//img.uscri.be/pth/4616bd43db542ac6822e14641292807ae5f0a409
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Entre les lignes

De
188 pages
Cet été 1959, Emmanuel, neuf ans, évolue dans un petit village beaujolais qui n'est pas épargné par l'atmosphère tendue d'après-guerre. Les habitants cèdent facilement aux tensions et aux conflits. L'auteur nous conte l'étonnante rencontre d'Emmanuel et d'Antoine R., ancien combattant du Chemin des Dames, mutin de Craonne et, naturellement, mis au ban du village.
Voir plus Voir moins

Noël Guillard

Entre les lignes
Roman

ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
©ȱL’Harmattan,ȱ2014ȱ
5Ȭ7,ȱrueȱdeȱl’Ecoleȱpolytechnique,ȱ75005ȱParisȱ
ȱ
http://www.harmattan.frȱ
diffusion.harmattan@wanadoo.frȱ
harmattan1@wanadoo.frȱ
ISBNȱ:ȱ978Ȭ2Ȭ343Ȭ02653Ȭ4ȱ
EANȱ:ȱ9782343026534

ȱ

Entreȱlesȱlignesȱ

Écritures
Collection fondée par Maguy Albet


Gossart (Justine),Angaekkot, 2014.
Paulet (Marion),La petite fileuse de soie, 2014.
Louarn (Myriam),La tendresse des éléphants, 2014.
Redon (Michel),L’heure exacte, 2014.
Plaisance (Daniel),Un papillon à l’âme, 2014.
Baldes (Myriam),Où tu vas, Eva ?, 2014.
Paul (Maela),L’homme à la peau de soie, 2014.
Couture (Josiane),Courtes éternités, 2014.
Lecocq (JeanMichel),Rejoins la meute !, 2014.
Bastien (Danielle),La vie, ça commence demain, 2014.
Bosc (Michel),L’amour ou son ombre, 2014.
Guyon (Isabelle),Marseille retrouvée, 2014.
Pain (Laurence),Elsa meurt, 2014.
Cavaillès (Robert),Orgue et clairon, 2014.
Lazard (Bernadette),Itinérantes, 2013.

*
**
Ces quinze derniers titres de la collection sont classés par ordre
chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des
parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages,
peut être consultée sur le site www.harmattan.fr

NoëlȱGuillardȱ

Entreȱlesȱlignesȱ
ȱ
Romanȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ

ȱ
ȱ
LȇHarmattan

Duȱmêmeȱauteurȱ
ȱ
SurȱlaȱrouteȱdeȱKiev,ȱLȇHarmattan,ȱ2008.
ȱ
ȱ
ȱ

ȱ

Adieuȱlaȱvie,ȱadieuȱlȇamour,ȱ
Adieuȱtoutesȱlesȱfemmes.ȱ
Cȇestȱbienȱfini,ȱcȇestȱpourȱtoujours,ȱ
Deȱcetteȱguerreȱinfâme.ȱ
CȇestȱàȱCraonne,ȱsurȱleȱplateau,ȱ
Quȇonȱdoitȱlaisserȱsaȱpeauȱ
Carȱnousȱsommesȱtousȱcondamnésȱ
Cȇestȱnousȱlesȱsacrifiésȱ!ȱ
ȱ

RefrainȱdeȱlaȱchansonȱdeȱCraonne

—ȱBonjourȱgarçon.ȱC’estȱgentilȱd’apporterȱleȱpain.ȱTiens,ȱ
poseȬleȱlà.ȱ
—ȱBonjourȱMonsieur.ȱ
—ȱOnȱauraitȱpuȱretournerȱleȱchercherȱauȱmagasin,ȱtuȱ
sais.ȱEnfin,ȱtuȱremercierasȱbienȱtonȱpèreȱdeȱmaȱpart.ȱAlors,ȱ
tuȱfaisȱleȱmitronȱpendantȱlesȱvacancesȱ?ȱ
—ȱLeȱjeudiȱaussi.ȱDesȱfois,ȱjeȱvendsȱaussiȱauȱmagasin.ȱ
ȱ
Toutȱauȱfondȱdeȱlaȱpièce,ȱassisȱderrièreȱceȱquiȱavaitȱétéȱleȱ
comptoirȱdeȱl’épicerie,ȱjeȱdécouvraisȱMonsieurȱRivoire,ȱenȱ
blouseȱgriseȱcommeȱnotreȱinstituteur,ȱmaisȱavecȱdesȱ
lunettesȱd’écailleȱsurȱleȱboutȱduȱnez,ȱunȱlivreȱouvertȱdevantȱ
lui,ȱposéȱsurȱlaȱbanque.ȱJeȱmeȱdemandaisȱmêmeȱcommentȱ
ilȱparvenaitȱàȱlireȱavecȱsiȱpeuȱdeȱclarté…ȱ
—ȱCommentȱt’appellesȬtuȱ?ȱ
—ȱEmmanuel.ȱ
—ȱJeȱsais.ȱC’estȱjoliȱcommeȱprénom…ȱ
—ȱJ’aimeȱpasȱ!ȱ
—ȱC’estȱdommage,ȱc’estȱunȱbeauȱsymbole,ȱtuȱsais…ȱ
Qu’estȬceȱqueȱtuȱregardesȱ?ȱT’asȱjamaisȱvuȱautantȱdeȱlivres,ȱ
c’estȱçaȱ?ȱ
—ȱVousȱlesȱvendezȱ?ȱ
—ȱNon.ȱJeȱlesȱgardeȱ!ȱ
—ȱQuelqu’unȱveutȱvousȱlesȱprendreȱ?ȱ
Ilȱéclateȱdeȱrireȱ:ȱ

11

—ȱCertainementȱpasȱiciȱ!ȱC’estȱque…ȱquandȱj’aiȱluȱunȱ
livre,ȱjeȱneȱpeuxȱplusȱm’enȱséparer,ȱalorsȱjeȱleȱgardeȱpourȱ
toujours.ȱJ’enȱaiȱbesoin.ȱParfois,ȱj’enȱtireȱunȱduȱrayon,ȱjeȱ
l’ouvre…ȱj’enȱrelisȱquelquesȱpages…ȱ
ȱ
Àȱl’instantȱoùȱj’avaisȱfranchiȱlaȱporteȱdeȱl’ancienneȱ
vitrine,ȱfaisantȱsonnerȱlaȱclocheȱquiȱm’annonçait,ȱc’estȱ
d’abordȱlaȱpénombreȱquiȱm’avaitȱarrêté,ȱpuis,ȱpendantȱqueȱ
j’attendaisȱqueȱquelqu’unȱvienne,ȱl’odeurȱduȱlieuȱmeȱ
pénétraitȱdéfinitivement.ȱSubtile,ȱténue,ȱtransparente,ȱuneȱ
odeurȱd’encens,ȱdeȱcuirȱetȱd’ambre,ȱdiraisȬjeȱaujourd’hui.ȱJeȱ
décidaisȱalorsȱqueȱc’étaitȱl’odeurȱdesȱlivres.ȱDeȱsonȱstatutȱ
d’épicerie,ȱlaȱpièceȱavaitȱgardéȱtousȱsesȱrayonnages,ȱsurȱ
troisȱdesȱmursȱdeȱlaȱpièce.ȱJ’étaisȱpourȱlaȱpremièreȱfoisȱdansȱ
unȱmagasinȱdeȱlivres.ȱÉtonnéȱqueȱquelqu’unȱpuisseȱenȱ
posséderȱautant,ȱdesȱgrands,ȱdorésȱsurȱtrancheȱenȱlettresȱ
d’or,ȱdesȱplusȱpetits,ȱsobrementȱcartonnés,ȱdesȱcentainesȱdeȱ
livresȱétaientȱlà.ȱPeutȬêtreȱdavantage.ȱChoisis,ȱachetésȱparȱ
quelqu’un,ȱlusȱpeutȬêtreȱmême.ȱQueȱpouvaientȱbienȱ
raconterȱcesȱmilliersȱdeȱpages,ȱqueȱjeȱneȱsavaisȱpasȱetȱquiȱneȱ
préoccupaitȱpasȱmaȱfamilleȱ?ȱIlȱyȱaȱquelquesȱsemaines,ȱ
avantȱlaȱfinȱdesȱclasses,ȱjeȱm’étaisȱfaitȱvertementȱsermonnerȱ
pourȱavoirȱrapportéȱdeȱl’écoleȱunȱlivreȱafinȱdeȱprouverȱàȱ
mesȱparentsȱqueȱleȱdiableȱexistaitȱpuisqu’ilȱyȱenȱavaitȱuneȱ
imageȱdansȱmonȱlivreȱdeȱlecture.ȱSelonȱmesȱparents,ȱlesȱ
livresȱneȱdevaientȱjamaisȱsortirȱdeȱleurȱmilieuȱnaturel,ȱ
l’école.ȱJ’avaisȱcommisȱlàȱunȱvéritableȱsacrilègeȱetȱj’avaisȱ
bienȱdûȱpromettreȱdeȱneȱjamaisȱrecommencer.ȱ
Etȱj’étaisȱlà,ȱplantéȱauȱmilieuȱdeȱlaȱpièce,ȱmonȱpainȱàȱlaȱ
main,ȱleȱcoinȱinférieurȱdroitȱduȱtablierȱremontéȱetȱrepliéȱàȱ
gaucheȱdansȱlaȱceintureȱcommeȱleȱfaisaitȱmonȱpèreȱchaqueȱ
foisȱqu’ilȱsortaitȱduȱfournil,ȱcernéȱdeȱcentainesȱd’ouvragesȱ
queȱquelqu’unȱavaitȱméthodiquementȱcollectés,ȱordonnésȱ

12

iciȱsurȱdesȱrayonnages,ȱcommeȱmoiȱj’avaisȱdisposéȱavecȱ
applicationȱceȱmatinȱsurȱlesȱétagèresȱduȱmagasin,ȱlesȱ
baguettes,ȱlesȱflûtes,ȱlesȱgrosȱpains,ȱlesȱcouronnes,ȱtousȱ
selonȱleurȱtaille.ȱ
Desȱtempsȱanciens,ȱleurȱmaisonȱavaitȱgardéȱaspectȱetȱ
architectureȱ:ȱcetteȱmaisonȱavaitȱétéȱuneȱépicerie,ȱunȱdeȱcesȱ
lieuxȱdeȱcampagneȱoùȱl’onȱvendaitȱavantȱlaȱguerreȱdeȱtoutȱ
unȱpeu,ȱépicerie,ȱquincaillerie,ȱmercerie.ȱL’allureȱextérieureȱ
étaitȱfigée,ȱvieillotte,ȱuneȱvitrineȱcommeȱlaȱnôtre,ȱcelleȱdeȱlaȱ
boulangerie,ȱmaisȱplusȱgrise,ȱplusȱtristeȱenȱunȱmotȱ:ȱ
soubassementȱdeȱboisȱsurmontéȱdeȱvitresȱoccultéesȱiciȱparȱ
desȱvoletsȱdeȱbois,ȱautrefoisȱpeintsȱenȱgrisȱetȱdepuisȱ
longtempsȱfermés.ȱDerrièreȱlaȱporteȱcentrale,ȱl’inertieȱduȱ
tempsȱquiȱpasseȱavaitȱconservéȱleȱmêmeȱtimbreȱclocheȱquiȱ
sonnaitȱàȱl’ouverture.ȱCommeȱchezȱnous.ȱLesȱdeuxȱvitrinesȱ
étaientȱvoisines,ȱcommeȱjumelles,ȱl’uneȱclaire,ȱvivanteȱetȱ
animée,ȱl’autreȱdéfraîchie,ȱtristeȱetȱdésertée.ȱPeuȱdeȱgensȱduȱ
villageȱontȱdûȱdéjàȱpasserȱcetteȱporte.ȱPourȱmoi,ȱc’estȱ
aujourd’huiȱlaȱpremièreȱfois,ȱpourȱleurȱporterȱleurȱpainȱ
parceȱqueȱlaȱcuissonȱestȱenȱretardȱetȱqueȱmonȱpèreȱtientȱàȱ
faireȱàȱcesȱvoisinsȱsiȱdiscrets,ȱdoncȱtenusȱcommeȱsiȱgentils,ȱ
unȱpetitȱgesteȱsimplementȱamical.ȱLeurȱportantȱleurȱpainȱ
alorsȱqu’ilsȱhabitaientȱsiȱprès,ȱj’étaisȱmessagerȱdeȱbonȱ
voisinageȱauprèsȱd’eux.ȱJ’étaisȱaussiȱl’ambassadeurȱdeȱlaȱ
fiertéȱdeȱmonȱpèreȱàȱmonȱégard,ȱmoiȱqui,ȱauȱlieuȱd’allerȱ
jouerȱauȱballonȱdansȱlaȱrueȱavecȱlesȱautres,ȱpassaisȱtousȱlesȱ
jeudisȱdeȱl’annéeȱetȱtoutesȱlesȱvacancesȱscolairesȱauȱfournil,ȱ
enȱmarcelȱblanc,ȱenrouléȱdansȱunȱtablierȱblancȱluiȱaussi,ȱ
maisȱtailléȱpourȱmonȱpère.ȱ
Ilȱseȱlève,ȱsortȱdeȱderrièreȱsonȱcomptoir,ȱlongeȱunȱrayonȱ
enȱlaissantȱtraînerȱsesȱdoigtsȱsurȱlaȱtrancheȱdesȱlivres,ȱ
commeȱjeȱleȱfais,ȱmoi,ȱavecȱunȱbâtonȱpourȱfaireȱsonnerȱlesȱ
barreauxȱdeȱlaȱbarrièreȱdeȱchezȱBrunetȱenȱallantȱàȱl’école.ȱIlȱ

13

aȱdeȱgrandsȱdoigtsȱfins,ȱMonsieurȱRivoire,ȱlesȱonglesȱcourtsȱ
etȱpropres,ȱavecȱdesȱtachesȱbrunesȱsurȱleȱdosȱdeȱlaȱmain,ȱ
commeȱmonȱgrandȬpère,ȱmaisȱcesȱmainsȬlàȱneȱsontȱpasȱ
cellesȱd’unȱpaysan.ȱIlȱs’arrête,ȱavanceȱsonȱdoigtȱenȱcrochetȱ
surȱlaȱtêteȱd’unȱgrosȱlivreȱàȱcouvertureȱdeȱcuirȱonȱdirait,ȱ
marronȱavecȱdesȱlettresȱdorées,ȱleȱfaitȱbasculerȱversȱlui,ȱleȱ
sort,ȱl’ouvre,ȱleȱfeuillette.ȱ
—ȱLéonȱTolstoï,ȱGuerreȱetȱPaix…
—ȱToutȱunȱlivreȱsurȱlaȱguerreȱetȱsurȱlaȱpaixȱ!ȱÇaȱdoitȱpasȱ
êtreȱmarrantȱ!ȱȱ
—ȱT’asȱraison,ȱçaȱn’aȱrienȱdeȱdrôle.ȱC’estȱbeauȱetȱcruel.ȱ
Maisȱc’estȱlaȱvie.ȱ
—ȱMaisȱM’sieur,ȱcommentȱc’estȱpossibleȱça,ȱcommentȱ
quelqueȱchoseȱpeutȱêtreȱcruelȱetȱbeauȱenȱmêmeȱtempsȱ?ȱ
—ȱTuȱveuxȱêtreȱboulanger,ȱtoi,ȱquandȱtuȱserasȱgrandȱ?ȱ
—ȱJeȱsaisȱpas.ȱNormalement,ȱoui…ȱ
—ȱRentreȱchezȱtoi,ȱtonȱpèreȱvaȱteȱcroireȱperdu…ȱJeȱ
plaisanteȱ!ȱEtȱmerciȱpourȱleȱpain.ȱReviensȱbientôt…ȱTuȱ
viensȱquandȱtuȱveux.ȱ
ȱ
ȱ
—ȱOùȱétaisȬtuȱ?ȱT’enȱasȱmisȱduȱtempsȱ!ȱgrogneȱmaȱmèreȱ
quandȱjeȱrentreȱauȱmagasin.ȱJeȱt’attendais.ȱIlȱfautȱviteȱrangerȱ
touteȱlaȱfournéeȱdansȱl’étagère,ȱetȱdépêcheȬtoiȱ!ȱ
Jeȱmeȱmetsȱauȱtravail.ȱJeȱmontreȱlaȱmêmeȱapplicationȱ
queȱd’habitude,ȱcommeȱsiȱrienȱn’avaitȱchangé.ȱ
—ȱIlȱyȱavaitȱtellementȱdeȱmondeȱchezȱMonsieurȱRivoire,ȱ
queȱj’aiȱfailliȱneȱjamaisȱrevenir,ȱjeȱmeȱsuisȱperdu…ȱ
—ȱQu’estȬceȱqueȱtuȱracontesȱ?ȱPerduȱ!ȱDuȱmondeȱchezȱ
lesȱRivoireȱ!ȱT’entendsȱça,ȱAndréȱ?ȱ
Elleȱouvreȱlaȱporteȱduȱfournilȱetȱinterpelleȱmonȱpère.ȱ
—ȱDesȱgensȱchezȱlesȱRivoireȱ!ȱ

14

Ilȱarrive,ȱremontantȱleȱcoinȱdeȱsonȱtablierȱsurȱsaȱceinture,ȱ
commeȱavantȱuneȱconversationȱsérieuse.ȱ
—ȱIlsȱseȱlientȱpasȱbeaucoupȱjusqueȬlà,ȱmaisȱc’estȱpasȱ
parceȱqu’onȱneȱlesȱconnaîtȱpasȱqu’ilsȱn’ontȱpasȱd’amis.ȱ
Simplement,ȱçaȱdoitȱpasȱêtreȱdesȱgensȱd’ici.ȱOnȱleȱsaurait.ȱ
—ȱEtȱilsȱétaientȱcommentȱcesȱgensȱ?ȱEtȱcombienȱ?ȱ
—ȱDesȱcentaines,ȱdesȱmilliersȱpeutȬêtre…ȱmaisȱmoi,ȱjeȱ
neȱlesȱconnaisȱpas.ȱ
—ȱPfffȱ!ȱQu’estȬceȱqueȱtuȱracontesȱ?ȱCommentȱçaȱdesȱ
milliersȱ!ȱs’inquièteȱmaȱmère.ȱ
—ȱCeȱsontȱtousȱsesȱamis,ȱm’aȱditȱMonsieurȱRivoire,ȱmaisȱ
moi,ȱjeȱneȱlesȱaiȱpasȱvus…ȱ
—ȱEnfinȱquoi,ȱilsȱétaientȱoù,ȱcesȱgensȱ?ȱ
—ȱBen…ȱilsȱseȱcachaientȱ!ȱ
—ȱOùȱçaȱ?ȱ
—ȱDansȱlesȱlivresȱ!ȱȱ
—ȱC’estȱpasȱpossible,ȱçaȱ!ȱOnȱpeutȱpasȱseȱcacherȱdansȱunȱ
livreȱ!ȱ
—ȱLesȱamisȱdeȱMonsieurȱRivoire,ȱsiȱ!ȱ
—ȱAdmettonsȱ!ȱIlsȱfontȱquoi,ȱdansȱlesȱlivresȱ?ȱ
—ȱLaȱguerreȱetȱlaȱpaix…ȱ
—ȱLaȱguerreȱouȱlaȱpaixȱ?ȱJeȱneȱcomprendsȱrienȱ!ȱ
Désarmée,ȱmaȱmèreȱcapitule.ȱ
—ȱC’estȱencoreȱuneȱdeȱsesȱplaisanteries,ȱsouritȱmonȱpèreȱ
avecȱindulgence.ȱIlȱnousȱaȱencoreȱuneȱfoisȱfaitȱ
marcherȱ!ȱAllez,ȱbonhomme,ȱfaisȱtonȱtravailȱ!ȱ
—ȱC’estȱpasȱvrai,ȱpapaȱ!ȱJ’aiȱvuȱlesȱlivres,ȱjeȱteȱdis.ȱDesȱ
centainesȱ!ȱ
—ȱDesȱlivresȱchezȱlesȱRivoire,ȱoui,ȱça,ȱc’estȱtoutȱàȱfaitȱ
possible,ȱmurmureȱmonȱpère…ȱmais…ȱ
—ȱMaisȱquoi,ȱpapaȱ?ȱ
—ȱNon,ȱrien.ȱNeȱt’inquièteȱpas,ȱfistonȱ!ȱAllez,ȱfaisȱceȱqueȱ
jeȱt’aiȱdemandé…

15

Pourȱleȱpetitȱcercleȱdesȱvoisinsȱlesȱplusȱproches,ȱlaȱ
cheminéeȱduȱfournilȱrythmaitȱlaȱnuitȱetȱleȱjour.ȱDeuxȱ
odeurs,ȱalternativement,ȱpermettaientȱdeȱsavoirȱoùȱenȱétaitȱ
leȱtravailȱduȱboulanger.ȱLeȱcycleȱcommençaitȱversȱquatreȱ
heuresȱduȱmatin,ȱavecȱcelleȱduȱfeuȱdeȱbois.ȱVersȱdeuxȱ
heures,ȱlaȱpremièreȱfournée,ȱpétrieȱàȱminuit,ȱétaitȱdéjàȱmiseȱ
enȱplace,ȱc’estȬàȬdireȱdébitéeȱenȱpâtonsȱroulésȱàȱlaȱmain,ȱ
chacunȱmisȱenȱfermentationȱjusqu’àȱcinqȱheuresȱdansȱdesȱ
corbeillesȱd’osierȱtressé,ȱlesȱbannetons,ȱrondsȱouȱallongés,ȱ
recouvertsȱd’uneȱépaisseȱtoileȱdeȱlinȱtisséȱtrèsȱserré.ȱ
Pendantȱceȱtemps,ȱmonȱpèreȱmettaitȱàȱpétrirȱlaȱdeuxièmeȱ
fournée,ȱetȱsurtoutȱchargeaitȱdeȱboisȱleȱfoyerȱduȱfourȱplacéȱ
sousȱlaȱsole.ȱUnȱgueulardȱenȱfonteȱpermettaitȱd’orienterȱlesȱ
flammesȱdansȱlaȱchambreȱdeȱcuisson.ȱL’odeurȱrassuranteȱ
duȱfeuȱdeȱboisȱs’élevaitȱdoucementȱdansȱlaȱnuit,ȱtournaitȱ
alentourȱselonȱleȱvent,ȱrecouvrantȱleȱsommeilȱdeȱtousȱlesȱ
habitantsȱdeȱlaȱrue.ȱÀȱpeineȱuneȱheureȱplusȱtard,ȱmonȱpèreȱ
vidaitȱleȱfoyerȱdeȱsesȱcendresȱetȱdeȱsesȱbraisesȱencoreȱ
incandescentesȱavecȱuneȱgrandeȱpelleȱcarréeȱmétalliqueȱàȱ
hautsȱbordsȱ;ȱilȱlesȱextrayaitȱetȱlesȱversaitȱdansȱunȱconteneurȱ
cylindriqueȱqu’onȱappelaitȱl’étouffoir,ȱparceȱqueȱferméesȱlàȬ
dedansȱàȱl’abriȱdeȱl’air,ȱellesȱs’yȱéteindraientȱlentement.ȱ
Nonȱsansȱchaleur.ȱIlȱneȱfallaitȱpasȱtoucher.ȱPuisȱilȱdressaitȱ
unȱtréteauȱàȱdeuxȱmètresȱdevantȱleȱbancȱduȱfour,ȱàȱmêmeȱ
hauteur.ȱ

17