Éloge du paraître

De
Publié par

'Le paraître est du côté de la civilisation. C’est le moins qu’il puisse faire, puisque c’est lui qui l’a créée. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il a commencé à se soucier du regard de l’autre sur lui, et de l’opinion qu’on pouvait entretenir à son sujet, en face. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il s’est vu dans un miroir, ou dans le cours, Narcisse, d’une onde claire. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il est sorti de l’être : il voulait voir un peu de quoi l’être avait l’air, vu de l’extérieur. Nous appellerons paraître cette légère couche de paranoïa qui a inventé la ville et même la cité, la civilité, la convention, l’art, la morale, la littérature et le geste inutile. Jeune, c’est par vanité qu’on se regarde dans les miroirs ; plus tard c’est par prudence, ensuite par politesse, et finalement par modestie.'
Publié le : vendredi 25 novembre 2011
Lecture(s) : 103
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818009123
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Éloge du paraître
Renaud Camus
Éloge du paraître
P.O.L e 33, rue SaintAndrédesArts, Paris 6
© P.O.L éditeur, 2000 (Première édition : Sables, 1995) ISBN : 286744764X
À Monsieur, Monsieur Emmanuel Carrère gentilhomme françouès, en béate mémoire de son arrièregrandoncle Guillaume deWied, roi d’Albanie.
Je possède dès que j’y entre Ce jardin, Besme, plus que vous ne le possédez.
Claudel,La Ville.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant