En prison

De
Publié par

Il y a quelques années, on lui proposa d’être professeur en prison. Il accepta sans penser à l’injustice qui nous aveugle devant les hommes qui ont échoué, qui sont coupés du monde. Sans savoir de quelle inquiète façon il aurait à être sur ses gardes de peur de les aimer vraiment. Sortir de la prison, retrouver les autres lui deviendra peu à peu difficile, étrange, une souffrance à laquelle il ne pourra résister et qui, doucement l’amènera à abandonner sa vie du «dehors». Le mot «compassion» retrouve avec ce texte toute son ampleur dérangeante.
Publié le : mardi 26 janvier 2010
Lecture(s) : 32
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782846828598
Nombre de pages : 100
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Enprison
DUMÊMEAUTEUR
Chezlemêmeéditeur
LACONSOLATION,roman,1991. DESCHOSESIDIOTESETDOUCES,roman,prixduLivreInter,1993. COMPRENDREETCOMPATIR,essai,1993. COMMEDESANGES,roman,1994. EST-CEQUETUM'AIMES?,roman,1995. LEDIEUQUIÉTAITMORTSIJEUNE,1995. L'ENNEMID'AMOUR,1995. LESINNOCENTS,roman,1995.
FrédéricBoyer
En
prison
Roman
P.O.L 33,rueSaint-André-des-Arts,Paris6e
©P.O.Léditeur,1992 ISBN2-86744-280-X
AAngélique,àMomo,àJim.
«Suis-jelegardiendemonfrère»? (Genèse,4,9)
Cefutunjourcommeunautre.Fragile,grin-çant.Unjourquilaissaderrièreluiunevagueinquié-tude.Ilétait quinzeheures,lapremièrefois.TItoussa pours'éclaircirlavoix.Lesmurs,lesdallesdusol avaientcetaspectbrillantmat,cesatinglacé,cette usurevivante,presquehumainedelapierrefoulée pardeshommeshébétés,découragés.Ilentraàla manièred'unsomnambulecommesisespasl'avaient portéjusque-làsansqu'ill'aitréellementvoulu.Emu parunesorted'indifférenceaumalheur.Auboutde chaquegrandcouloir,onpassaitsousunportiquede ferdevantplusieursgardiens.Onluidemandasa carted'accès. Jamaisilnetournalatête,pourvoir. Ilmarchaitàunecadenceégale.Lapeurluifaisait baisserlesyeux.Ilaperçuttoutefoisdansunedes sallesdesurveillanceunréchaudàgazpourlecafé etlesœufs.Lefauteuildereposavecsacouverture
bruneetsale,rouléeenboule.Etunverred'eau gazeuse.Cesobjetsencoretièdes,presquegémis-santsimploraientpardon.Uneodeurdouceâtre, fétideluiparvintparbouffées.Ilneditrien.Les visagesdesgardiensétaientlaineux,sansregard.Us allaienttousdumêmepaslentetrégulier.Muspar uneforcemachinale, mélancolique.Toutétaitsilen-cieuxettiède,presquetendre.Ilentrasansrien comprendreàcequiavaitlieuici,àladouleur,àla violencecachéequiavaitlieu.
Onluiditd'unevoixsèche,maladroite«Bloc A.»Lesbâtimentsétaientanciens,lescoursintérieu-respavées,lesmursenbriqueavecdelamousse bruneetverteentrelesmoellonsnoircis.L'airdans lescouloirsétaitunpeuacide.Acausedelapeur animalequidevaitrégner,uneatmosphèretendueà causedesmédicaments,deladroguequicirculaient ici.Avecdepetitesmaladiesétouffées.TIn'aurait jamaisaccepter,pensa-t-il.Soncœurs'étaitmisà battreplusfort.L'obscuritéétaithumide,âcre.Ilne savaitpasexactements'arrêter,nicomment attendrequ'onluiouvrelesportesquisesuccé-daient.Ilsesentitridicule,écrasé.Dehors,onenten-daitronflerlesmoteursdesfourgonscellulaires.Tout plutôtqued'êtrelà.Impuissant,démuni.Ilne voulaitnivoirnisavoir.Ilvacilla,prisàlagorge commeparlatièdetouffeurd'unchenil.
BlocA.Lasalleseraitexiguë.Unmatons'en
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Lac de Caresse

de pol-editeur

Un poème

de faustinyavo

suivant