Éloge historique de M. le comte de Maurepas, ministre d'État sous Louis XV et Louis XVI, par M. l'abbé Guyot,...

De
Publié par

Didot l'aîné (Paris). 1782. In-8° , 31 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1782
Lecture(s) : 6
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 29
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

ÉLO G E
DE M. LE COMTE
DE MAUREPAS.
ÉLOGE
HISTORIQUE
DE M. LE COMTE
DE MAUREPAS,
MINISTRE D'ÉTAT,
Sous LOUIS XV ET LOUIS XVI.
Par M. l'Abbé GUYOT,
Prédicateur ordinaire du Roi.
A PARIS,
Chez DIDOT L'AÎNÉ > Imprimeur du Clergé en furv.
rue Pavée S. A.
Et ALEX ANDRE JOMBERT JEUNE , rue Dauphine.
M. DCC. LXXXII.
ELOGE
H I S T OR I Q U E*
DE M. LE COMTE
DE MAUREPAS.
E AN-FRÉDÉRIC PHEIYPEAUX,
Comte de Maurepas, naquit à Ver-
failles en 1701, de JÉRÔME PHELY-
PEAUX, Comte de Pont-Chartrain,
Secrétaire d'Etat de la Marine ; &
D'ELEQNORE DE ROYE DE LA RO
CHEPOUCAUD.
cet Éloge, bien plus l' ouvrage du fentiment
que celui de l'esprit, & que l'Auteur avoit tracé
pour sa satisfaction personnelle, fût toujours restç
inconnu, si, comme il l'avoit espéré, une main
plus habile eût rempli l'attente du citoyen,
6 E L O G E -
Un homme ne naît point Minis- ;
tre; mais, quand la Providence l'a des-
tiné à gouverner les hommes, il s'an-
nonce bientôt par le germe des grandes
qualités qui doivent un jour élever son
ame à la hauteur de ce sublime em-
ploi. Le Temps *, qui se traîne len-
tement pour façonner tant d'hommes
médiocres, prend ses ailes pour former
un homme d'Etat : celui-ci a une car-
riere trop étendue à parcourir, pour
rester long-temps enfant.
C'est à la fin de son troisième lus-
tre, ( Novembre 1715,) que le Comte
de Maurepas est dévoué à l'Adminis-
tration. Ce premier rayon de sa gloire
n'est point encore un hommage de
la confiance publique : on voit que,
B. Gracian j el Hombre in su punto. .
DE M. DEMAUREPAS. 7
par ce choix, l'Etat veut s'acquitter en
partie de ce qu'il croit devoir aux an-
cêtres du jeune Ministre. Mais, si l'on
fait attention à la main qui le place,
on reconnoît bientôt le génie de ce
grand Prince * qui, dans le premier
essor de l'esprit, en pénétrois tous les
succès ; voyoit l'homme pour ainsi
dire en entier dans les linéaments de
la jeunesse, & calculoit moins les an-
nées que les progrès du génie & de la
raison.
Tout jeune qu'étoit le Comte de
Maurepas, il dut plaire à ce Prince.
Une mémoire heureuse, une péné-
tration vive, un génie qui déjà se por-
toit à l'observation des hommes, le
goût de l'application, un esprit doué
Philippe, Duc d'Orléans.
8 EL Ò G E
de cette gaieté inaltérable qui dépouil-
le les affaires de leur aspérité, le sen-
timent noble d'un zèle épuré póuí
l'honneur de la Nation,une âme éga-
lement élevée au-dessus de la flatterie
& de la méchanceté des hommes, pla-
nant en liberté fur les intrigues péni-
bles & fur les querelles dés Cours s
donnoient à M. de Maurepas bien des
titres à l'affection du Régent, dont il
se rapprochoit par ce caractère.
Auffi, tandis qu'une Régence ora-
geuse préparoit par des coups- d'état la
richesse de la Nation & les douceurs
d'une Administration paisible ; tandis
que la Cour & Paris étoient en proie
aux révolutions les plus- étonnantes
dans les honneurs & dans les fortunes;
le jeune Comte de Maurepas culti-
voit dans la plus grande sécurité les
DE M. DE MAUREPAS. 9
sciences qu'il aima toujours, ses talents
dont il se sentoit comptable envers la
patrie, la connoissance des hommes,
qui fera toujours la première science
du Ministre : il protégeoit les arts ;
il entretenoit, il animoit dans les Ar-
tistes ce feu d'une noble émulation,
ce flambeau qui s'étoit allumé dans les
beaux jours de Louis XIV. Secrétaire
d'État au département de la Maison
du Roi & de Paris, cette place four-
nit un aliment continuel au goût, au
génie avide & curieux du Comte de
Maurepas.. L Académie d'Architec-
ture qui jusqu'alors n'avoit point eu
d'existence légale la reçut par les Let-
tres-patentes de 1717. On ne +pou-
voit le citer encore pour aucune opé-
ration politique ; mais les accroisse-
ments que prenoient fa rajson & son
B
10 ÉLOGE
génie, cet art qu'il avoit déjà d'inté-
resser à sa gloire & de faire pardonner
ses talents aux envieux, faifoient dé-
sirer de le voir à son poste. Le Régent,
qui d'abord avoit soumis la jeunesse
de M. de Maurepas à l'expérience d'un
ancien Ministre, le livra bientôt entiè-
rement à son génie. Six à sept années
niises à profit lui ouvrirent une car-
rière encore plus étendue*, en réu-
nissant à fa place le département deia
Marine , que le Marquis de la Vril-
liere remit entre ses mains.
Qu'on ne s'attende point à voir
cette partie de l' Administration autant
vivifiée qu elle eût pu l'être par le gé-
nie brillant & actif du Comte de
Maurepas, & par cet amour de la
* Août 1723..
DE M. DE MAU'REPAS. II
gloire qui saisit toujours un Ministre
en entrant dans fa carrière. Plus d'une
fois la France a dû à cette passion son
.bonheur & de grands succès.
II est des cas ou l'Administration
doit paroître avec éclat, pour tenir en
respect les Puissances voisines, & ren-
dre son pavillon redoutable. Ainsi,
lorsqu'après avoir épuisé toutes les res-
sources d'un génie conciliant, après
avoir fait au bien de la paix des sacri-
fices dictés par la sagesse, après avoir,
en repoussant quelques attaques in-
justes , économisé pour ainsi dire la
vengeance, on voit un Peuple orgueil-
leux prétendre maîtriser sur les mers
toutes les Nations, & appesantir sur
ses propres Colonies un joug de fen;
il est d'une Puissance accoutumée à
donner le ton à l'Europe, & célèbre
12 EL O,G E
par la protection qu'elle a toujours ac-
cordée aux opprimés, de déployer ses
forces & de rétablir, par des coups de
vigueur, une précieuse égalité.
Le Comte de Maurepas, à.son
entrée en exercice, trouva la France
heureuse & paisible.. Elle s'occupoit
de réparer ses pertes & de rétablir Tor-
dre , fous le ministère de ce vertueux
Prélat qui, par son économie & sa
fàgeffe, servoit plus efficacement la
Nation, que ne l'eût pu faire dans
ces circonstances une ame trop pas-
fionnée ou un génie tranchant.
Un Auteur * a dit que plusieurs
Princes eussent été les fils.de la renom-
mée , s'ils l'eussent été de la saison ;
parceque c'est celle-ci sur-tout qui,
* E. Gracian.
D E M. D E M AU R E PA S. 1 3
dans Tordre politique, imprime aux
actions leur caractère moral. Témoin
de beaucoup de révolutions, le Com-
te de Maurepas avoit appris à distin-
guer les temps, les occasions Sc les gé-
nies; mais il savoit, comme Pline le
jeune *, que les raisons de faire ou de
ne pas faire varioient dans la même di-
versité. II ne chercha donc point à don:
ner aux affaires fa propre impulsion;
il lui suffit alors de concourir à,celle
qui sembloit assurer-le bonheur des
François.
Malgré cette espèce de quiétude
politique, on pourroit citer plusieurs
coups d'Etat, qui, par des succès mar-
qués firent respecter à l' Angleterre le
pavillon françois, tantôt en protégeant
* Plin. 1. 6, ep. 27.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.