Éloge de Casimir-Périer, ministre d'État : ode / par A. de Coinces

De
Publié par

impr. de A. Pinard (Paris). 1833. 16 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1833
Lecture(s) : 0
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

(ÉlofllC
DE
eae alau
MINISTRE D'ÉTAT.
ODE
PAR A. DE COINCES.
On n'aime que la gloire absente ;
La mémoire est reconnaissante,
Les yeux sont ingrats et jaloux.
LEBtOTI.
IPAUltzo
IMPRIMERIE ET rOHDEKIB DE A. PINARD,
QUil VOLTAIRÏ, |5, 1 PARIS.
1833.
r
ÉLOGE
DE
r
CASIMIR PERIER
MINISTRE D'ÉTAT.
Q)2)S
p4r te €oïn<t$.
On n'aime que la gloire absente;
La mémoire est reconnaissante ,
Les yeux sont ingrats et jaloux.
( LF.I'.HU*. )
PARIS.
IMPRIMERIE ET FONDERIE DE A. PINARD,
QUAI VOLTAIRE, 1 5.
1833.
,
œaaœœ
DE
cassuâtâb rutâkmtlsla
MIBIITRE D'ÉTAT
Où trouver le ministre sage,
Fidèle au pays comme au Roi,
Des libertés réglant l'usage,
Ramenant l'ordre par la loi ?
Eprouvé dans la polémique,
Il peut, orateur méthodique,
Porter le fardeau du débat ;
Conjurer la haine étrangère,
Traiter de la paix, de la guerre,
Sans trahir l'intérêt d'Etat.
- 4 -
Ainsi, la France monarchique
Réclamait un homme nouveau :
Il paraît, ce mortel unique;
Diogène éteint son flambeau.
Viens, Périer Lit. mais ton ame ardente
Aura-t-elle de l'amiante'
Le privilège précieux ?
Si Dieu ne t'a fait cette grace,
Va demander un cœur de glace
A Talleyrand, toujours heureux.
Noble modèle de constance,
Pendant quinze ans, au même lieu,
Du député la résistance
Fronda Villèle et Richelieu.
Sur tout portant son œil austère,
Aux trois cents voix du ministère
Notre or est par lui disputé.
Souvent, de la dette publique,
Il dut, financier véridique,
Corriger le chiffre flatté.
5
Renversant la blanche bannière,
La liberté reprend l'essor ;
Son drapeau revoit la lumière ;
Le peuple admire et doute encor.
Mais l'airain, de cette victoire
Va perpétuer la mémoire :
Le fondateur du monument
Négligea bientôt son ouvrage ;
Dans ses goûts le Français volage
Suit le caprice du moment. -,
Du peuple ô fatale inconstance!
De beaux jours triste lendemain!
Des grands hommes la récompense
Sera l'ostracisme inhumain.
Aristide, de sa carrière
En appelle à la Grèce entière;
Dans le doute tout est remis :
Autour de lui l'inquiétude,
Les soupçons de la multitude.
Le pouvoir n'a donc plus d'amis!.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.