Entre ciel et terre

De
Publié par

S'il appartient à chacun selon sa sensibilité, ses doutes, ses convictions, sa foi, d'appréhender la disparition des autres, de l'autre ou bien de soi, la mort apparaît, le plus souvent, dans l'imaginaire occidental, comme une étape, un passage. En effet, l'homme n'a cessé de chercher à combler, à imaginer, mais aussi à construire cet espace de la coupure entre ici-bas et au-delà afin d'établir sinon une continuité, du moins des liens entre les deux mondes. Face à une éternité acquise, improbable ou hypothétique, mais uniquement possible par la mort, le concept de continuité se pose d'emblée comme une quête, une recherche dont le but avoué serait de mettre en échec la disparition et, par là même, l'effacement que dicte le passage du temps. Dans ce combat, le travail de mémoire s'avère essentiel, l'art, les coutumes et les rites fondamentaux.
Publié le : samedi 1 mars 2014
Lecture(s) : 12
Tags :
EAN13 : 9782336340838
Nombre de pages : 458
Prix de location à la page : 0,0127€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ENTRE CIEL ET TERRE
ENTRE CIEL ET TERRE
La mort et son dépassement dans le monde hispanique
Sous la direction de Daniel LECLER et Patricia ROCHWERT-ZUILI
Avec la participation de Corinne MENCÉ-CASTER, Charles GARCIA, Jeanne RAIMOND, Daniel GREGORIO, Julia ROUMIER, Jean-Pierre JARDIN, Ghislaine FOURNÈS, Murielle GAUDE-FERRAGU, Carlos HEUSCH, Frédéric ALCHALABI, Rica AMRÁN, Gilbert FABRE, Milagros TORRES, Alexandra TESTINO-ZAFIROPOULOS, Estrella RUIZ-GÁLVEZ, Hervé MAZIER, Annick ALLAIGRE-DUNY, Jocelyne AUBÉ-BOURLIGUEUX, Mélissa LECOINTRE, Juan Carlos BAEZA, Paul Henri GIRAUD, Marie-Claire ZIMMERMANN, Claudine MARION-ANDRÈS, Nuria RODRÍGUEZ LÁZARO, Danièle MIGLOS
INDIGO
Publié avec le concours de l’Université de Paris 13 etde l’Université de Paris-Sorbonne
En application des articles L. 122-10 à L. 122-12 du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction à usage collectif par photocopie, intégralement ou partiellement, du présent ouvrage est interdite sans autorisation du Centre français d'exploitation du droit de copie (CFC, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris). Toute autre forme de reproduction, intégrale ou partielle, est également interdite sans autorisation de l'éditeur.
© INDIGO & côté-femmes éditions 55 rue des Petites Écuries 75010 Paris http://www.indigo-cf.com
ème Dépôt légal, 4 trimestre 2008 ISBN 2-35260-036-7
SOMMAIRE
Avant-propos ...................................................................................................
Première partie : Moyen Âge - Siècle d’Or Lieux, rites et œuvres de mémoire : transition et dépassement
7
Corinne MENCÉ-CASTER, « De l’héroïté comme lieu d’une immortalité rêvée: récit généalogique, mémoire et dépassement de la mort dans l’Espagne médiévale » .................................................................................................. 11 Charles GARCIA, « Une histoire (presque) sans mort. Le dépassement de la e mort dans lesChroniques anonymes(XII siècle) » ..................................... 21 Jeanne RAIMOND, « Entre texte et image : la mort et l’orthodoxie au péril de la dévotion mariale dans lesCantigas de santa MaríaX Le d’Alphonse Sage » .......................................................................................................... 33 Daniel GREGORIO, « Le contact avec l’au-delà : DesCantigasaux Livres d’astromagie, une version alphonsine de l’échelle de Jacob » .................... 47 Julia ROUMIER, « Des monuments pour l’éternité: L’exemple des sépulcres e e de la cathédrale de Salamanque (XIII -XVI siècles) ». 66 Patricia ROCHWERT-ZUILI, « Mort et mémoire dynastique dans e l’historiographie castillane du milieu du XIV siècle ».................................. 91 Jean-Pierre JARDIN, « Un testament royal contesté : la mort et la succession er de Jean I de Castille (1390) » .......................................................................... 113 Ghislaine FOURNÈS, « De la mort infamante à la glorification : le cas d’Álvaro de Luna » ..................................................................................................... 143 Murielle GAUDE-FERRAGU, « Le corps en gloire : les funérailles royales au bas Moyen Âge dans le royaume de France » ............................................ 156 Carlos HEUSCH, « Le thème de la mort dans la poésie de chansonnier : de l’effroi macabre à la douce consolation » ........................................................ 173 Frédéric ALCHALABI, « Le héros sublimant son trépas : Tirant lo Blanc et Amadís de Gaula à l’épreuve de la mort et révélés ».................................... 191 Rica AMRAN, « Sobre ciertas actitudes de los judaizantes castellanos relativas 204 a la muerte a mediados del siglo XV » .......................................................... e e Gilbert FABRE, « Mort et résurrection de l’arabe en Aragon (XI -XVII siècles) à travers l’aljamiado» .................................................................................. 223 Milagros TORRES, « La más alta esfera » ........................................................... 232
SOMMAIRE 6 Alexandra TESTINO-ZAFIROPOULOS, « De la bula de difuntos a los ángeles de la guarda. Didáctica popular para la muerte en el siglo XVII » ..............
e e Deuxième partie : XIX -XX siècles Formes et espaces de la coupure : rupture et désir d’éternité
Estrella RUIZ-GÁLVEZ, « ‘La muerte y el héroe’. Protagonistas de antaño (siglos XIII-XVII) en la pintura de Historia del siglo XIX (1858-1887) » .. Hervé MAZIER, « La musique et l’architecture, des clefs pour un dépassement de la mort dans la prose et la poésie de Gustavo Adolfo Bécquer »............. Annick ALLAIGRE-DUNY, « Du deuil des poètes : la voix au tombeau » .... Daniel LECLER, « La mort et son dépassement dansPlatero y yode Juan Ramón Jiménez » ......................................................................................... Jocelyne AUBÉ-BOURLIGUEUX, « Federico García Lorca : ou des tentatives créatrices de dépassement de La ‘Mort’ à travers l’écriture des métamorphoses » ......................................................................................... Mélissa LECOINTRE, « ‘Poetas enterrados’, ‘Poetas desterrados’, les tombeaux dans la poésie de Vicente Aleixandre »............................................ Juan Carlos BAEZA, « Emilio Prados, la mort ou la discipline du doute » .... Paul Henri GIRAUD, (Université Paris IV), « ‘Y morir otra vez la misma muerte’. Exaltation et nostalgie de l’Éros chez trois poètes mexicains du e XX siècle : Ramón López Velarde, Xavier Villaurrutia et Octavio Paz » ... Marie-Claire ZIMMERMANN, « Les figures de la mort dans l’œuvre poétique de Pablo Neruda » ........................................................................................ Claudine MARION-ANDRÈS, «El Tragaluzde Antonio Buero Vallejo : un soupirail, symbole d’un dépassement possible de la mort » ........................ Nuria RODRÍGUEZ LÁZARO, « Mort et désir charnel. L’agonie comme source de plaisir érotique dans la poésie d’Ana Rossetti » ........................... Danièle MIGLOS, « Non omnis moriar » ............................................................
241
253
279 300
313
325
361 377
393
403
427
439 449
AVANT-PROPOS
À Georges Martin et à Marie-Claire Zimmermann, en témoignage de notre profonde affection
Cet ouvrage n’aurait jamais vu le jour sans l’enthousiasme, l’exigence bienveillante et le plaisir de la recherche qu’ont toujours su nous communiquer Georges Martin et Marie-Claire Zimmermann, nos chers maîtres. Il est né d’une rencontre entre deux spécialités et deux périodes – le Moyen Âge et l’époque contemporaine – qui, en apparence, n’étaient pas prédisposées à se rejoindre. Toutefois, il est des rapprochements inattendus qui s’avèrent fructueux surtout lorsqu’ils naissent de l’amitié. C’est précisément sous le signe de l’amitié et du partage qu’avait été placé le colloque dont nous publions ici les actes. Co-organisé par le CRIMIC (EA 2561), le SEMH-Sorbonne (CLEA, EA 4083) et le SIREM (GDR 2378, CNRS), avec le concours de l’Action culturelle de l’Université Paris 13, du CAD (EA 1626), du Conseil Général de Seine Saint-Denis, du Conseil scientifique de l’Université Paris13, du CRESC (EA 2356) et de Plaine Commune, le colloque « Entre ciel et terre : conceptions et représentations de la mort et de son dépassement dans le monde hispanique » s’est tenu les 6, 7 et 8 juin 2007 à l’Université Paris 13 et à la Maison de la recherche de l’Université Paris-Sorbonne. Lors de cette manifestation, nous avons eu le grand plaisir d’écouter deux musiciens, le flûtiste Marc Zuili et le guitariste Gabriele Natilla, que nous souhaitons remercier pour le concert qu’ils nous ont offert. Nos remerciements vont aussi à tous ceux qui nous ont soutenus, à nos collègues de l’Université Paris 13 et en particulier à ceux du département d’espagnol, ainsi qu’à la directrice de l’U.F.R. L.S.H.S., Ariane Desporte. Le thème de la mort s’est très vite imposé à nous. Il nous a semblé qu’il pouvait être intéressant de l’aborder non pas sous l’angle de la rupture mais bien au contraire, sous celui de la continuité, du dépassement. Malgré l’intérêt porté à ce sujet depuis quelques années, il nous est apparu que tout n’avait pas été dit sur les moyens mis en œuvre pour combler, imaginer, mais aussi construire cet espace de la « coupure » entre les deux mondes.
8 AVANT-PROPOS Les articles recueillis dans ce volume reviennent ainsi sur des notions telles que le passage, la médiation, l’accompagnement, la mémoire, le souvenir, la perception du temps, la révélation, c’est-à-dire sur la façon dont l’homme n’a cessé de tenter d’« apprivoiser la mort » , pour reprendre les termes utilisés par Philippe Ariès. Remercions ici les auteurs pour l’ardeur avec laquelle ils ont accueilli notre projet et pour ces belles pages qu’ils nous ont offertes ; elles témoignent du moment riche et agréable que nous avons passé ensemble. Souhaitons enfin que ce livre réponde à certaines des interrogations que se pose le lecteur et ouvre de nouvelles perspectives de réflexion sur l’imaginaire entourant la mort et son dépassement.
PREMIÈRE PARTIE
Moyen Âge - Siècle d’Or
Lieux, rites et œuvres de mémoire : transition et dépassement
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.