Entre chien et loup

De
Publié par

« Entre chien et loup », cette heure où l'on hésite parfois sur la direction à prendre ; heure où les souvenirs reviennent en force, où les décisions se prennent sous le couvert de la pénombre...

L'auteure nous propose dans cet ouvrage des fragments de destins qui ressemblent peut-être aux vôtres...


Publié le : vendredi 15 janvier 2016
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782334048156
Nombre de pages : 68
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-04813-2

 

© Edilivre, 2015

Dédicace

 

 

À mes parents.

« Je t’ai rêvé, debout entre deux possibles,

et l’ombre du doute s’est dissipée sans laisser de traces. »

M.R.

Citations

« La mémoire, c’est le champ de personne.

On ne pourra jamais me la prendre. »

Daniel Picouly
Le champ de personne

« Ce qui est blessé en nous demande asile

aux plus petites choses de la terre et le trouve. »

Christian Bobin
La Présence pure et autres textes

Au parc

Élancée, brune, un collier blanc autour du cou, elle tirait avec force sur une laisse de luxe qu’il peinait à retenir. Cette chienne avait du caractère !

Je n’aimais pas particulièrement ces animaux, et je ne pouvais nier ma sympathie pour le maître qui tentait désespérément de reprendre une allure digne et un pas contrôlé. À moitié cachée par mon journal, je profitais depuis plusieurs jours du spectacle et j’essayais vainement de trouver quelque chose de pertinent à dire sur le sujet afin d’engager la conversation. Je ne trouvais rien d’intelligent à partager sur la race canine. Le hasard, enfin, vint à mon secours quand un pigeon ramier se posa sur la pelouse. J’avais longuement étudié leurs mœurs pour ma thèse de fin d’études et je pouvais discourir longtemps sur la matière. Malheureusement, la chienne aboyait tellement que tout dialogue se serait converti aussitôt en échange de hurlements et de toute façon, le prudent volatile ne s’éternisa pas… Je n’avais même pas eu le temps de me lever !

Le circuit dans le parc prenait une dizaine de minutes, cela me laissait un peu de répit pour réfléchir sérieusement à ma stratégie d’approche. Je me jurai de l’aborder à son prochain passage sans hésiter…

Élancée, rousse, un collier de perles autour du cou, elle s’appuyait avec force sur le bras crispé qui maîtrisait tant bien que mal une chienne brune tirant sur une laisse de luxe.

Une couverture

Un peu élimée et décolorée, elle conservait encore toute sa douceur à mes yeux. Je l’avais achetée un soir de nostalgie pour envelopper mes rêveries sur une plage du nord. Elle me suivait depuis des années dans mes escapades, mes « sorties rustiques », comme les appelaient mon frère avec une pointe de sarcasme. Malgré son ironie, il avait plus d’une fois profité de ce carré de tissu, se collant à moi comme un naufragé à sa bouée.

Ce matin, la couverture sèche au vent et je tente de rassembler mes idées. J’essaie de traverser la brume du chagrin que je traîne depuis des heures. Je ne trouve rien à écrire. Quelques mots secs surgissent, et je n’arrive même pas à les déposer sur le papier. Je ne comprends pas, je ne comprends rien à cette peine ; je m’étais pourtant juré de ne pas en avoir… elle m’a surprise en même temps que la nouvelle. Écrire quelques lignes à partager aux autres demain devant ton cercueil est au-dessus de mes forces. Trop de colère, de rancune, d’incompréhension, de rêves pulvérisés.

Une vieille couverture soigneusement pliée, déposée à tes côtés pour une dernière escapade rustique… c’est tout ce que je peux faire pour toi, mon frère.

Le brochet

Il me faisait horreur et jamais je ne me suis habituée à sa présence. Il a pourtant veillé sur moi pendant des années, depuis que mon père, fier pêcheur, avait décidé...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant