.
—11 —
I
Observations de névralgies avec douleur
apophysaire (l)
Observation i. — Névralgie du trijumeau. — Point apophysaire au
niveau des deux premières vertèbres cervicales. — Guérisou par l'ap-
plication d'un vésicatoire a la nuque.
Mme X..., trente-un ans, d'un tempérament lymphatico-
sanguin, bonne constitution, vient me consulter le 28 fé-
vrier 1868, pour une névralgie trifaciale du côté gauche,
très-intense, qui la fait souffrir depuis trois jours. —
C'est la quatrième reprise de la névralgie depuis un an.
Les trois atteintes qui ont précédé, ont toujours eu une
durée d'âumoins quinze jours, et tous les traitements em-
ployés pour combattre ces trois atteintes : vésicatoires mor-
phines, sulfate de quinine, vératrine, ont échoué, et la
maladie n'avait paru s'éteindre que par épuisement.
Les deux premières branches du trifacial sont atteintes,
mais la branche ophthalmique est la plus douloureuse ; l'oeil
du côté malade est injecté, battements des artères du même
côté. J'explore la colonne vertébrale et je constate une
douleur très-vive, provoquée par la pression sur les apo-
physes épineuses des deux premières vertèbres cervicales.
Les autres vertèbres sont insensibles.
Ayant présent à l'esprit le succès obtenu par Ollivier
d'Angers, par les applications locales sur la colonne verté-
brale, et, considérant l'insuccès des traitements employés
contre les atteintes précédentes, je me décide à appliquer
immédiatement un vésicatoire de cinq centimètres carrés
(l) La plus grande partie de ces névralgies ont été observées à Saint-
Ciers-Lalande, localité paludéenne.
— 12 —
à la partie supérieure et postérieure du cou, sur la ligne
médiane.
Dix heures après l'application du vésicatoire, la névral-
gie a presque disparu. Pansement simple avec du cérat.
Cessation complète de la douleur clans la journée. Guéri-
son.
Au bout de trois mois, nouvelle récidive : application
immédiate d'un vésicatoire au même point, sans morphine.
Guérison dès le deuxième jour. Aucune récidive depuis
quatre ans.
observation il. — Névralgie du trifaeial droit. — Point apophysaire
iiux trois vertèbres cervicales. — Vésicatoire à la nuque.— Guérison.
Le 12 mai 1868, MUo X..., dix-neuf ans, d'un tempéra-
ment très-lymphatique, d'une constitution faible, vient me
consulter pour une névralgie exclusivement limitée à la
branche ophthalmique droite. L'oeil est gonflé et larmoyant.
Battements dans les artères du même côté. C'est la deuxième
atteinte depuis six mois et la quatrième depuis trois ans ;
la malade est chloro-anémique, et depuis huit mois, est
saturée de préparations ferrugineuses. Le sulfate de qui-
nine a été employé avec persévérance, mais sans succès,
contre la névralgie dont elle fut atteinte six mois aupara-
vant, malgré la périodicité bien marquée qu'elle présen-
tait et le lien qu'elle semblait avoir avec des accès anté-
rieurs de fièvre paludéenne.
En pressant successivement les apophyses épineuses des
vertèbres, je constate une douleur vive siégeant à la partie
la plus inférieure de l'occipital et le long des apophyses épi-
neuses des trois premières vertèbres Cervicales. Quand
j'augmente l'intensité de la pression, des irradiations dou-
loureuses, lancinantes, se manifestent, non-seulement dans
la branche ophthalmique qui est le siège de la névralgie,
mais aussi dans la branche maxillaire supérieure, spéciale-
— 13 —
ment dans la région malaire. Les autres vertèbres sont in-
sensibles.
Application immédiate d'un vésicatoire à la nuque; pan-
sement simple. Cessation absolue de toute douleur huit
heures après le premier pansement. Préparation de quin-
quina, à partir du troisième jour après la guérison. Pas de
récidive.
observation ni. — Névralgie trifaciale gauche. — Point apophy-
saire. —.Vésicatoire a la nuque. —• Guérison deux jours après
Le 20 février 1889, M. X..., cultivateur, âgé de trente-
neuf ans, est atteint pour la deuxième fois depuis deux
ans, d'une névralgie très-violente de la branche maxillaire
supérieure du trifaciaU Les deux points particulièrement
douloureux siègent à la région sous-orbitaire et à la région
malaire. Il souffre, depuis deux jours, d'une façon presque
continue. La pression des deuxième, troisième et qua-
trième vertèbres cervicales provoque une douleur locale
très-vive et une exaltation très-marquée de la douleur né-
vralgique. Le premier accès de névralgie dont il fut atteint
environ dix-huit mois auparavant, ayant présenté une pé-
riodicité très-marquée, le sulfate de quinine lui avait été
administré avec succès, la première dose de un gramme
ayant fait cesser la névralgie.
Je prescris donc de la quinine; mais cette fois-ci, vu la
dui'ée plus longue du premier accès, je lui en fais prendre
1 gramme S0 centigrammes, et, en même temps, j'appli-
que sûr la région malaire un vésicatoire que je panse
ensuite avec de la morphine et du cérat.
La douleur n'en continue pas moins avec la même
intensité pendant deux jours. J'applique alors un vésica-
toire de cinq centimètres carrés au niveau des trois vertè-
bres douloureuses, et après le premier pansement, la dou-
leur diminue Irès-notablêment et devient supportable. Au
— 14 —
bout de trois jours, guérison. Je n'ai pas revu le malade
depuis, et j'ignore s'il y a eu récidive.
observation sv. — Névralgie intercost.de gauche. — Point apophy-
saire. — Guérison après l'application d'un vésicatoire au niveau des
deuxième, troisième et quatrième vertèbres dorsales.
MmeX..., vingt-sept ans,d'un tempérament lymptatique,
ayant eu à plusieurs reprises des accès de fièvre intermit-
tente, mais aucune autre maladie. Depuis deux jours, elle
éprouve une douleur très-vive dans tout le cinquième
espace intercostal gauche. Je cherche les points douloureux
fixes, et j'en trouve trois : deux points postérieurs, l'un
dans la gouttière vertébrale, l'autre sur l'apophyse épi-
neuse de la deuxième dorsale; le troisième point est anté-
rieur et siège à 1 centimètre en dehors du sternum.
C'est la troisième récidive depuis deux ans.
Application immédiate d'un vésicatoire au niveau des
troisième, quatrième et cinquième vertèbres dorsales,
pansement simple, au cérat. La douleur diminue progres-
sivement d'intensité, devient très-supportable au bout de
deux jours, et le sixième jour la guérison est complète.
Observation V. — Névralgie intercostale gauche, coïncidant avec une
fièvre intermittente. — Point apophysaire.
Le 2 juillet 1869, Mm 0 X..., âgée de vingt-trois ans,
d'un tempérament nervoso-sanguin, d'une bonne constitu-
tion, me fait appeler auprès d'elle pour une douleur très-
vive qu'elle éprouve dans un point limité de la partie laté-
rale gauche de la poitrine. J'arrive le soir, à cinq heures,
la malade vient d'éprouver un frisson très-violent, le
pouls bat quatre-vingt-deux fois, la peau est chaude ; je
crois d'abord à un début de pneumonie; je percute et aus-
culte la poitrine des deux côtés avec soin, mais la respira-
tion est normale dans tous les points, pas de matité; il y a
— 15 —
seulement un peu de dyspnée. J'applique mon thermomè-
tre pendant un quart d'heure sous l'aisselle, il monte à
38°4. Je prescris une potion contenant vingt gouttes de
digitale.
Le lendemain matin, à huit heures, le pouls est retombé
à 64, le thermomètre à 37°6, plus de fièvre, plus de dysp-
née, rien à l'auscultation,' ni à la percussion ; mais, par
contre, la douleur de côté est devenue plus forte que la
veille et arrache des cris à la malade. J'explore alors avec
soin le point douloureux que me désigne la malade, lequel
est situé au milieu du sixième espace intercostal, à peu
près à égale distance de la colonne vertébrale et du ster-
num. La pression que j'exerce sur ce point très-limité
exagérant la douleur, l'idée d'une névralgie intercostale
me vient à l'esprit, et j'explore les autres points ; je ne
trouve aucun point douloureux en avant, ni dans la gout-
tière -vertébrale, mais les apophyses épineuses des qua-
trième, cinquième et sixième vertèbres dorsales sont très-
douloureuses à la pression, et la douleur ainsi provoquée
s'irradie dans tout le trajet du nerf intercostal.
Il s'agissait donc d'une névralgie intercostale compliquée
d'une fièvre probablement intermittente, et dans la pensée
que le sulfate de quinine ferait disparaître en même temps
la fièvre et la névralgie, je prescrivis 1 gr. 80 centig. de
ce sel, sans appliquer de traitement local. Le soir, à six
heures, la fièvre était revenue, mais avec moins d'inten-
sité, pour cesser à sept heures du matin. A huit heures du
matin, en effet, le pouls est à 60, le thermomètre marque
37°3. Nouvelle dose de sulfate de quinine, et la fièvre ne
revient plus, mais la névralgie intercostale, pendant tout
ce temps, n'a pas cessé de faire souffrir la malade ; je veux
alors lui appliquer un vésicatoire sur les points apophy-
saires, mais la malade s'y refuse, à cause de la nécessité
où elle est de s'appuyer sur le dos, ne pouvant s'appuyer
— 16 —
sur aucun des deux côtés sans augmenter sa souffrance.
J'applique donc un vésicatoire en ruban le long de l'es-
pace intercostal ; la douleur a beaucoup diminué le soir,
au moment où le vésicatoire est levé ; il est saupoudré de
morphine deux fois par jour, et trois jours après toute
souffrance a complètement disparu.
Je ferai remarquer la coïncidence de la fièvre intermit-
tente avec la localisation delà névralgie à gauche, parce que
Piorry admet que la névralgie intercostale, quand elle est
à gauche, engendre presque toujours une fièvre d'accès (*);
pour ma part, c'est la troisième névralgie intercostale gauche,
accompagnée de fièvre intermittente, que j'observe; mais il
ne faut pas oublier que c'est dans une localité paludéenne
que je les ai observées; en dehors de ces conditions, je crois
que la loi approximative de Piorry n'a pas été confirmée.
observation vi. — Migraine du côté gauche. — Point apophysaire à
la première dorsale.
MmeB..., âgée de trente-quatre ans, d'un tempérament
lymphatico-nerveux, est sujette, depuis l'âge de vingt-deux
ans, à des accès de migraine qui se reproduisent environ
tous les deux ou trois mois. La douleur, bien que généra-
lisée dans tout le côté gauche du cuir chevelu, présente le
caractère nettement névralgique; elle est lancinante et
d'une telle violence, qu'elle arrache des cris à la malade.
Elle jouit d'ailleurs, en dehors des accès, d'une excellente
santé.
La maladie avait, jusqu'à ce jour, résisté à tous les trai-
tements, y compris le'bromure de potassium, l'arsenic et
le sulfate de quinine.
Le 30 janvier 1869, elle me fait appeler pour un accès
(i) Voir un article de Legendre, dans la Gasette des hôpitaux, 4849,
p. 328,
— 17 —
qui diffère des accès précédents en ce que, pour la pre-
mière fois, la face de la malade est d'une pâleur telle que
son mari en est effrayé. L'oeil du côté malade ne participe
pas à cette pâleur; il est, au contraire, larmoyant, et la
conjonctive est fortement congestionnée; la pupille est
rétrécie. Comme dans presque toutes les atteintes précé-
dentes, l'accès a débuté par un vomissement de matières
glaireuses. Il y a de la photophobie. Elle éprouve, en outre,
une douleur sourde mais continue dans la partie dorsale
de la colonne vertébrale. J'explore les vertèbres, en exer-
çant une pression sur chaque apophyse épineuse, à partir
de la première cervicale ; arrivée à la première dorsale, la
pression produit une douleur très-vive, suivie des deux
phénomènes suivants :
1° Une augmentation d'intensitéde la douleur hémicrânienne;
2° Diminution progressive de la pâleur de la face gui
reprend, au bout de cinq ou six minutes, sa coloration nor-
male, à l'exception de l'oeil, dont le gonflement persiste et
dont la conjonctive reste toujours fortement injectée.
Je cesse d'exercer la pression sur l'apophyse épineuse,
et peu à peu, au bout de dix minutes, la face redevient
pâle. Toutes les autres apophyses épineuses sont insensi-
bles. Le pouls est normal, bat 65 fois, et la température
de la peau est normale.
Vers le soir, l'accès diminue notablement de violence,
et je profite de la rémission pour donner.2 grammes de
sulfate de quinine, parce que nous sommes dans une con-
trée paludéenne et que la malade a toujours constaté une
intermittence bien marquée dans les accès précédents.
L'accès revient le lendemain matin, mais avec une inten-
sité beaucoup moindre. Le soir, la malade prend 50 centi-
grammes de sulfate de quinine.
Le lendemain matin^tfj^^iOaur après ma première
visite, la douleur a ahû'i ]ë cûnfa|ù\l'emploi des antifé-
— 18 —
brifuges, mais à petites doses et en substituant au sulfate
de quinine un opiat composé de poudre de quinquina, de
miel et de sirop de fleurs de pêcher. C'est la préparation
de quinquina qui m'a le mieux réussi pour empêcher le
retour des fièvres paludéennes, après que les accès ont été
coupés par le sulfate de quinine.
La migraine ne revint, chez cette dame, que huit mois
après; c'était, de beaucoup, le plus long intervalle qui eût
été observé chez elle entre deux accès. Dans ce nouvel
accès, les points apophysaires étant plus marqués et la
douleur occupant non plus seulement la première, mais
les quatre premières vertèbres dorsales, je voulus combi-
ner, avec l'emploi du sulfate de quinine, l'application d'un
vésicatoire sur la colonne vertébrale; mais, à mon grand
regret, la malade ne voulut pas y consentir. Au bout de
deux jours, ce nouvel accès céda au sulfate de quinine ;
mais j'ai appris que, depuis cette époque, les accès étaient
redevenus aussi rapprochés qu'autrefois. Le succès obtenu
dans les autres névralgies par cette application d'un révul-
sif sur la colonne vertébrale m'autorise à penser qu'il
n'en aurait pas été ainsi, si la malade eut consenti à
cette application.
Remarques sur cette observation. — Ce n'est pas le pre-
mier exemple de douleur apophysaire observé dans la
migraine. Le Dr Jaccoud (*) cite un cas de migraine ob-
servé par du Bois-Reymond et Schacht, et dont du Bois-
Reymond lui-même est le sujet, dans lequel les apophyses
épineuses des deux premières vertèbres cervicales étaient
douloureuses à la pression.
Malheureusement, M. Jaccoud ne dit pas si la douleur
provoquée par. la pression sur les apophyses épineuses
(i) Jaceoud, Pathologie interne, t. i, p. 483.
— 19 —
était suivie, comme dans le cas précédent, d'une exalta-
tion de la névralgie hémicrânienne.
Du Bois-Reymond, s'appuyant sur ce cas de migraine
qui lui est personnel et sur plusieurs autres qu'il a obser-
vés attentivement, considère l'hèmicrànie comme une
névralgie ayant son siège dans le grand sympathique cer-
vical. Dans cette observation, en effet, presque tous les
symptômes semblent concorder avec l'hypothèse d'une
exagération de l'excitabilité de ce nerf : rétraction des
.vaisseaux, pâleur du visage, dilatation de la pupille et
retrait de roeil du côté malade. C'est une sorte de répétition
pathologique de la célèbre expérience de Claude Bernard.
Mais, dans mon observation, l'oeil est, au contraire,
gonflé et congestionné, en sorte que les phénomènes pa-
thologiques présentés par l'oeil ne concordent pas avec
ceux que présente la face. Aussi, me semble-t-il qu'au
lieu de placer le point d'origine de la névralgie hémicrâ-
nienne dans le sympathique cervical, il serait plus ration-
nel de le placer dans la moelle épinière elle-même. Cette
hypothèse me paraît d'autant plus légitime que, dans
l'observation de du Bois-Reymond comme dans la mienne,
l'existence des points apophysaires indique que la moelle
participée la maladie; que dans l'observation précédente,
la provocation de la douleur apophysaire produisait une
exaltation de la douleur hémicrânienne, et, enfin, que ces
points douloureux correspondent précisément à la région
cilio-spinale de la moelle (4); mais ce qui vient surtout à
l'appui de cette localisation, c'est que le défaut de corres-
pondance entre les phénomènes vaso-moteurs de l'oeil et
ceux de la face ne peut s'expliquer, en aucune façon, par
(t) C'est-à-dire à l'origine, dans la moelle, des nerfs vaso-moteurs de
la tête. Cette région s'étend de la cinquième vertèbre cervicale à là
sixième dorsale.
— 20 —
l'action isolée du grand sympathique, tandis que si le point
de départ est dans la moelle, ce défaut de concordance
trouve son explication dans les expériences de Claude Ber-
nard qui tendent à faire admettre deux ordres de nerfs
vaso-moteurs antagonistes : les vaso-moteurs dilatateurs, qui
partent directement de la moelle, et les vaso-moteurs cons-
tricteurs, qui dépendent du sympathique ('). Dans cette
hypothèse, en effet, on comprend très-bien comment les
constricteurs vasculaires d'une région déterminée, la face
par exemple, peuvent être excités, à leur point d'origine,
dans la moelle, ce qui produit l'anémie locale et la pâ-
leur, tandis que pour la région voisine, l'oeil par exemple,
ce sont les nerfs dilatateurs qui sont excités dans leur
centre médullaire, ce qui produit la congestion locale et
la rougeur. Il suffirait, pour expliquer la diversité des
phénomènes vaso-moteurs dans les différents cas, d'ad-
mettre que la moelle est excitée en deux points diffé-
rents (2).
Observation TU. — 30 juillet 1869 : Névralgie cervico-brachiale
droite. — Périodicité très-marquée, type tierce. — Poinls apophysaires
aux cinquième et sixième cervicales.— Guérison par le sulfate de
quinine.
observation vin. — 19 août 1868 : Névralgie lombo-abrfomina'e
droite. — Points apophysaires au niveau des troisième et quatrième
vertèbres lombaires. — Guérison à la suite de l'application de deux
vésicatoires morphines.
(!) Voir le dernier cours de Cl. Bernard, au collège de France : Revue
scientifique, 1872, p. 1,230, 1,236,4,232 et suivantes.
(2) Le point de départ de la théorie des vaso-moteurs antagonistes
est l'expérience sur la glande sous-maxillaire que Cl. Bernard a si sou-
vent reproduite dans ses cours. La glande sous-maxillaire reçoit deux
ordres de filets vaso-moteurs.: ceux qui dépendent du sympathique et
ceux qui viennent de la corde du tympan. Excitez les filets du sym-
pathique, les vaisseaux se resserreront et la sécrétion sàlivaire dimi-
nuera; excitez, au contraire, la corde du tympan, les vaisseaux de la
glande se dilateront et la sécrétion sàlivaire augmentera.
— 21 —
Observation IX. — 20 décembre i 868 : Névralgie scialique droite.
— Points apophysaires correspondant aux apophyses épineuses des
deux premières vertèbres sacrées. — Traitement à bâtons rompus par
la faute du malade. — La maladie passe a l'état chronique.
Observation X. — 13 février 1869 : Névralgie scialique double. —
Points apophysaires aux trois dernières vertèbres lombaires et aux deux
premières vertèbres sacries. — Emploi simultané d'un vésicatoire
appliqué sur la colonne vertébrale au niveau des vertèbres lombaires et
de capsules de térébenthine. — Diminution de la douleur. — Guérison
après un mois de traitement.
Observation XI. — i février 1869. — Névralgie «italique droite. —
Points apophysaires au niveau des deuxième et troisième vertèbres
lombaires. — Guérison à la su.te de l'application de pommade stibiée
sur-le rachis, au niveau des quatre premières vertèbres lombaires.
Observation xil ('). — Septembre 1872 : Névralgie intercostale
gauche et névralgie trifaciale droite. — Trois points apophysaires.
Mmo X..., dix-neuf ans. Il y a trois ans, début de la
névralgie intercostale gauche, s'accompagnant de diminu-
tion du bruit respiratoire, à l'auscultation, la malade cher-
chant le moins possible à augmenter la capacité de sa poi-
trine de ce côté ; en outre, douleur entre les deux épau-
les et au niveau du sternum, amaigrissement considérable,
chloro-anémie.
Traitement : vésicatoires, application de chloroforme (pas
d'amélioration). Un traitement général : fer, quinquina,
arsenic, améliore cet état, sans faire toutefois disparaître
complètement la névralgie intercostale. Mariage il y a dix
mois; quatre mois après le mariage, la névralgie, qui
n'était qtiengourdie, se réveille et augmente chaque jour
d'intensité. La malade revient me consulter le 18 septem-
bre. Je constate : névralgie intercostale gauche avec, points
de Valleix, latéral et postérieur (gouttière, vertébrale au
(f) Cette observation m'est communiquée par le D' Douaud, de Bor-
deaux.
2
_ 22-
niveau de la huitième vertèbre dorsale), pas de point anté-
rieur; en outre, névralgie trifaciale à droite, avec exacer-
bation tous les soirs vers cinq heures (point douloureux
sus et sous-orbitaire). Je cherche les points apophysaires et
j'en rencontre trois très-manifestes :
1er au niveau de la T cervicale.
•-•--•■ 2» — 4e dorsale.
3e — 8e dorsale.
Des palpitations de coeur succèdent aux exacerbations de
la névralgie intercostale et fatiguent beaucoup la malade.
Pas de lésions organiques, ni du coeur, ni du poumon.
Un peu de chlôro-anémie, inappétence. Prescription :
Toniques, quinquina, fer, applications de chloroforme au
niveau des points apophysaires, me réservant d'en arriver
aux vésicatoires et aux pointes de feu.
Je joins aux observations précédentes quatre observa-
tions anciennes, que je trouve dans la Gazette médicale
de Paris.
observation xoi (l) (Griffin). — Céphalalgie frontale et surdité
augmentant par la pression sur les vertèbres cervicales. — Guérison
' par les purgatifs et les vésicatoires. ''-■■•■
J. O'Brien, âgé de quatorze ans, dit éprouver depuis
un an une douleur très-vive au front et dans toutes les par-
ties supérieures de la tête, accompagnée de surdité. La
pression sur la première et la seconde vertèbre cervicale
détermine une violente douleur au sommet de la tête. Il
guérit par l'emploi des purgatifs et par l'application d'un
vésicatoire à la nuque.
(») Gazette médicale de Paris, 1838, p. 274.
— 23 —
Observation xiv ('). — Douleurs aiguës dans les deux mâchoires et
les joues, augmentant par la pression sur les premières vertèbres cer
vicales.
E. V..., âgé de quatorze ans, se plaint d'une douleur
qui occupe les deux mâchoires, toutes les dents et la
joue du côté droit. Cette douleur semble partir de l'angle
de la mâchoire, immédiatement au-dessous de l'oreille, et
s'étend jusque sur le col et jusqu'à la clavicule. La pres-
sion sur les premières vertèbres cervicales détermine
des douleurs lancinantes qui pénètrent dans toutes les
dents.
observation ÏT (2). — Douleurs qui suivent la distribution des
branches do la cinquième paire, augmentant par la pression sur les
vertèbres cervicales.
Anne Dary, âgée de trente ans, dit éprouver fréquem-
ment une céphalalgie avec sensibilité de tout le cuir che-
velu et des douleurs très-aiguës qui suivent la division
des divers rameaux de la cinquième paire à la face. Ces
douleurs s'étendent au col et jusqu'au bras gauche, et
l'empêchent de travailler. La pression sur toutes les ver-
tèbres cervicales détermine les mômes douleurs et clans
les mêmes points que nous venons d'indiquer. .
observation xvi (3). — Chlorose, douleurs dans l'estomac et le ventre
augmentant par la pression sur les vertèbres lombaires avec besoin
immédiat d'uriner. — Guérison par les vésicatoires appliqués sur le
sacrum, et le carbonate de fer.
Une jeune dame, qui avait toujours joui d'une bonne
santé, devint tout à coup très-délicate; elle se plaignit
fréquemment de violentes douleurs dans l'estomac et le
ventre. Elle avait perdu l'appétit et la fraîcheur; ses joues
(i) Gazette médicale de Paris, 1S35, p. 274.
( 2) Ibidem., p. 275.
p) Ibidem, p. 277.
— 24 —
s'étaient creusées; sa peau avait pris une couleur chloro-
tique prononcée. Comme on ne put trouver aucun signe
d'une affection du foie, de l'estomac ou de l'utérus, on
examina le rachis et l'on trouva une sensibilité extrême
dans toute l'étendue du sacrum, mais à laquelle elle
n'avait fait aucune attention, ne pensant pas qu'elle eût
aucun rapport avec son état de souffrance. Cette sensibi-
lité existait à un degré plus ou moins fort depuis plus de
deux ans; elle avait beaucoup augmenté depuis quelque
temps et était presque insupportable lorsque la malade
allait en voiture. Ce que ce cas offrait de plus remarqua-
ble, c'est que la plus légère pression sur la partie doulou-
reuse déterminait immédiatement le besoin d'uriner. Elle
se plaignait encore quelquefois de douleurs et d'un senti-
ment d'engourdissement dans les extrémités inférieures.
Toutes les souffrances de cette dame furent complètement dis-
sipées en cinq ou six semaines, par l'application de sangsues
et de vésicatoires au sacrum. A l'intérieur, elle prit de for-
tes doses de carbonate de fer et quelques apéritifs.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.