Du progrès en Tunisie / par O. Noël & V. de Girard de Charbonnière

De
Publié par

les libraires (Paris). 1867. 16 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1867
Lecture(s) : 31
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 14
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

DU
PROGRÈS
EN TUNISIE
DU
PROGRÈS.
.TUNISIE ^
PAR
0/ SQEJU & Y. DE GIRARD DE CHARBONNIÈRE
PARIS
CHEZ TOUS LES LIBRAIRES
1807
Do tous les États qui composent lo sol africain, la
Régence do Tunis est certainement celui qui, par son
gouvernement sage, ses moeurs civilisatrices et son
importance commerciale, est appelé à régénérer cette
contrée qui fut lo berceau de tant d'États puissants
et vit s'étioler tant de cités tlorissantes. Héritière du
génio do Carthage, Tunis a continué glorieusement
son oeuvre, et certes, aujourd'hui, elle peut rivaliser
avec les grandes nations européennes par son com-
merce, son industrie et ses produits agricoles.
Depuis soixante ans surtout, sous l'impulsion bien-
veillante do ses souverains, cllo a mis en activité tous
— G —
les ressorts do son intelligence et no laisso rien a dé*
sirer a riieuro qu'il est dans la fabrication dos objets
industriels et des instruments do culture. Cetto partie
si intéressante et si importante dans lo gouvernement
d'un État a été l'objet des plus tendras sollicitudes do
la part du souverain qui règne sur cetto contrée, et
des emprunts habiloment ménagés lui ont permis do
donner aux idées civilisatrices do son royaumo un
essor nouveau, et qui portera des fruits dans l'avenir.
Rivale des grandes cités européennes, Tunis peut
offrir a l'admiration du voyageur qui la visito, la
majesté et la richesse de ses monuments. Ou dirait
que, sortant do ses ruines, l'esprit do Carthago a
soufllô sur ses débris, et qu'une nouvelle Didon lui a
rendu cette antique splendeur qui embrasait l'univers.
Ses habitants, imitant les vertus do leurs pères, tra-
vaillent chaquo jour à augmenter ses richesses et sa
puissance. Dirigés par un chef habile, ami do son
royaumo, ils ont vu s'élever des chantiers importants
où se construisent des navires immenses, chargés
d'aller répandre chaquo jour dans les nations do l'Oc-
— 7 —
ciclent les trésors do leur industrie. Do vastes maga-
sins ont été bâtis et renferment dans leur sein d'abon-
dantes moissons qui servent a alimenter lo pays : des
phares majestueux sont sortis du néant et annoncent
aux matelots perdus sur la mer qu'ils trouveront la
un refugo contre l'orage et l'hospitalité patriarcalo ih
l'Orient.
La Tunisie renferme dans son sein do riches mines
d'argent, do cuivra, do plomb, do mercure et do sol.
Des travaux habilement exécutés permettent d'exploi-
ter ces trésors dont la nature semble avoir comblé cette
bello contrée, et c'est là une des branches commer-
ciales les plus importantes do Tunis, qui vient échan-
ger ces richesses contro les produits industriels do
l'Àfriquo et do l'Europe. Ello possèdo en outre un
grand nombre do sources minérales et thermales, qui
attirent do nombreux étrangers et font do Tunis lo
contro d'une population élégante et richo, qui vient
demander la santé aux sources d'eau chaude et apporte
en échange son or et lo raffinement de la civilisation.
L'agriculture a pris aussi d'immenses accrois-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.