Du surnom de Cautopates donné à Mithra, sur une inscription nouvellement découverte à Friedberg / par M. de Ring,...

De
Publié par

J. Techener (Paris). 1853. 16 p. ; in-16.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1853
Lecture(s) : 7
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

~O2h227
DU SURNOM
DE
CAUTOPATES
DONNÉ A MITHRA -
WT^S^IPTION NOUVELLEMENT DÉCOUVERTE A FRIEDBKRG,
PAU
M. DE RING,
AUTEU">~*±îî?rï"E SUR LES ÉTABLISSEMENTS ROMAINS DU RHIN FT DU DANUBE
rRrNCIPA I.EMENT DANS LE SUD-OUEST DE L'ALLEMAGNE.
PRIX: 75 C.
PARIS,
J. TECHENER, PLACE DE LA COLONNADE DU LOUVRE, 20.
TREUTTEL ET WÙRTZ, LIBRAIRES, RUE DE LILLE, iO.
STRASBOURG,
Mt JU E 1\1 AIS 0 N, GR AN D'R U E, 15.
1853.
3
227.
©
STRASBOURG , ISSPRIMfcRIF. DE <">■ SIl.BhRMANN.
'- j
A MONSIEUR FÉLIX LAJARD,
MEMBRE DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES.
MONSIEUR,
Qu'il me soit permis de vous offrir ce court Essai sur Mithra et sur
un monument qui a rapport à ce dieu, dont vous avez si bien étudié
le culte antique. En le faisant, je n'ai point la prétention de vous dé-
voiler des mystères dont mieux que moi, sans doute, vous avez deviné
le sens, mais de vous donner de nouveaux moyens de comparaison et
d'étude. Puisse cet hommage que je me plais à vous faire me rappeler
à votre bienveillante affection.
Strasbourg. Avril 1853.
M. DE RING.
INSCRIPTION
- DÉ
MITHRA CAUTOPATES.
De nouvelles découvertes viennent chaque jour
enrichir le domaine de la science.
J'ai rendu compte, dans mon Mémoire sur les éta-
blissements romains du Rhin et du Danube, principale
ment dans le sud-'ouest de l'Allemagne, des différents
femples de Mithra dont les ruines ont été trouvées
sur le Mein, sur le Rhin, sur le Taunus et en avant du
Necker. J'ai transcrit les inscriptions les plus remar-
quables adressées à ce dieu par les soldats des lé-
gions sorties de l'Orient, et j'ai surtout fait mention
des localités où le mythe astronomique qui le con-
cerne, buriné en relief sur le marbre ou la pierre,
gisait au sein des décombres de ces temples..Cette
- publication est à peine achevée depuis trois mois,
que je reçois une nouvelle inscription où le dieu per-
sique est invoqué sous le nom de Cautopates, expres-
sion doublement intéressante sous le rapport philo-
logique comme sous le rapport religieux.
6 INSCRIPTION
Cette inscription a été trouvée à Friedberg, petite
ville de la Hesse, située en Wetteravie, non loin de
l'antique rempart romain. La ville, posée sur l'Es-
bach, au pied de la chaîne du Hcehe, est dominée par
le château où résidaient autrefois les burgraves aux-
quels elle était tenue, depuis le quinzième siècle,
à prêter foi et hommage, après que l'empereur avait
confirmé leur élection. Les murs du château, élevés
au moyen âge, reposent sur d'antiques constructions
romaines, et lorsqu'on fouilla le pied du roc sur le-
quel il est bâti, l'on découvrit en masse des mon-
naies, des débris de poteries et d'urnes, des restes
de tuyaux en argile pour l'écoulement des eaux, et
des briques avec les chiffres de la quatorzième et de
la huitième légion, qui toutes deux, comme je l'ai
mentionné dans mon Mémoire, ont laissé des traces
de leur séjour sur le Taunus. Sur une plaque ronde
d'airain était le numéro de la vingt-deuxième légion,
et sur une pierre votive, aujourd'hui déposée dans
l'église du lieu, le nom d'une cohorte recrutée à
Damas, dans la Cœlesyrief.
Ces restes prouvent évidemment qu'en arrière du
grand rempart qui, comme je l'ai décrit dans mon
Mémoire, fermait le pays, et qui, venant de Pohl-
heim et de Pohlgœnz, passait près de Butzbach et
de Kapersbourg pour atteindre Sickelsbourg et Saal-
bourg, un castel avait aussi été placé en seconde
ligne là où plus tard s'éleva le château de Friedberg,
qui est nommé pour la première fois dans un do-
cument de 1217.
t Cokors flavia Damascenorum.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.