Eaux minérales de Guillon près Baume-les-Dames Doubs...

Publié par

1871. In-12. Pièce.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1871
Lecture(s) : 16
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 16
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

EAUX MINERALES
ELE GUILLON
l'HK»
mL'ME-LES-UAMES
(DOUBS)
SI.K I.A I.IliXE DE DIJOX A BELFOBT
N I C E
TYPOGRAPHIE V.-ECOÈNB GAUTHIER ET COMPAO.XIE
1871
Nice. — Imprimerie V .-Engine Gauthier et <_■».
EAUX MINÉRALES DE GUILLON
PRÈS BAUME-LES-DAMES (DOUBS)
sl'H I.A MON 12 DE DIJON A I3ELKORT
La source minérale de Guillon, très anciennement
connue et utilisée [>ar les malades de la contrée, n'a été
signalée a l'attention du public médical que vers la un
du siècle dernier.
Un Mémoire présenté à l'Académie, — alors Société
Royale de Médecine de Paris, — par le docteur Damolte,
médecin en réputation à Baume-les-Dames. fut l'objet
d'un rapport favorable que l'on peut retrouver dans les
comptes-rendus de cette Compagnie à la date du 13 juin
1786. De Li porte et Fourcroy, rapporteurs, déclaraient
« qu'il était suffisamment prouvé que l'eau de Guillon
est de nature sulfureuse, et qu'elle convient parfaite-
ment au traitement des maladies de la peau, des articu-
lations, etc. »
Depuis cette époque jusqu'à-nos jours, l'eau de Guil-
lon a été, à plusieurs reprises, chimiquement étudiée.
Les analyses anciennes ont été faites par Tiiénard, par
DesfosFes et par Pouillet; la plus récente, en date du
mois d'août 1871, est due à M. Ossian Henry, de l'Aca-
— 4 —
demie de Médecine; elle a été faite surplace et avec
tous les soins et toute l'habileté que ce savant chimiste
apporte aux travaux de ce genre.
PHOPMKTÉS PHYSIQUES ET COMPOSITION' CIUMIQI'E
« L'eau de Guillon, dit M. Ossian Henry, sort de ter-
rains jurassiques calcaires, dans lesquels ou compte
Mirtout le calcaire oolilhique, du sel gemme avec du
gypse, des lignites, etc.; elle est d'une limpidité par-
faite, fraîche (13° c], agréable à boire, malgré son
léger goîit sulfureux, et peut-être absorbée en grandes
quantités.
« La détermination de la proportion de l'élément
sulfureux a été faite au moyeu du sulfliydromèlre,
avec une teinture d'iode récemment préparée, et d'après
la formule de M. Filhol, sur les tables de Dupasquier.
Avec l'eau prise soit au griffon, soit à la buvette, j'ai
obtenu, en moyenne, de beaucoup d'essais, par litre
8°, 2, qui représentent soufre total 0,0104 grammes,
acide sulfhydrique 0,01109 grammes, en centimètres
cubes 7,166.
« L'ébullition la trouble en laissant dégager un peu
d'acide carbonique, mais elle garde assez longtemps
tles indices de sulfuralion. Lorsque la température n'a
été élevée qu'à 50° c, cette eau ne perd sensiblement,
rien.
« Il en est de même pour l'eau transportée en bou-
teilles; je l'ai trouvée, au bout d'un mois, marquants",
c'est-à-dire ayant conservé sa richesse première à peu
— 5 —
près complète. J'ai aussi examiné l'eau qui était en
bouteille depuis deux ans, elle marquait 6\2.
« L'analyse chimique faite sur place, le 22 août 1871
et les jours suivants, a donné par mille grammes les
résultats que voici :
„ . . [Azote. prarames 0,00200'.
Pnniq.es \ Af> Ca,.ljonif 110 Hbre- 0.<M 100
* olntlls I Ai-. Sulfhvd. ique libre. 0,00283
Sulfure caleique. 0,01510
• Avec Sulfure Mapn£sique. indices.
1 Hirarboiiate do Chaux. 0,181001
Hii-arbonate de Ma^m-sie. 0,<i7400l
l Sulfates de Chauxetde Soude. 0,020001 Principes
1 Chlorure de Sodium. 0,319001 Minerali-
Priwines ICIi'orure de Potassium. sensible./ sateurs
Fixes' Silii-ate terreux. _ O.030001 Ogr.65723
j Matière organique. indéterm I
I l-'er. Phosphate de Chaux. Indiqué t rares I
f I.ithine et lodure, 0.00000 |
j Biomure Alcalin. traces sensibles |
lîau pure. 999,34277 I
Total. 1000,00000 '
La pesanteur spécifique a été trouvée égale à 1,017.
Après avoir exposé le manuel opératoire qui lui a
fourni le résultat ci-dessus énoncé, M. 0. Henry ter-
mine sa notice en disant :
« L'eau de Guillon appartient donc à la section des
eaux imnèva\essidf'liydratees,sulfhydriquées, calcaires.
Elle doit prendre rang à côte des eaux de ce genre :
Enghien, Pierrefonds, Schinznach, qu'elle égale à peu
près. Au point de vue de la minéralisation par le sou-
fre, on pourrait la mettre en regard des Eaux-Bonnes,
des lîaux-Chaudes, de celles de Saint-Sauveur, ou de
quelques sources du môme genre de la chaîne des Py-
— 6 -
rénées, qui, toutefois, par leur thermalitô et leur nature-
sodique, doivent avoir des différences d'action.
« En prenant en considération, ajoule-t-il, la nature
sulfureuse de cette eau, dont les bons effets dans une
foule d'allections sont constatés depuis longues années
et bien reconnus aujourd'hui, on ne peut mettre un
instant en doute que cette eau ne soit une richesse
réelle pour le pays qui la possède. Et en considérant sa
position dans l'Est de la France, à peu de dislance de
l'Alsace et de la Lorrain1?, où elle complète heureuse-
ment les ressources hydrologiques de Plombières, de
Salins, de Bains, de Luxeuil, de Bussati^, de Con-
trexèville et de Vittel, et o.'i elle est seule de son espèce,
elle mérite une attention toute particulière du corp*
médical français.
« Le débit abondant de la source, que j'ai trouvé être
de 36,000 à 37,000 lities pour vingt-quatre heures, la
facile conservation de l'eau en bouteille pour son expé-
dition au loin, son administration bien dirigée en
boisson, en inhalations, en bains et eu douches de tou-
tes sortes, concourent à en assurer le succès.
« Là s'arrêtent, dit M. 0. Henry, les appréciations du
chimiste ; c'est au médecin à expliquer si les principes
minéralisateurs reconnus dans leau peuvent justifier
des spécialités d'action, soit par la nature de quelques-
uns d'entr'eux, soit par leur association. »
ACTION PHYSIOLOGIQUE ET CU1UTIVK
Quand le médecin veut expliquer l'action thérapeu-
tique des eaux minérales par les renseignements que

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.